Vidéos – ADAM Final Symposium

Cliquez sur l’image pour retrouver les vidéos de la conférence

Vous pouvez désormais retrouver les interventions au colloque final du projet ADAM en vidéo. Effectivement, suite à une captation vidéo, vous retrouverez sur la chaine Dailymotion dédiée au projet ADAM, la plupart des interventions qui ont eu lieu les 2 et 3 octobre 2014 à Mines ParisTech.

———–

You can now watch the different talks of the ADAM final symposium online. All of the conference’s presentation were filmed, and part of the debates is now available on our Dailymotion chanel.

 

>>> https://www.dailymotion.com/projetADAM

There you will find the presentations of:

Here is the introduction by Cécile Méadel (CSI Mines ParisTech) and two keynote:


ADAM project final symposium – Introduction… par projetADAM

ADAM final Symposium – Keynote #2 Niva Elkin… par projetADAM

ADAM final Symposium – Keynote #5 Geert Lovinck… par projetADAM

 

>>> see more here:  https://www.dailymotion.com/projetADAM

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Production entre pairs, argent et valeur

Le numéro 4 du Journal of Peer Production, sur le thème de l’argent et de la valeur, vient d’être publié. Il est coordonné par Nathaniel Tkacz, Nicolas Mendoza et moi même, et inclut deux contributions par des membres du projet ADAM. Alexandre Mallard, Cécile Méadel et moi explorons le rôle performatif de la connaissance experte dans la construction d’une « confiance distribuée » pour le système de monnaie électronique décentralisé Bitcoin, tandis que Primavera De Filippi, en collaboration avec Miguel Said Vieira de l’université de São Paulo, propose un système de licences plus adaptée à l’économie des communs.

La totalité du numéro est librement disponible ici. Quelques extraits de l’introduction:

« Peer production has often been described as a ‘third mode of production’, irreducible to State or market imperatives. The creation and organisation of peer projects allegedly take place without ‘managerial commands’ or ‘price signals’, without recourse to bureaucratic apparatuses or the logic of competitive markets. Instead, and mimicking the technical architectures upon which many peer projects are based, production is described as non-hierarchical and decentralised. Group dynamics are also commonly described as ‘flat’ and this is captured, of course, in the very notion of the ‘peer’. When tested against the realities of actual projects, however, such early conceptions of peer production are, at best, in need of further elaboration and qualification. At worst, they were always off the mark. Hierarchies persist in peer production, as does competition and market-like arrangements. But perhaps it is the qualities of these new hierarchies and competitive forms that is novel. After all, liberal democracies, dictatorships, corporations, local sports clubs, and families all have their hierarchies but none is reducible to the others.

In the context of earlier understandings of peer production, the question of value and even more of currency has been rather marginal. This issue of the Journal of Peer Production (JoPP) demonstrates that theories and practices of value and currency are moving into the foreground. There has been a veritable explosion of experiments with currency and also a continuing metrics creep in many peer projects and beyond. More fundamentally, though, the question of value and how it circulates through a collective body is central to any mature theory of social organisation. In sociological and economic thought, the historical distinction between ‘values’ and ‘value’ split the non- or at least less-easily-calculable with the seemingly cold and objective world of calculation and universal commensurability. This ‘old settlement’, which never really held, nevertheless helped demarcate the economic from the social. But the intensification and extension of computational processes, manifested most clearly in the rise of big data, has lead to a proliferation of bottom-up procedures to formalise (social) values, rendering them easily calculable and lending order to the decentralised world of peers, but without necessarily replicating capitalistic calculations of value. […]

In this issue we seek to advance the exploration and understanding of how the themes of value and currency intersect peer production. This objective presented a double challenge for the contributors and for us as editors. Indeed, the scholarly articles included in this issue have attempted to provide analytical and theoretically grounded investigations of a world that is, on the one hand, often developing more quickly than the academic publication process can account for in a timely way, and on the other hand, mostly shaped by expert-practitioners. At the same time, these contributions seek to engage not only with scholars of related issues within the academic community, but also with practitioners themselves — who, on their end, have demonstrated a strong interest in this dialogue, as the invited comments section shows. »

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech
Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Recoudre la ville avec du sans-fil : dispositifs d’encapacitation des publics et discours d’infrastructures participatives

Huguet 3
Crédit photo (3) : Preston Rhea – Licence CC BY-SA 2.0. Montage d’un routeur (antenne) MESH-Wi-Fi installé sur un toit du quartier de MidTown à Détroit, juin 2011

Cette communication présentée lors des 3èmes journées doctorales sur la participation et la démocratie participative du Groupement d’Intérêt Scientifique « participation du public, décision, démocratie participative » s’intéresse aux enjeux et modalités du déploiement de réseaux communautaires sans fil (et aux technologies qui lui sont associées) au sein de la ville en crise qu’est Détroit. S’appuyant sur l’analyse de certains aspects de ces pratiques économiques alternatives, elle vise à comprendre de quelle manière une forme d’infrastructure de communication décentralisée illustre le lien entre crise économique et renforcement de pratiques de reliance mises en place par la société civile d’une ville en crise.

Basée sur une ethnographie de trois mois au sein des groupes mettant en place ces réseaux (entre mai et juillet 2013), ce travail tache de montrer de quelle manière des individus s’emparent de la question du rapport à l’infrastructures et aux compétences techniques nécessaires lorsqu’on les manipule pour embrayer de véritables processus de participation citoyenne (puissance d’agir ou empowerment) au sein d’écologies technologiques et infrastructurelles particulières (les réseaux MESH).

Au croisement des Sciences & Technologies Studies (STS), de la sociologie et des sciences de l’information et de la communication, nous questionnons ici les publics, les lieux, les tactiques et les micropolitiques (Woolgar, 1999 ; Barry, 2001) d’une « plateforme logicielle » de création de réseau MESH (le logiciel Commotion) et son déploiement au sein de la ville de Détroit.

Huguet François_Article Détroit sans fil_ACTES_JD GIS DP 2013

EN:
Huguet François, “For an ethnography of the Community Wireless MESH networks: Bottom-up innovation(s) for urban resilience ? (Digital) practices and means to transform the City of Detroit

 Abstract

This talk examines the issues and the sociopolitical aspects of what we call “digital bottom-up practices” which aim to create new forms of solidarities while strengthening communities across the crisis-city of Detroit (we are focusing on the deployments of the Community Wireless MESH networks using the commotion software in this city). Based on a three months fieldwork and observation within groups implementing these networks (2013, May – July), this work try to show how a networking principle, in this case, the decentralized architecture and the use of CWNs, is able to suggest a new type of democracy, a new type of relation to the public services infrastructure, to the media, to community organizing, to the fact of communication and to engagement and participation.

Today, after fundamental and empirical work both in Sciences and Technology Studies and also in Humanities and Social Sciences, it seems that we are witnessing a particular movement within the discourse on policy-making technical objects. Consequently, this movement illustrates the transition of these communication infrastructures from a « political » speech implied [Winner, 1986] into something « assumed » and claimed. And this movement is embodied in Detroit, specifically in its grass-roots processing practices based on the (distributed) digital justice principles which illustrate the « fact to live the web » differently as well as the growing of a decentralized, bottom-up economy which is one of the vectors of the empowerment of users-citizens and necessary to citizen emancipation.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Francesca Musiani, prix de thèse « informatique et libertés » CNIL

Francesca Musiani, l’une des coordinatrices du projet ADAM a remporté, grâce à ses travaux, le prix de la CNIL 2013. Nous tenions ici à la féliciter et à lui rappeler combien elle est un moteur au sein de notre projet de recherche.

Encore bravo Francesca!

Le 5ème Prix de thèse Informatique et Libertés est attribué à Francesca Musiani pour ses travaux sur les architectures pair-à-pair (P2P)

Le jury du Prix de thèse Informatique et Libertés, présidé par M. Jean-Marie Cotteret, membre de la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés), a attribué le 5ème prix Informatique et Libertés à Francesca Musiani pour sa thèse intitulée « Nains sans géants. Architecture décentralisée et services Internet ».

Le 5ème prix Informatique et Libertés de la CNIL, qui récompense les travaux de doctorants de 3e cycle et intéressant la protection des données personnelles, a été attribué à Francesca Musiani, postdoctorante au Centre de Sociologie de l’Innovation à MINES ParisTech et affiliée au Berkman Center for Internet and Society de l’Université de Harvard (Etats-Unis).

Le prix récompense ses travaux consacrés à l’exploration du développement des architectures pair-à-pair (P2P). L’objectif de cette thèse est très ambitieux puisqu’il s’agit d’étudier le développement des architectures P2P sous des angles très différents:

  • L’angle technique : les contraintes introduites par ce type d’architectures et les avantages qu’elles apportent ;
  • L’angle juridique : les incidences de ces choix architecturaux sur des obligations légales, notamment en matière de protection de la vie privée et de la propriété intellectuelle ;
  • L’angle économique : les difficultés à développer des modèles d’affaire capables de concurrencer les acteurs dominants qui reposent sur des architectures centralisées ;
  • L’angle sociologique : les interactions entre parties prenantes (notamment développeurs et utilisateurs), la sociologie de l’innovation.

