Agrégation, intermédiation, collage : les « faces cachées » de la propriété des idées

Si les débats sur la propriété des idées se concentrent le plus souvent sur la musique, d’autres objets et dispositifs sont actuellement le théâtre de ces reconfigurations. De l’art numérique aux sites agrégateurs et réélaborateurs de textes : l’essence de la créativité serait-elle le réagencement de l’existant?

Cet article a également paru sur Silicon Maniacs. Merci à Mael Inizan pour sa relecture.

Qu’ont en commun le blogueur Jim Romenesko et l’artiste Richard Prince ? Le célèbre site d’information Huffington Post et Free, une exposition au New Museum de New York ? On donnera un indice aux lecteurs de ce billet avec cette Pensée de Blaise Pascal : « Qu’on ne dise pas que je n’ai rien dit de nouveau: la disposition des matières est nouvelle. »

Chacun à leur façon, ces personnages et évènements sont en effet des exemples des « faces cachées » d’un débat historique, renouvelé et amplifié par le numérique : celui sur la propriété des idées. Si la lumière des projecteurs se concentre le plus souvent sur la musique, d’autres objets et dispositifs se confrontent actuellement à des reconfigurations de la propriété intellectuelle, de l’art numérique aux sites agrégateurs et réélaborateurs de textes, nouvelles et images.

De la curation à l’over-aggregation ?

Jim Romenesko, blogueur pour le site Poynter depuis douze ans, est un spécialiste de la curation et de l’intermédiation, à savoir le repérage de contenus intéressants sur des sites tiers, résumés ensuite en quelques lignes et référencés par un lien vers la source originelle. En août 2011, il quitte le Poynter alors qu’il est accusé de plagiat en série. D’après la directrice du site, son style chercherait délibérément à donner l’impression que les mots qu’il utilise « lui appartiennent », alors qu’il s’agit des mêmes mots utilisés par sa source. Le fait de reconnaître de manière transparente l’origine de ses informations ne suffit pas : si les mots sont les mêmes, il ne faut pas seulement attribuer, mais les mettre entre guillemets.

Un mois plus tôt, le site Web « agrégateur de contenus » new-yorkais Huffington Post se défendait d’une accusation de over-aggregation – c’est-à-dire de « prélèvement excessif » d’articles écrits pour d’autres sites – en renvoyant la journaliste responsable de la réécriture du paraphrase et en s’excusant auprès de l’auteur original. Un commentateur soulignait à cette occasion : « Si vous ne savez pas gérer l’art de l’agrégation, il vaut mieux en rester à la science (…) Si on le fait bien, c’est un instrument très utile qui aide les lecteurs et profite à la source originelle. Si on le fait mal, c’est au mieux une confusion et au pire, du vol. »

L’ « ethos du prêt »

On reste à New York, mais on change de domaine. Ou peut-être pas ?

Richard Prince est un artiste qui construit sa carrière sur l’appropriation d’images créées par d’autres. Ses œuvres sont des collages de photos et de pages de journaux, parfois tragiques, parfois drôles, mais toujours subversifs. Depuis mars 2011, Prince est aussi au centre d’un des cas judiciaires relatifs au droit d’auteur le plus en vue dans le monde de l’art : un juge fédéral a estimé que l’artiste avait violé la loi en prenant des photographies d’un livre sur les Rastafari et en les utilisant sans permission pour créer une série de collages et peintures, vendues par la suite jusqu’à deux millions de dollars.

Quelles sont les limites de l’appropriation, semble demander le cas Prince ? Question qui, suite à la décision du juge Batts, a causé plus d’un frisson au secteur de l’art contemporain. D’autant plus que l’étendue de l’ « ethos du prêt » semble désormais être très importante dans ce milieu. L’exposition Free, qui s’est conclue au New Museum en janvier 2011, avait ainsi pour principe fondateur cette idée d’« emprunter » la culture, en la reliant directement aux multiples manières dont l’Internet est en train de reconfigurer le concept d’appropriation de l’information, la notion d’espace public, la distribution de la connaissance. La commissaire d’exposition, Lauren Cornell, définissait à cette occasion le travail de l’artiste comme une démarche se construisant chaque jour plus sur « la copie, l’emprunt et le recadrage », comme moyens de participer pleinement et activement dans une culture qui est désormais « largement distribuée, hybride, internationalisée », comme le numérique – et grâce au numérique.