Le Prix de thèse « informatique et libertés » incite au développement des recherches universitaires concernant la protection de la vie privée et des données personnelles. Ce prix s’adresse à de très nombreuses disciplines telles que les sciences humaines, le droit, les sciences politiques, l’économie mais aussi les disciplines technologiques, de l’innovation et du design.

 

http://www.cnil.fr/linstitution/actualite/article/article/le-5eme-prix-de-these-informatique-et-libertes-est-attribue-a-francesca-musiani-pour-ses-travau/

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Présentation vidéo de Arkos (navigateur-système d’exploitation décentralisé)

Nous y reviendrons plus longuement prochainement mais nous tenions à faire circuler l’information sur notre plateforme de recherche. Voici donc une présentation d’Arkos, les informations suivantes sont extraites du site web https://arkos.io.

 

What is arkOS?

Not just an operating system.

arkOS is a lightweight Linux-based operating system that runs on a Raspberry Pi. But arkOS more than just an operating system — it is a full software stack managing your self-hosting experience in an intuitive and intelligent way. arkOS does the work for you.

 

A visual gateway to your self-hosted web.

arkOS will allow you to run websites, email accounts, social networking profiles and much more, from its clean and easy-to-use graphical interface. With Genesis, even the most complex task becomes possible. No need to spend hours looking up command line functions — or learning to use Linux itself. Genesis gives you the power to manage your online life like it was meant to be done.

 

Your own private “cloud.”

With arkOS, you can will be able to run and maintain a variety of personal cloud services with the push of a button. Using solutions like ownCloud, you can store your calendar, contacts, files, music, photos and more at home, and manage all of these items. Share them only with the people you want to see them. No more “privacy creep” from services like Google or Facebook – with arkOS, you become the master of your own privacy controls.

 

Your data’s gateway to the Internet.

Don’t want the trouble of buying your own domain? Don’t worry. arkOS will allow you to connect your node to the Internet anyway, through a variety of services like dynamic DNS and port relays. Sometimes your Internet connection might prohibit you hosting your own data. In these circumstances, arkOS will provide ways to connect your node to the greater World Wide Web.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Compte rendu de l’International Summit for Community Wireless Networks (2, 4 Octobre 2013, Berlin)

Potsdamer Platz, Berlin, Deutschland par Par Paolo Margari
http://2013.wirelesssummit.org

Du 2 au 4 octobre 2013 se déroulait à Berlin le 9ème Sommet International des Réseaux Communautaires sans Fil (International Summit for Community Wireless Networks #IS4CWN 2013). Ayant lieu au sein de l’hackerspace Berlinois C-Base, organisé par Freifunk (projets MESH implanté à Berlin), l’Open Technology Initiative (New America Foundation – porteurs du projet Commotion), la Heinrich Böll Foundation et Chambana.net (Acorn Active Media et Urbana-Champaign Independent Media Center), cet évènement rassemblait la majeure partie des initiatives internationales concernant les réseaux sans fils communautaires – MESH – MANET (États-Unis, Europe, Asie, Afrique, Amérique du Sud).

Plaidoyer international pour un Internet décentralisé et pour un autre regard sur les technologies de l’information et de la communication, ce rendez-vous auquel nous participions déjà l’année dernière (voir ici), demeure édifiant pour qui s’intéresse à un Internet « différent » et aux nombreuses questions que son aspect « infrastructurel » pose. Trois jours durant, les personnes impliquées de près ou de loin dans des projets d’infrastructures de télécommunication alternatives ont pu échanger, discuter, débattre des enjeux que leurs activités soulèvent. Entre récits d’expériences, présentations des appareils utilisées, discussions sur les codes et les protocoles de routage ou bien encore keynote plus « poussées » et plus « réflexives », cet évènement était extrêmement intéressant et tout à fait instructif sur l’avenir des réseaux communautaires sans fil et sur le(s) regard(s) que l’on porte de par le monde sur les infrastructures de communications et d’accès à Internet.

À l’heure où le FBI démontait méthodiquement les couches de the Silk Road (sorte d’Amazon crypté utilisant TOR pour construire une plateforme de produits illicites où l’on payait en BitCoin) pour remonter à son fondateur Dread Pirate Robert, les « activistes » des réseaux MESH échangeaient pour tacher de bâtir des « Internets » locaux plus robustes, plus « libres », plus « justes » partout dans le Monde. Et tout cela sans l’aide de (presque aucun) fil.

THE FUTURE OF WIRELESS

Comme à Barcelone où se déroulait l’édition précédente de l’IS4CWN (au sein de l’université polytechnique de Barcelone) le colloque s’est ouvert par une présentation du président de l’IS4CWN Sascha Meinrath (fondateur de l’Open Technology Initiative et l’initiateur du projet Commotion, vice président de la New America Foundation). Il fût cette année précédé de Björn Böhning, membre du SPD Allemand et adjoint à la municipalité de Berlin. En tant qu’élu pour la ville de Berlin, Böhning présenta le contexte socio-politique des réseaux MESH au sein de la capitale allemande, leurs nombreux intérêts et pourquoi ils représentent selon lui et la municipalité un levier de développement éco-politique intéressant à l’échelle d’une ville (son intervention était intitulée « Free Wi-Fi in Berlin: The case of new, creative alliances and active infrastructure policy in the digital society » – Freifunk, projet de réseau MESH allemand est très intégré dans cette ville). Suite à ces deux Keynote Adress (aux accents plus « politiques » que vraiment scientifiques), la conférence se divisait en différentes sessions. Nous avons suivi celle menée par Darby Hickey (OTI) qui s’intitulait « Women and Community Wireless: adressing challenges, Sharing Successes« .

La session se concentrait sur les liens que l’on peut faire entre le développement de réseaux sans fil « libres » et la question de l’empowerment des femmes. Le panel de discutantes était varié et présentait des femmes venues d’Inde (Sushinata Sahooa case in India (IRMA India) : promote gender equality and empower women), d’Argentine (Jessica GiudiceTo organize workshop to help people to participate. building their nodes, putting them on the rooftop), des Etats-Unis (Jenny Ryan : California Bay area (Oakland) – Digital anthropology intersection between community online and social grassroots networks initiative impliquée dans le projet Open Garden) et d’Europe (Anne Wizorek). Ce premier panel introduisait un des axes forts de ce colloque: À quoi peuvent servir les CWNs?

Historically, women have made huge contributions to human technology, yet communication tools do not always benefit gender inclusion and equality. These structural forces play out uniquely in tech realms to weaken efforts to build vibrant community technology like wireless projects. Both the everyday sexism of society that translates into tech spaces and the Internet, as well as the unique facets of discrimination in these realms, result in fewer women being involved in wireless projects. Those that are involved can feel isolated, even sometimes attacked or sidelined.

If community wireless networks are to realize their potential for galvanizing grassroots communications and community ownership, we must tackle these issues pro-actively.

L’après midi, nous avons assité à la présentation de différents projets MESH. L’idée de ces panels étaient de faire discuter entre eux les protagonistes de réseaux décentralisés (Détroit, Las Vegas (USA), Oaxaca (Mexique) et Kinshasa (RD Congo)). Selon les lieux, l’approche se révèle très différente; à la fois dans l’approche technologique, économique ou bien politique. L’intérêt de cet évènement est certainement ici d’ailleurs: faire du réseautage de réseaux. Nous connaissons bien le travail du groupe Morning Sides pour avoir travaillé avec eux en juin 2013 à Détroit. Monique Tate et Ulysses Jones étaient à Berlin pour présenter leur projet mené dans les quartiers Est de la ville de détroit. Pour une présentation rapide de leur activités et de leur approche, voir la vidéo de leur talk à l’Allied Media Conference de Détroit en 2013:

Morning Side Detroit – AMC 2013 from Francois Huguet on Vimeo.

De ces discussions nous retiendrons surtout l’intérêt que présente le projet Rhizomatica. Basé au Mexique, ce dernier vise à offrir des technologies de communication à des régions rurales non équipées en infrastructures (trop éloignées des grands canaux, trop couteuses à équipées pour des grands opérateurs qui ne feraient pas de profit sur de tels investissements). La discussion qui s’en est suivi concernait notamment les aspects légaux d’accès à l’infrastructure. La question de la négociation-attribution autour des fréquences blanches du spectre radio afin de développer des systèmes de communication sans fil (utilisant notamment la fréquence GSM) était au cœur des enjeux évoqués par les discutants, qu’ils soient du Congo, des États-Unis ou du Mexique. Cet enjeu légal se retrouvera tout au long de la conférence, il sera d’ailleurs repris longuement par Amélia Andersdotter le lendemain soir.

http://rhizomatica.org

RHIZOMATICA (http://rhizomatica.org)

According to the ITU, 2-3 billion people around the world lack affordable mobile telephone services that facilitate critical communications and access to information. Due to market saturation in developed countries and economic disincentive in the developing world and especially rural areas, mobile coverage proliferation is slowing dramatically worldwide. And yet most telecom regulations forbid the provision of strictly rural service, effectively killing any chance for micro-telco’s to thrive.

Currently, only very large, powerful companies have access to the mobile spectrum and the concessions to provide cellular service. But their business model and the technology that these traditional providers use have proven unable to solve the problem of connecting much  of the world. We want to break this oligopoly and allow communities to become service providers as well.

Thanks to a variety of open-source efforts developed in the last few years, it has become technologically and economically feasible for a community or an individual to provide carrier-grade cellular service to thousands of people. Yet no one has so far applied these technologies in the real-world, much less created the needed regulatory reforms.

We work as a bridge between the potential users of the technology and the engineers and developers of these efforts to ensure the technology is deployed and appropriate for use in the developing world.

La fin de l’après midi consistait en une session-workshop qui présentait différentes approches pédagogiques pour construire un réseau. Andy Gunn (OTI), Diana Nucera (Allied Media Projects Detroit) et Theresa Landrum (personnes rencontrés à Détroit ou à Washington lors de notre travail d’enquête) présentaient leurs travaux mais surtout leurs différentes approches de leurs projets, leurs techniques pédagogiques pour faire comprendre et adopter les réseaux sans fils communutaires. Une séance réflexive où es échecs furent autant abordés que les réussites. L’objectif était ici de s’intéresser au « comment » sensibiliser les personnes et les publics peu concernés par ces questionnements aux enjeux des CWNs. Que mettre en place et comment le faire pour qu’un intérêt se développe envers ces « devices as infrastructures networks ». Le travail d’enquête, de sondage, d’intervention dans les écoles mais surtout de vulgarisation s’est avéré central pour l’ensemble des participants aux workshop. Le changement principal de cette édition était d’ailleurs là. L’IS4CWN 2013 laissait la part belle à la parole de « communities organizers » et non plus aux ingénieurs-programmeurs-codeurs qui ne se soucient souvent peu du déploiement et de l’adoption de leurs programmes. Les discussions entre ces deux monde ont permis de perméabiliser ces deux mondes, et nous avons été témoins de beaucoup d’échanges entre ingénieurs et « implémenteurs » de ces technologies à propos des interfaces, des (niveaux de) discours qu’il faut avoir face à des adopteurs-hébergeurs supposés de services MESH. Nous y reviendrons prochainement.

La fin de la journée était un retour sur expérience (sorte de rétrospective) menée par les deux créateurs de Freifunk (le réseau communautaire allemand fêtait ses 10 ans en 2013).

Coalition-building for Community Wireless Networks

Le jeudi 3 octobre, le réseautage des réseaux communautaires sans fils continuait… Jenny Ryan, conduisait une session où la parole était de nouveau aux retours sur expériences et aux discussions entre différents protagonistes de projets.

How do free network projects create and cultivate collaborative working relationships with a diversity of community organizations? How do we find a balancing point between existing institutional structures and emerging grassroots endeavors? How do we create stronger relationships with each other for sharing our experiences, ideas, knowledge, and code?

L’après midi, un atelier passionnant sur ce que les « commons » signifient eut lieu avec comme modérateur Greg Bloom, activiste américain basé à Washington DC. Nous avons pu discuter à ce moment là de la notion de « community » très implanté aux USA et faisant sens pour les personnes engagés dans les projets américains (« community » -« communities » termes qui font moins sens en Europe, du moins si on cherche à les circonscrire à une aire géographique, à un lieu précis). Au sein de notre travail de thèse qui vise à montrer comment les initiatives MESH (Architectures distribuées mobiles) mettent en lumière des questionnements relatifs à la matérialité des réseaux de communication existants et aux rôles que jouent les usagers dans l’organisation d’un réseau social numérique, cette notion de « community » est quelque peu problématique. Notre recherche vise en effet à comprendre de quelles manières ces discours sur les réseaux de télécommunications décentralisés et autonomes appréhendent la notion de co-construction autour des savoirs et ce que Bernard Stiegler appelle l’ère économique de la contribution. Mais cette notion de community pour nous au centre des déploiements de réseaux MESH sur le territoire américain reste absente de la façon dont on appréhende la co-construction en Europe. Cette discussion fût donc riche d’enseignement même si cette notion semble rester pour certains assez floue, elle permit néanmoins de mettre en perspective ce terme et d’interroger les personnes qui l’utilisent.

Amelia Andersdotter – https://ameliaandersdotter.eu/

Devant intervenir le vendredi matin, Amelia Andersdotter, membre du Parti pirate suédois, élue eurodéputée aux élections européennes de 2009 (plus jeune députée du parlement européen), est intervenu finalement en fin d’après midi le jeudi 3. Critiquant la politique de Neelie Kroes (European Commissioner for Digital Agenda), Andersdotter dressa les contours d’une politique à propos d’Internet extrêmement réfléchie et précise. Meinrath l’a introduit comme la personne politique connaissant, selon lui, le mieux la question technique et celle de la gouvernance d’Internet. En connaissant l’impact qu’elle a eu sur le rejet de la loi ACTA au sein du parlement européen, nous étions particulièrement attentifs à sa communication intitulée: « Bottom-Up and Top-Down: crossroads between Brussels and Communities« . Qui plus est, sa communication faisait écho au récent article de Primavera de Filippi : « Des outils de communication pair-à-pair aux outils de fabrications numérique: les enjeux juridiques de la décentralisation« 

Crisis x Architectures Décentralisées

La dernière journée du colloque concernait en grande partie les usages des réseaux MESH liés aux crises. Le premier atelier du vendredi matin mettait en parallèle des projets menés en Inde, en Thaïlande et à New York. Nous y avons retrouvé Anthony Schloss que nous avons interviewé en juin 2013 à Détroit.

Representatives from intERLab’s DUMBONET Emergency MANET project in Thailand, Women In Science and Engineering in India, and the Red Hook Initiative’s Red Hook Wi-Fi mesh network in Brooklyn, New York, introduced their experience with wireless networks in disaster situations. The panel then discussed shared expectations, findings, and lessons learned in the design and implementation of wireless networks for disaster scenario communications, with a focus on adoption of these networks by marginalized communities to make them most effective when disaster strikes.

The panel’s varied participants provide a depth of understanding to all facets of disaster communications. The intERLab representatives, Apinun Tunpan and Kanchana Kanchanasut, shared research, design, and implementation of mobile ad hoc networks for use in preemptive disaster response in rural Thailand. Sai Dandekar from WISE India contributes a study of the social and legal protection of critical information infrastructure and how women can participate in sustaining it. Anthony Schloss and Katherine Ortiz from the Red Hook Initiative’s Digital Stewards program in Red Hook, Brooklyn are expanding a wireless mesh network that served as critical communications infrastructure in the immediate aftermath of Hurricane Sandy in November 2012. The Digital Stewards program is designed to train local youth to organize their community and maintain the wireless technology that supports the network in Red Hook.

La dernière partie du colloque s’est achevé sur une discussion croisée entre Sascha Meinrath, Ramon Roca, Juergen Neumann et Joseph Bonicioli. Responsables de projets MESH d’envergures (Commotion, Confine, Guifi, Freifunk) ces protagonistes croisaient encore une fois ici leurs points de vue et leurs aspirations pour le futur. Que peuvent les CWNs? que dessinent ‘ils? sont ils une nouvelle forme d’Internet ou le rapport que les utilisateurs auront à Internet dans le futur? nous ne le savons pas encore, mais nul doute que les contours d’un Internet plus décentralisé et plus juste se dessinent lors des IS4CWN.

  • http://oti.newamerica.ne
  • http://2013.wirelesssummit.org/
  • http://freifunk.net/
  • https://projectmeshnet.wordpress.com/

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Live stream de l’International Summit for Community Wireless Networks (IS4CWN 2013)

En attendant le compte rendu de l’IS4CWN 2013 qui se déroule en ce moment à Berlin, vous pouvez suivre l’ensemble des conférences (main session) en live stream sur http://c-base.org/

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Freifunk [vidéo] – créateur de réseaux MESH

Freifunk, le software-communauté créateur (allemand) de réseaux décentralisés MESH revient sur son fonctionnement et son « projet » dans une vidéo très intéressante à visionner:

Voir aussi: http://wiki.freifunk.net/Kategorie:Fran%C3%A7ais

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Lutter contre l’exclusion : les oeuvres-réseaux de Wachter & Jud (Gaité Live)

Article paru sur le site Gaité Live le Jeudi 11 avril 2013. Gaitelive est le média en ligne de la Gaité Lyrique qui explore en long, en large et en travers les Cultures Numériques. gaite-live.net
net-mobil-ordinateur
Crédit image : Qaul.net
À l’occasion de leur exposition à la Gaîté Lyrique, François Huguet décrypte le travail des artistes Christoph Wachter et Mathias Jud qui critiquent les systèmes informatiques centralisés générant l’exclusion et la division des individus.