A l’aube du nouveau millénaire, David Koepsell était l’un des premiers auteurs à s’attaquer à la question de l’articulation entre propriété des idées et « cyberespace », en proposant une conception unifiée (p. 92), simplifiée de la propriété intellectuelle qui puisse s’appliquer à tout objet « créé intentionnellement par l’Homme », indépendamment de son usage prévu ou projeté. En 1935, Walter Benjamin rédigeait L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, centré sur la déperdition de l’aura propre de l’œuvre unique, face à la possibilité de sa reproductibilité et déclinaison dans de multiples variantes, permise par les technologies émergentes. Nombre d’acteurs dans des domaines variés, de l’art à la recherche académique et au journalisme, pourraient bien être en train d’écrire un nouveau chapitre de ces ouvrages célèbres, qui porterait cette fois non plus seulement sur la reproduction de l’œuvre, mais sur sa production elle-même. On citera à titre d’exemple les activités de Creative Commons, l’organisation no-profit qui propose un ensemble d’options de droit d’auteur précises, mais adaptées à l’harmonisation, à la flexibilité et à l’ouverture.

De la reproduction à la production de l’œuvre

La citation, l’intertextualité, la parodie, l’allusion sont présentes depuis toujours dans la production artistique, mais ces pratiques se sont multipliées avec l’augmentation de sources telles que les photographies, les journaux et les photocopies, avant de devenir une stratégie quotidienne pour les écrivains et les artistes ayant « grandis » avec internet. Outre la facilité de repérage et d’appropriation de l’information, deux autres phénomènes sont catalysés par internet : la diffusion rapide et le contrôle pervasif, dont l’’effet secondaire est de faciliter identifications et revendications de plagiats alimentant ainsi le brouillage de la frontière entre « original » et « non-original ». L’écrivain Marie Darrieussecq, au centre de l’une des querelles littéraires les plus en vue de ces dernières années, a fait récemment de l’histoire de ces « brouillages » le sujet de son Rapport de police. Accusations de plagiat et autres modes de surveillance de la fiction (2010).

Aucune de ces questions n’a été inventée par internet. Le « réseau des réseaux » met seulement en lumière des questions toujours flottantes, liées à la propriété des idées, au rôle des intermédiaires, à la légitimité de l’inspiration, à la frontière entre celle-ci et la copie. Il révèle la fragilité d’une notion telle que celle de la « propriété », modelée sur la possession d’objets matériaux, physiques, quand elle s’applique aux idées, tout particulièrement aux idées sur internet – avec sa matérialité et sa pluralité de « lieux » qui restent souvent cachés sous le virtuel.

Que possède-t-on vraiment, quand on possède une idée ?

Ce que la propriété intellectuelle tutelle n’est en fait pas l’idée en soi, mais son expression. Si l’existence d’une idée séparée de son expression est en soi un des grands sujets de controverse pour la philosophie, dans le cas de l’art, qui est avant tout expression, la question devient particulièrement centrale. Si l’essentiel est d’avoir une idée originale, comment la définit-on ? Comment sera-t-on reconnu comme étant à l’origine de cette idée ? En quoi l’inventeur d’un slogan banal, mais jouissant d’un succès retentissant et immédiat – et dont un juge décide que quiconque aurait pu l’inventer et ne lui attribue aucun droit – est-il différent du créateur d’un artefact qui n’est à rigueur qu’un agrandissement d’un produit commercial existant, mais est reconnu (et payé) comme un artiste célèbre ?

Ce ne sont là que quelques-unes des éternelles questions dont internet n’est pas le créateur, mais le multiplicateur. Questions auxquelles, pour le moment, il n’apporte qu’une réponse ou plutôt une suggestion : comprendre que l’essence de la créativité n’est pas le « partir de zéro », mais le patrimoine, la mémoire, l’archive.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website