Dissocier les objets techniques que l’Homme produit pour transformer son rapport au monde de l’imaginaire qu’il associe à ces objets et à leurs usages semble chose impossible ; on pourrait même affirmer que les fonctionnalités de ces objets sont « indissolublement liée à une (ou plusieurs) fictionnalité(s) »1. Inspiré par les fictions que déploie Internet depuis sa création, Christoph Wachter et Mathias Jud – duo de net-artistes suisses basés à Berlin – observent les diverses matérialités du réseau des réseaux ; ils interrogent les imaginaires que la toile crée, qu’elle entretient ou qu’elle cherche à cacher. Avec le projet #GLM, sorte d’écho au projet HÔTEL GELEM installé à Montreuil depuis peu, ils continuent un travail initié il y a plusieurs années et qui a pour but d’observer les angles morts de l’urbanisme du web mais également de l’urbanisme au sens propre. Au delà de la simple observation-performance, la démarche de Wachter & Jud vient interroger et « tester » ces fictions dont il sera ici question. Et ils le font au sens propre comme au sens figuré : avec des humains et des machines ; toujours les mains dans le cambouis, dans les tuyaux des infrastructures ou des 0 et 1 de l’informatique… De quoi réjouir les chercheurs en Sciences & Technologies Studies mais de quoi interroger également un public beaucoup plus large sur les relations que l’on tisse avec ces fameuses Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, leur(s) matérialité(s) et leur(s) « politique(s) ».

Depuis 2006, ils ont créé différentes œuvres interactives qui interrogent la question des frontières générées par le web.

Mathias Jud et Christoph Wachter n’en sont pas à leur coup d’essai dans la critique des systèmes informatiques centralisés qui génèrent exclusion et division des individus. Depuis 2006, ils ont créé différentes œuvres interactives qui interrogent la question des frontières générées par le web. Leur projet Zone*Interdite vise par exemple à pointer le paradoxe entre les lieux clairement interdits au public (notamment les camps de prisonniers de Guantanamo à Cuba, celui de Bucca en Irak ou bien la base militaire aérienne de Bagram en Afghanistan) et les images que les Mass Médias diffusent de ces derniers. À partir d’images issues du web, ils ont cartographié et construit l’espace de ces lieux de façon numérique. Ils ont recomposé en trois dimensions ces endroits censés être interdits aux regards et « hautement sensibles » pour les exposer à n’importe quel internaute. Il en va de même pour leur projet Picidae qui cherche de son coté à créer une forme de communauté capable d’échapper à la censure qu’exercent des pays plus ou moins autoritaires sur l’Internet. Picidae est en effet un projet d’infrastructures (des petits serveurs disséminés partout dans le monde) où des utilisateurs « photographient » des sites web interdits par des régimes politiques pour les mettre à disposition de tout le monde sur le serveur pici. Les mécanismes de blocage étant généralement textuels, les impressions-écran des sites répertoriés sur les « listes noires » permettent d’échapper à cette censure et d’avoir accès à leur contenu.


Zone*Interdite, impression-écran d’une marche en 3D dans Guantanamo Bay.

Avec ces deux artistes militants d’un Internet plus libre, il est, au final, bien souvent question de « solutions ».

Avec ces deux artistes militants d’un Internet plus libre, il est, au final, bien souvent question de « solutions ». Solutions face à aux paradoxes de nos rapports aux images, solutions face à des tentatives d’atteintes à la liberté des internautes, solutions face à la question de la « fracture numérique »… Le projet #GLM pour Grassroot Local Meshnet, relève d’ailleurs de cet esprit là. Avec cette œuvre qu’ils présenteront à la Gaité Lyrique tout au long des mois d’avril-mai, ils continuent de creuser la porosité de l’ingénierie de réseaux de communication, d’interroger ses frontières mais aussi de questionner les mécanismes d’exclusion actuels en cherchant à les combattre. #GLM, c’est appliquer le principe communautaire de réseau MESH jusqu’à l’HÔTEL GELEM de Montreuil pour y amener une connexion Internet. L’HÔTEL GELEM est l’un des autres projets de Mathias Jud et Christoph Wachter, il s’agit d’une forme de « tourisme embarqué » où le « touriste » participe aux conditions de vie précaires d’un camp Rom :

« Alors que la majorité d’entre nous recherchent l’exotisme et l’aventure pendant les vacances, pour les gens confrontés à des conditions de vie précaires, la dure réalité est qu’ils doivent faire face aux contraintes liées à la mobilité et à l’improvisation en permanence. HÔTEL GELEM invite à participer à des situations de vie grossières et à former de nouveaux types d’échanges, ainsi qu’à présenter et à prendre en considération des phénomènes qui n’auraient « plus jamais » dû se reproduire depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. HÔTEL GELEM propose des endroits où se rencontrent transfiguration romantique et persécutions racistes, et franchit chaque nouveau mur à travers l’Europe, qui dramatiquement, a été divisée par notre société. » [source]


L’hôtel GELEM à Paris.

Qaul est singulier en cela qu’il est projet artistique et possède donc cette posture particulière qui fait de lui un objet capable d’interroger nos pratiques plus qu’un service web ou qu’une application quelconque. 

#GLM vise donc à rattacher ce symbole d’exclusion contemporaine qu’est le camp Rom au réseau Internet via une technologie particulière de réseau maillé ou réseaux MESH (MEtro Scale ad-Hoc network2​). Cette technologie est d’ailleurs à la base d’un autre projet de ces deux artistes militants : Qaul.net. Qaul correspond assez bien à l’une des trajectoires récentes des mondes de l’Internet, à savoir une entreprise de socialisation d’une technique particulière : celle d’établir des réseaux locaux autonomes et des communautés d’utilisateurs avec un objet technique spécifique en l’occurrence l’informatique décentralisée (et mobile). On peut observer de telle initiatives un peu partout sur la planète, les réseaux MESH étant utilisés en Afrique du Sud, en Europe (avec par exemple Freifunk, Funkfeuer, Guifi, etc.)3, aux Etats Unis4, surtout pour partager des connexions à Internet.

Mais Qaul est plus que cela : en tant que logiciel de création de réseaux MESH sans fil et autonomes où le parc d’appareils de communication des utilisateurs devient l’infrastructure (la communication entre les terminaux communicants se fait uniquement via leurs capacités d’émission, de réception et de transmission d’un message entre appareils via WiFi), ce projet artistique se distingue d’un projet politique tel que Commotion qui peut sembler au premier abord être une forme d’application « cyber-diplomatique » américaine issue de la 21st Century Statecraft (1er mandat présidence Obama)5 édictée par la secrétaire d’État Hilary Clinton. Qaul est singulier en cela qu’il est projet artistique et possède donc cette posture particulière qui fait de lui un objet capable d’interroger nos pratiques plus qu’un service web ou qu’une application quelconque.

Qaul (tout comme #GLM dans une autre mesure) est un software « boîte à outils » qui permet à ses utilisateurs de penser leurs propres rapports aux infrastructures de communication qu’ils utilisent et donc de ce fait, aux objets techniques qu’ils manipulent. Mais c’est aussi une réflexion post-printemps arabe qui a trouvé une réponse aux problèmes que la censure et le blocage d’Internet posaient aux militants connectés du Maroc jusqu’à l’Iran. Qaul, logiciel téléchargeable sur n’importe quel type de machines (Mac, Windows, Android, Linux, etc.), peut « devenir » infrastructure de communication.
Interview de Christoph Wachter et Mathias Jud

Réfléchir au fait que la technologie et la question de la « fracture numérique » peuvent s’envisager autrement, qu’une forme nouvelle d’être ensemble est possible.

En effet, les chutes successives de certains régimes autoritaires en 2011 et le supposé rôle des TIC dans ces effondrements6 ont permis de mettre en lumière l’importance des appareils communicants dans les écosystèmes technologiques des pays du Maghreb et du Proche-Orient. Avec les déboulonnements de Ben Ali, de Moubarak et de Kadhafi en 2011, un public extrêmement large comprenait de quoi Internet et les appareils communiquant mobiles étaient « capables » politiquement parlant… Des géants tels que Google ne s’y sont d’ailleurs pas trompés et ils ont rapidement prêté main forte à certains militants – notamment en Egypte – pour leur permettre de continuer d’utiliser des services comme Twitter7 (ils pouvaient d’autre part bénéficier en investissant, au final, peu d’argent, d’une augmentation du capital sympathie-démocratie de leurs différents services et de leur entreprise en général).

De ce fait, la « fiction » techno-politique qui se construisait à ce moment là – et qui allait continuer à se construire chez les indignés espagnols8 et lors des mouvements Occupy à travers le monde – a permis aux différents projets d’infrastructure MESH de consolider leur projet : une sorte de prise de conscience sur les infrastructures de communication existantes et sur le fait que ce rapport aux infrastructures évolue. Les œuvres de Cristoph Wachter et Mathias Jud relèvent de cette prise de conscience. Dans Qaul et #GLM, l’infrastructure c’est aussi les ondes radios (fréquences WiFi) sur lesquelles transitent les messages, les utilisateurs, leurs appareils et leurs volontés de participer à un réseau local : « l’infrastructure, ça peut être nous les users et nos devices, sans les équipements des opérateurs de téléphonie, c’est à dire les relais GSM, serveurs centraux, câbles téléphoniques, etc. »9.

#GLM et Qaul.net sont des œuvres artistiques visant à montrer qu’une alternative à l’architecture actuelle des principaux services centralisés de communication et d’information est possible. Cette alternative passe par une technologie décentralisée nouvelle, disruptive, gratuite, « open source », virale, c’est-à-dire se répliquant d’appareils à appareils (la technologie possède cette capacité de se transmettre d’un appareil à un autre, sans devoir se connecter à une quelconque entité centrale d’où on téléchargerait un logiciel). L’alternative, c’est en quelque sorte revenir à une infrastructure locale qui permet de partager des choses, de les comprendre, d’assurer la permanence d’un système de communication en local tout en accédant, grâce à ce dernier, à de l’information plus globale. C’est aussi réfléchir au fait que la technologie et la question de la « fracture numérique » peuvent s’envisager autrement, qu’une forme nouvelle d’être ensemble est possible. Et c’est ce qui rend les projets #GLM et Qaul intéressants de notre point de vue : ils ne sont pas véritablement envisagés comme des services, mais comme des « boites à outils », comme des projets politiques de réflexions sur les standards de radiocommunications sans fils actuels, sur la propriété de l’espace public et les capacités civico-pédagogiques des technologies de réseaux sans fils.


Crédit image : Qaul.net

Reste à savoir si ce type de communautés socio-politiques et d’infrastructures réseaux sauront s’étendre et faire en sorte que les technologies de l’information et de la communication deviennent plus « démocratiques ». Qaul et #GLM, en tant qu’œuvres artistiques, interrogent de façon très intelligente tous ces enjeux à la fois culturels, civiques et politiques. Mais reste également à savoir si une forme de citoyenneté insurrectionnelle10 « équipée » de technologies décentralisées, autonomes et mobiles saura faire face aux défis futurs d’Internet, qui tend aujourd’hui à limiter nos libertés et nos interactions sociales en dehors de son méta réseau (qui lui n’est pas du tout une fiction)…

 

[1] Musso, P. (2009), Usages et imaginaires des TIC : la friction de fictions​, in Licoppe, C. (2009), L’évolution des cultures numériques, de la mutation du lien social à l’organisation du travail, {FYP} éditions, Paris, p. 201-210.

[2] Sur ce point, voir ici. Notons également que la technologie MESH ou MANET (Mobile Adhoc NETwork) était très utilisée au départ pour des réseaux de capteurs ou pour le déploiement de systèmes de communications en contextes de crises – catastrophes naturelles (notamment quand les infrastructures existantes se sont « cassées la figure » et qu’il faut déployer un système de communication from scratch).

[3] Voir cet article d’Ophelia Noor à propos des communautés WiFi autonomes (OWNI.fr, 12 Septembre 2011, « Le wifi libre entre en résistance ».)

[4] Voir cet article de Stéphanie Vidal à propos des réseaux WiFi de Détroit (Slate.fr, 3 Septembre 2011, « Du sans fil pour recoudre Detroit ».)

[5] Voir notamment les articles d’Yves Eudes (Le Monde, 30 août 2011, « Commotion, le projet d’un Internet hors de tout contrôle »), de James Glanz et John Markoff (The New York Times, 12 Juin 2011, « U.S Underwrites Internet Detour around Censors ») et le reportage TV d’Al Jazeera (US Government funding shadow networks, 2012).

[6] Gerbaudo, P. (2012), Tweets and the streets. Social Media and Contemporary Activism, Pluto Press. Londres.

[7] Le speak-to-tweet. Il faut néanmoins se méfier de cette politisation à outrance de l’activisme en ligne, et rappeler les doutes de Sami Ben Gharbia (fondateur de Nawaat, premier portail d’information d’opposition en Tunisie créé en 2004) à propos de « [la] perte de crédibilité des réseaux contestataires constitués à l’origine de manière indépendante et enfin [le] développement d’une sorte d’activisme en ligne parallèle, financé par l’extérieur donc moins « authentique » » ; cités dans : Gonzalez-Quijano, Y. (2012), Arabités numériques. Le printemps du Web arabe, Sindbad – Actes Sud, Arles.

[8] Gentès, A. & Huguet, F. (2012), « Les alternatives aux réseaux sociaux : l’architecture distribuée et le design de média », in Stiegler, B. (2012), Réseaux sociaux. Culture politique et ingénierie des réseaux sociaux, IRI – {FYP} éditions, Paris. Notons que cette « fiction » fait fi des écueils de la révolution de 2009 en Iran, des luttes syndicales menées depuis des décennies dans les pays où se déroulaient les soulèvements et des cas de censure notamment chinois ou russes.

[9] Voir cet article de Pishevar Sunday (TechCrunch.com, 27 Février 2011 « Humans Are The Routers Shervin ».)

[10] Sur ce point, voir les travaux de Félix Tréguer (doctorant en Sciences Politiques à l’EHESS Paris) sur http://www.wethenet.eu.

 

Article paru sur le site Gaité Live (la Magazine de la Gaité Lyrique) le Jeudi 11 avril 2013

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Interview vidéo de Mathias Jud & Christoph Wachter – Qaul.net

dissemination-et-capter

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous vous parlions de Qaul.net récemment, ce projet développé par deux net-artistes suisses et qui utilise la technologie de réseaux maillés MESH. Au détour d’une recherche sur Internet, nous avons découvert cette vidéo où ils expliquent leur démarche.

  • http://qaul.net
  • http://www.wachter-jud.net
  • http://www.hotel-gelem.net

A noter: Christoph Wachter et Mathias Jud sont actuellement en résidence à Paris  dans le cadre du cycle « technologies au quotidien » de la Gaité Lyrique. Ils présenteront leur projet du 12 avril au 12 mai 2013 à la Gaité Lyrique, plus d’informations ici.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Unlike Us #3 – Social Media: Design or Decline

unlikeus3Les vendredi 22 et samedi 23 mars 2013 se déroulait à Amsterdam l’Unlike Us #3 organisé par l’Institute of Network Cultures (« INC » – fondé en 2004 par Geert Lovink, professeur l’école polytechnique d’Amsterdam, School of Interactive Media at the Hogeschool van Amsterdam (Amsterdam Polytechnic). Cette année, le thème de ce rendez vous annuel qui rassemble au sein d’un même évènement conférences, ateliers, discussion et hackathon était:

« Social Media: Design or Decline »

Unlike Us correspond à un réseau international d’artistes, de chercheurs, de designers, d’activistes et de programmeurs qui s’intéressent aux alternatives au réseaux sociaux et aux « contenus plus qu’aux interfaces ». Pour naviguer au sein de ce réseau et tacher de saisir les thèmes qui intéressent ces personnes plutôt « critiques » des médias, un des meilleurs outils est de regarder ce qui se discute au sein de leur liste de discussion. Le troisième rendez vous de ce réseau multidisciplinaire a tenu ses promesses en termes de discussion interdisciplinaire. La conférence a été ouverte par Bernard Stiegler, Petra Löffler et Tristan Thielmann sur une critique théorique du « social » (philosophe, archéologue, anthropologue). La suite de la conférence a vu se succéder beaucoup de personnes présentant tout autant leur technologie telle que Lorea (réseau social décentralisé utilisé par les indignés espagnol), le Facebook demetricator (par Ben Grosser) ou bien encore des réflexions très intéressantes sur la non utilisation des technologies mobiles dans certaines parties du monde (intervention de Marion Walton à propos de l’utilisation des messageries instantanées en Afrique du Sud. Nous retiendrons aussi la très bonne intervention de Miriyam Aouragh à propos de l’utilisation des réseaux sociaux par les « activistes digitaux » du Proche et du Moyen Orient.

La plupart des communications seront prochainement en ligne (sur http://networkcultures.org/wpmu/unlikeus/) mais vous pouvez dès à présent retrouver la plupart des panels et des technologies qui ont été présentées ici (spotted par Marion Walton):

Peter Olsthoorn showed us how to work out and claim our value to Facebook: What is your Facebook value? Work it out here

Benjamin Grosser introduced everyone to his Facebook Demetricator Facebook Demetricator and the Easing of Prescribed Sociality

Karlessi from Ippolita unpacked Religions 2.0 or the rituals of the participation society and how they feed the friendship algorithm Ippolita

There was a Skype video of Richard Metzger challenging Facebook’s strategy to get publishers to pay for ‘sponsored stories’  Facebook I want my friends back

Hester Scheurwater shot back after her fantasy self-portraits fell foul of Facebook’s censorious gaze Shooting back

For a world where Facebook is our passport, Tobias Leingruber offered us a Facebook ID FB Identity

There were also some great links shared in Simona Lodi’s presentation: Art as Networked Machinery: When Art Becomes Anti-Social for Being More Social

Anti-social blocks social sites IOCOSE

A crowded apocolypse  draws on crowdsourcing to generate a multitude of conspiracy theories

Rui Guerra and David Jonas Uncloud: Control your own cloud

Les Liens Invisibles 15 MINUTES, ANONYMOUS

Vous pouvez aussi télécharger le livre « Social Media Monopolies and their alternatives » tiré des réflexions de ce réseau de chercheurs designers, artistes ici : http://networkcultures.org/wpmu/portal/publication/unlike-us-reader-social-media-monopolies-and-their-alternatives/

Trailer – Unlike Us Reader: Social Media Monopolies and Their Alternatives from network cultures on Vimeo.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

BitTorrent Live, le streaming version distribuée…

La fameuse évolution du tout aussi fameux logiciel de partage de fichiers en pair-à-pair BitTorrent vient d’être officiellement « lancée » lors du SXSW d’Austin – Texas (8-17 mars 2013; notons que le projet avait été annoncé par Bram Cohen, créateur de Bittorrent l’année dernière au MusicTech Summit de San Francisco avec le projet de « tuer la télévision »…).

Il s’agit en fait d’une version béta de ce logiciel de Streaming en pair à pair où, comme l’explique le blog officiel de Bittorrent:

For anyone with mobile video or webcams, for anyone in the moment, on the ground, or on the front lines; for everyone with the need to break news or break it down in real time: BitTorrent Live is now open. Get involved.

BitTorrent Live is a peer-to-peer live streaming protocol. It’s based on the principles of the BitTorrent protocol. And it’s designed to make real-time reporting, and open expression accessible to all. BitTorrent Live eliminates bandwidth, cost, and infrastructure as broadcast barriers. The more people that tune in, the more resilient your stream.

Since November, we’ve been working with a number of digital creators and broadcasters in a closed Beta program. As Bram notes, “We’ve demonstrated scaling and improved stability during our invite-only period, and are excited to open our service up to anyone who wants it. Thanks to all our early users for their support.”

Thanks to you, it’s open to all. Live streaming by the people, for the people.

BitTorrent Live is still in Beta. But it’s one of the ways we’re working on solving for free expression and creative sustainability on behalf of artists, publishers, and broadcasters. Check out Live, and other BitTorrent artist tools, over at Labs.

BitTorrent Live correspondrait donc à un service de streaming vidéo basé sur le principe du protocole peer to peer Bittorrent à savoir un partage en temps réel de données entre utilisateurs de ce logiciel. L’enjeu semble de taille: tuer la télé donc mais aussi tacher de détronner Youtube et Ustream… Pour l’instant on parle de version béta et apparemment les test semblent plus concluants que ceux effectués l’année dernière… L’idée semblerait donc aussi de permettre la diffusion de vidéo en live en:

« s’affranchissant d’infrastructure, de bande passante, et de tout ce que cela englobe, notamment en matière d’investissement financier. En clair, « plus les gens regardent votre émission, plus le flux est résistant » explique la plateforme. La base est donc la même que celle qui garantit un téléchargement rapide et fluide d’un fichier qui transite par BitTorrent, à condition que les seeders soient au rendez-vous.

BitTorrent Live est donc présenté comme un service de « retransmission directe par les gens, pour les gens ». Déjà testé en bêta fermée, il peut désormais être utilisé par le biais d’une plateforme Web complétée par un guide en ligne. Reste désormais à voir comment les plateformes de vidéo et autres adeptes du podcast vont potentiellement exploiter ce nouvel outil, dont seule une popularité conséquente pourra garantir son bon fonctionnement, protocole BitTorrent oblige.

Audrey Oeillet, sur Clubic.com, 12 mars 2013

Reste à voir donc… Mais nous gardons les yeux et les oreilles grand ouverts!

 

Sources:

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Le peer-to-peer et le Sahara

www.sahelsounds.com

Nous avions déjà évoqué les installations d’Arnaud Contreras au sein de la ville de Tombouctou (Mali) dans un précédent post. Voici que l’on retombe aujourd’hui sur un reportage-interview du réalisateur-photographe hybride cette fois ci à propos de Christopher Kirkley (http://sahelsounds.com/) et du travail qu’il mène à propos de la chasse au Mp3 Saharien et de la musique de téléphones portables au Sahel:

Écouter l’émission de sur le blog de l’atelier des médias (+interview complète de Christopher Kirkley)

L’entretien est intéressant à plusieurs niveaux car en plus de renseigner sur des « façons de faire » particulières au Nord du Mali, sur des « braconnages » de services d’échanges et de réception avec des téléphones portables, il laisse entrevoir ce à quoi ressemble un service de peer-to-peer mobile effectif en Afrique (décidément toujours en avance sur les usages du téléphone portable mais pas que! Voir à ce sujet le site web du Carrefour des Possibles Afrique)

Jam Session at Festival au Desert near Timbuktu, Mali 2012 – Alfred Weidinger – CC BY 2.0

Nous qui travaillons au sein de ce projet de recherche sur les aspects mobiles des architectures distribuées et qui lorgnions bien souvent (avec nos lunettes d’infrastructure studies sur le nez) vers des innovations technologiques assez poussées (c’est le cas des réseaux MESH et de ces réseaux communautaires sans fils qui souhaitent redéfinir en quelques sortes notre rapport aux infrastructures de communication et notre dépendance vis à vis d’elles), le travail de Kirkley vient nous prouver encore une fois qu’il faut parfois penser à chausser un squintar pour analyser les comportements d’utilisateurs, leurs localisations géographiques et les façons dont ils détournent les technologies existantes pour créer des formes de marchés et d' »économies parallèles »…

Christopher Kirkley le mentionne lui même dans l’interview:

Oui, j’étais d’abord intéressé du point de vue de la recherche, pas nécessairement pour faire une collecte aléatoire de MP3. Je pense que l’idée que des gens échangent de la musique via des téléphones et par le bluetooth, crée un réseau métaphorique de musique, une sorte de monde parallèle à Internet.
Je suis très excité par l’existence de ce réseau métaphorique, et par les données qui sont sur ce réseau, parce que souvent nous considérons que tout est sur Internet aujourd’hui, et que nous vivons dans une société globalisée où tout le monde est connecté. Et pour moi, l’exemple saharien montre qu’il y a toujours de nombreux réseaux qui ne sont pas connectés, mais les gens utilisent ces technologies pour faire du commerce, pour créer, pour échanger.

Retrouvez l’entretien complet ici ou bien lancez le player ci dessous pour écouter l’émission:

Références:

  • Site internet de l’Atelier des médias sur RFI (Web-émission participative pour la communauté des médias et réseau social de rfi):  http://atelier.rfi.fr/
  • Site Internet du Carrefour des Possibles Afrique :http://cdpafrique.org/ (à noter également la deuxième édition du Café Carrefour Sénégal cultivons l’innovation! le 5 novembre 2012 à Dakar à l’Agence Universitaire de la Francophonie, Campus de l’UCAD)

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Compte rendu de l’International Summit for Community Wireless Network (Barcelone, octobre 2012)

Barcelona bathed in golden light – Marcel Germain – wirelesssummit.org

Du 4 au 7 octobre 2012, se tenait à Barcelone le sommet international des réseaux communautaires sans fils (International Summit for Community Wireless Network #IS4CWN).

Quatre jours durant, l’Université Polytechnique de Catalogne a vu défiler une partie importante des acteurs à la fois professionnels et institutionnels de ce type de réseaux distribués qui se révèlent être bien plus que de simples technologies différentes de celles dites  « centralisées ».

Cet évènement, deux ans après le sommet tenu à Vienne en 2010, était une occasion importante pour l’ensemble des acteurs de ce secteur de se rencontrer, de consolider des relations déjà existantes et de mutualiser des actions globales de concertation et de communication de la communauté « MESH network, MESH technology ».

Tour d’horizon de ces quelques jours de « réseautage » au sens propre comme au sens figuré…

Making Policy Matter

Le sommet s’est ouvert le jeudi 4 octobre 2012 sur diverses présentation notamment celles de Sascha Meinrath (directeur de l’Open Technology Initiative – New America Foundation, l’un des fondateurs du projet Commotion) et de Ben Scott (Senior Advisor de l’Open Technology Institute et Visiting Fellow au Think Tank berlinois Stiftung Neue Verantwortung). Ce dernier faisait notamment partie de l’équipe rassemblée en 2009-2010 autour d’Hillary Clinton au sein du département d’État américain qui visait à établir le « 21’st Century Statecraft » (qui de façon très schématique pourrait se définir comme le programme de réflexion autour de l’utilisation des nouvelles technologies en termes de « développement » et de « diplomatie », voir à ce sujet les travaux de Laurence Allard, Univ Paris 3 IRCAV & enseignante Lille 3).

Scott rappela dans sa présentation le rôle et le regard qu’ont les États sur le développement technique. À partir de son expérience, il présenta la manière dont des observatoires nationaux jouent un rôle au sein des processus d’innovation et de développement technique au sein de leurs pays mais aussi en dehors de leurs frontières. Très intéressante, cette communication rappelait au passage les déclarations d’Hillary Clinton à propos des technologies de l’information et de la communication:

We are working at the State Department to ensure that our government is using the most innovative technologies not only to speak and listen across borders, not only to keep technologies up and going, but to widen opportunities, especially for those who are too often left on the margins.

agenda-setting 2009 – July 15 speech to the Council of Foreign Relations, Hillary Clinton (http://prospect.org/article/next-diplomatic-cable)

L’intervention s’acheva sur une mise en perspective de ces logiques de partenariats Etats-fondations-entreprises-projets de recherche-initiatives privées. Les mots clés du sommet commençaient à être dans toutes les bouches: Civil society, building networks, empowering communities, educating governments, shaping markets through good public policy… L’idée de décentralisation des services internet était aussi très présente dans le discours de Scott, tout comme le terme d' »Internet du futur ».

Crédits photos: François Huguet

Le reste de la journée permit d’introduire l’ensemble des personnes présentent au sommet et de présenter, chacun leurs tours (lors de Community Network Lightning Talks) leurs projets, la spécificité de leurs déploiement, des « écologies » socio-techniques dans lesquelles ils s’installent, le type de communautés dans lesquelles leurs réseaux distribuées sont implantés ou souhaitent s’implanter et les enjeux relatifs à ces déploiements (sécurité, redistribution des accès à Internet, innovations et comportements inattendus suite aux premiers test, etc.). Nous vîmes défiler nombre de projets notamment l’Athens wireless Metropolitan Network, Freifunk, Funkfeuer, Wlan slovenija, Arig, Commotion, Guifi, et Serval (il était malheureusement impossible d’assister à toutes les interventions étant donné que plusieurs ateliers se déroulaient en même temps).

Un « Hacklab » visant à s’échanger et à configurer diverses machines informatiques était aussi installé dans les sous sols de l’UPC. Sur les tables de ce laboratoire plus ou moins improvisé trônaient des routeurs, des ordinateurs, des fers à souder, des smartphones, des antennes radios, des tupperwares… Nul doute que beaucoup de réseautage s’est fait autour de tous ces objets et du « bidouillage » qu’on y  effectue bien souvent lorsqu’il s’agit de créer des réseaux communautaires sans fils… Mon ordinateur dont le logo de la marque est une pomme m’attira de cordiales railleries et des incitations à me tourner vers le libre, l’open source. Mais il me permit aussi de récolter d’autres « mots clés »:

DIY, Open Source, Open Standard, build your own infrastructures, your antennas, your interfaces, etc…

Crédits photos: François Huguet

La première journée du colloque s’acheva sur une communication d’Amelia Andersdotter, eurodéputée et membre du Parti pirate suédois (également directrice de l’EPFSUG, European Parliament Free Software User Group). Andersdotter évoqua le programme européen à propos du spectre radio et les discussions qu’il a suscité au sein des délibérations du parlement européen (tout est encore et malheureusement très flou… Sur ce sujet, suivre les actions de La Quadrature du Net et de Félix Treguer, à la pointe (entre autres) de l’actualité sur les négociations autour du spectre radio au niveau français et européen).

Collective Awareness Platforms for Sustainability and Social Innovation & White Spaces

La journée du vendredi 5 octobre débuta sur une intervention de Fabrizio Sestini (Scientific Officer, European Commission DG Information Society), responsable de l’initiative et de l’appel à projets « Collective Awareness Platforms for Sustainability and Social Innovation (CAPS) » à la Commission Européenne (DG Communications Networks, Content and Technology). Sestini présenta les grandes lignes de cette initiative en mesure de financer nombre de projets qui étaient présents au sommet tout en interrogeant les innovateurs sur leurs logiques et leurs dynamiques de recherche. Un moment parfait pour de jeunes projets d’arriver à trouver des financements européens à la hauteur de leurs besoins. Derrière cette intervention, différents ateliers étaient proposés notamment un à propos de l’utilisation des fréquences blanches du spectre radio.

L’après midi était consacré à l’étude de plusieurs cas de développement notamment en cas de crises humanitaires (déploiements de réseaux MESH à Haïti et en Colombie, enjeux, perspectives et développements). Les retours critiques des différents projets étaient très intéressants à observer mais encore une fois, les discussions tournaient autour des protocoles de routage, de la façon dont on peut les améliorer, les rendre plus stables, éviter les pièges dus à des configurations géographiques particulières, etc.

 

Crédits photos: François Huguet

Epic Fail & Toolkits for Community Outreach and Organizing

La journée du samedi fût pour moi et mes intérêts de recherche, la plus intéressante de ce « colloque-sommet professionnel ». Il s’agissait ici de retours d’innovateurs sur leurs expériences, sur les erreurs commises lors de ces recherches, sur les « epic fail » de leurs premiers tests, et des premiers déploiements de réseaux sans fils décentralisés à travers le monde. Outre le fait de porter un regard plein d’humour sur leurs expériences, l’idée de cette communication réflexive était de mettre en avant les erreurs à ne pas commettre et à lier les différents projets entre eux. Effectivement, l’ensemble des militants des « community wireless networks » semblent avoir en commun le fait de s’être déjà électrocutés en branchant des antennes radio sur le toit de leurs immeubles ou d’être tombés d’une échelle en essayant de fixer des routeurs sur le mur de leurs maisons… Crédits photos: François HuguetL’objet technique créé par ces communautés de développeurs étant quelque chose d’assez « matériel » lorsqu’il s’agit d’installer des antennes sur le toit de bâtiments, on notait ici tout comme dans le hacklab, un intérêt très important pour le matériel et pour la « tangibilité » des infrastructures de communication.

Suite à cette première discussion, des ateliers se mirent en place et je suivis celui de Greta Byrum, Nina Bianchi et Jonathan Baldwin intitulé « Toolkits for Community Outreach and Organizing ». Après nous avoir présenté les actions de la Detroit Digital Justice Coalition (voir également l’article de Stéphanie Vidal à propos des nouvelles dynamiques de rénovation urbaines basées sur le développement du numérique à Détroit) et le travail de Jonathan Baldwin, développeur d’une application MESH de cartographie collaborative dans le quartier de Red Hook (Brooklyn, NYC), les discussions se transformèrent en atelier de simulation des activités qu’ils réalisent avec leurs publics lors des différentes actions de sensibilisation.

Effectivement, Baldwin, Byrum et Bianchi sont plus des pédagogues et des militants que des techniciens acharnés qui veulent développer LA killer application et LE business model capable de révolutionner le marché de l’Internet. Proches de tout les mouvements Maker faire, Do it Yourself, Community working, etc. leur objectif est plus social et civique que purement économique. Nous discutâmes longuement de leur référentiels professionnels et d’autres termes firent leur apparition au fil des discussions: John Dewey, pragmastisme, pédagogie active

Chez eux, comme chez la plupart des personnes que nous avons interrogé lors de ce sommet où lors de notre enquête au sein de l’Open Technology Initiative à Washington, l’outil technologique (les technologies MESH, ici le software commotion) est plus considéré comme un moyen que comme un fin, l’objectif est de reconstruire un lien qui s’est brisé en quelque part et le cas de la ville de Détroit est assez édifiant: le gouvernement fédéral s’était totalement désengagé de l’écroulement économico-industriel de la ville… On parle donc de boite à outils pour reconstruire, bricoler des choses qui se sont un brisées… A commencer par le lien social. Notons qu’en termes de références et au détour d’un échange, un des intervenants fit référence au travail de David Simon à propos de Baltimore et de la Nouvelle Orléans, deux villes en souffrance analysées dans les séries télévisées produites par HBO et qui sont un pur exercice d’ethnographie urbaine. Les références sont à chercher dans des travaux plutôt atypiques donc…

Le MESH est elle une « technologie pansement », un outil de développement civique créateur de nouvelles formes de communautés d’utilisateurs plus autonomes vis à vis de leurs structures de communication? La chose reste à vérifier mais ce sont les lignes qui émergent de ce type de rassemblement. Lignes que l’on retrouve dans beaucoup de « mouvements socio-culturels » actuels qui ont pour objet de mobilisation et d’action les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication: Fab Labs, Hack Labs, Maker faire, DIY, Anons, etc.

 

 

Détails références:

  • Nancy SCOLA – The Next Diplomatic Cable – http://prospect.org/article/next-diplomatic-cable
  • Laurence ALLARD – La diplomatie du téléphone portable à la conquête des pauvres – http://www.monde-diplomatique.fr/2012/05/ALLARD/47679
  • Laurence ALLARD – Du Coca au Nokia ? Smart power, philanthrocapitalisme et téléphonie mobile – http://www.mobactu.fr/?p=396
  • Stéphanie VIDAL – Du sans fil pour recoudre Detroit– http://www.slate.fr/story/43031/detroit-wifi

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

De l’intermédiaire vers le contrôle de l’infrastructure globale

Mana Neyestani © – page Facebook: https://www.facebook.com/ManaNeyestani?fref=ts

Dans le billet précédent, Francesca Musiani discutait très justement de la responsabilité des intermédiaires de l’Internet dans le cas de publications de contenus « insultants » ; du moins capables de provoquer des réactions « tangibles » dans la sphère publique (et non « virtuelles » ; elle s’appuyait sur l’exemple des heurts violents en Lybie et en Égypte suite à la publication du teaser d’un supposé film intitulé Innocence of Muslims sur la plateforme vidéo YouTube appartenant à Google[1]).

Certes la position de ces intermédiaires est plus que délicate dans le cadre « d’affaires » comme celle-ci[2] ; Cécile Méadel insistait d’ailleurs (dans les commentaires du billet) sur le fait que ces mêmes géants du web, Google, Facebook, Twitter, etc. reconnaissent la possibilité qu’ils ont de bloquer des contenus (stratégies Notice and Take down et Follow the money mis en place pour lutter, par exemple, contre la “contrefaçon” des contenus dont la propriété intellectuelle est protégée ou contre des données pédopornographiques). Face à ces évènements, se pose donc à nouveau la question de savoir qui est « légitime » pour retirer ou laisser en ligne des contenus offusquants car à l’heure actuelle, seuls ces géants du web semblent dotés d’un pouvoir de retrait, pour le meilleur et pour le pire mais à chaque fois au détriment de leurs utilisateurs et des internautes. Alors que révèlent de plus les « dessous » de cette affaire (ou plutôt les « tuyaux » par lesquels elle a été médiatisée)?

            Pour qui s’intéresse aux questions culturelles et politiques du monde arabe contemporain, Yves Gonzalez-Quijano propose, sur son édifiant carnet de recherche, une lecture tout à fait particulière de cette affaire à la fois linguistique et socio-politique.

 […] un des aspects les plus étonnants de cette nouvelle crise entre le « monde musulman » et « l’Occident » tient sans nul doute à cette étonnante alliance entre la bêtise des hommes (ceux qui sèment la haine de l’islam) et les armes dites « intelligentes » (lire Of stupid men and smart machines sur le site Jadaliyya.

Entre autres conséquences, cette nouvelle « affaire » va également contribuer à faire évoluer l’image publique des réseaux sociaux et de leur utilisation. Là aussi, le temps de l’innocence a pris fin et on note […] un sentiment de plus en plus plus mitigé vis-à-vis des réseaux sociaux et plus largement des technologies numériques, capables, on l’observe de plus en plus, du pire comme du meilleur.

En plus d’illustrer les nécessaires opérations de traduction (au sens large) à effectuer dans le cadre de cette crise, Yves Gonzalez-Quijano avance dans cet article plusieurs éléments qui nous amènent à nous interroger sur la « possession » des infrastructures de télécommunication. Effectivement, quelques jours après cette affaire, l’Iran décidait de verrouiller Internet prétextant le « mal » que provoquent les géants-américains de l’Internet (mettant en exergue la diffusion (sur YouTube donc Google, donc Gmail…) du film scandale mentionné précédemment. Prétexte plutôt absurde en Iran, pays majoritairement chiite et n’ayant pas le même rapport aux représentations du prophète que l’iconoclasme sunnite[3]). Depuis lors, l’Iran serait soit disant déconnecté du réseau mondial et désormais, en tant qu’Etat, à la tête d’une sorte d’Intranet géant (et « hallal », soit « licite » en opposition à l’Internet mondial jugé corrompu (Google et Gmail en ligne de mire) par les autorités iraniennes (voir à ce sujet l’article de Pierre Alonso sur le verrouillage de l’Internet en Iran. Quelques jours avant les déclarations du ministre iranien délégué aux Communications et aux technologies de l’information, Reza Taghipour, la liste de discussion de TOR, The Onion Router (plus d’informations ici) commençait à se préoccuper de cette possibilité et débattait des solutions techniques à opposer à ce blocage qui a surtout comme explication la volonté iranienne de se couper du réseau mondial, non pas pour hallaliser quoi que ce soit mais plutôt pour se prévenir d’attaques du type Stuxnet Olympic Games, programme de piratage informatique développé et lancé en 2011 par les américains et les israéliens afin de compromettre le programme nucléaire iranien (voir l’article d’Olivier Tesquet à ce sujet). Loin d’un soit disant « choc des civilisations » prédit par Huntington, des mythes de « guerres culturelles » ou religieuses, de protéger des utilisateurs des « dangers » que représentent les réseaux sociaux, l’enjeu est surtout ici industriel et terriblement « technologique ». L’objectif : contrôler les « tuyaux de l’information » et tout ce qu’on fait circuler à l’intérieur (encore une fois, on se préoccupe très peu des utilisateurs).

On en revient donc encore une fois à Francesca Musiani et à ce qu’elle déclarait à propos des infrastructures et de l’importance de leur études en SHS (article Caring about the plumbing: On the importance of architectures in social studies of (peer-to-peer) technology:

ARCHITECTURES MATTER!

En regardant cette « affaire » Innocence of muslims et la décision iranienne de se couper du réseau mondial avec un autre angle d’analyse et nos lunettes d’infrastructures studies ; on se rend compte qu’il s’agit peut être ici de contrôler des architectures « physiques » (les câbles, les fils, la fibre optique, les tranchés, etc.) et que ce faisant, des intermédiaires publics pourront bloquer (un peu) les modes de circulation de toutes ces données sur le web qui échappent, la plupart du temps, à n’importe quel type de contrôle (D’ailleurs, un tribunal portugais a jugé récemment les échanges peer to peer légaux).

Mais quel(s) câble(s) vont-ils et pensent-ils couper en se référant à cette carte ? Comment pensent ils contrôler les autres types de connexions pouvant être établies via radio-transmission transfrontalière, ou satellitaire? Pourquoi le faire maintenant ? Apparemment, le type de surveillance qu’ils veulent appliquer est assez simple et la liste de diffusion de TOR planche sur des solutions à opposer à ce blocage (ce qui semble compliqué d’après les rapports de tentatives des codeurs-développeurs militants bénévoles du routage en oignon). Ce dernier est basé sur une sorte de barrière entre espaces ‘public’ (visible par tous), et privé (visible localement seulement) selon certaines « familles d’adresses ». Les conventions de ces espaces sont spécifiées dans RFC 1918 (RFC : Request For Comments). Selon Tawfik Nassar, consultant en informatique,

Toute adresse IP (Internet Protocol) 10.X.X.X est une adresse privée. Les adresses 192.168.X.X aussi… C’est-à-dire qu’on peut avoir des millions de machines dans le monde ayant le même numéro (ex : 10.1.1.1) sans que cela provoque une confusion même lorsqu’elles sont connectées au réseau Internet (pourvu que le numéro de chacune soit unique dans son propre réseau local).

En réalité, chacune de ces machines est obligatoirement connectée au web à travers une machine qui, elle, a un numéro ‘public’ – donc unique sur le web (un « nœud central »). C’est à partir de cette machine qu’on pourrait filtrer / router les infos du web vers les machines de son ‘réseau local’ (ayant des numéros privés). Personne non plus de l’extérieur ne pourrait avoir accès aux machines internes… À moins que la machine de routage fasse les traductions d’adresses (public/privé) nécessaires à ces communications. C’est presque le cas lorsqu’on est à St Nom la Bretèche (Yvelines) avec un routeur WiFi (lui-même connecté à une machine Orange quelque part à Rambouillet)… Sauf que ces machines sont toutes sympas et laissent tout passer… Enfin… Pour le moment…

Une telle opération s’est produite en janvier 2011 en Égypte : les robinets de l’information furent tout simplement « coupés » lorsque le régime Moubarak s’aperçut qu’il n’était plus en mesure de contrôler la vitesse de circulation de l’information sur le web. Très rapidement, l’affaire fit grand bruit et Google, via l’intermédiaire d’un de leurs employés, Wael Ghoneim, créa des solutions pour continuer de pouvoir utiliser le web via des canaux détournés tels que le système GSM (le speak to tweet développé avec Twitter) ou les bon vieux modems téléphoniques (en passant par les numéros de téléphones de FAI étrangers). Mubarak avait dû rouvrir les vannes pour garder la face quelques jours de plus… On connaît tous l’écho que les réseaux sociaux lors du printemps arabe. Alors que faire face au retour de bâton des plomberies de la communication et à la peur qu’un plombier fou vienne tout couper sous prétexte que c’est « bon » pour les utilisateurs?

Étant ces jours-ci à Barcelone pour l’International Summit for Community Wireless Networks, je me rends compte que c’est, entre autres, ce genre de questions et de problématiques qui ont amené au financements de projets de réseaux communautaires sans fils de grandes envergures (de type Commotion ou CONFINE, c’est toujours le cas après l’intervention de Fabrizio Sestini – Programme manager at the European Commission DG INFSO, currently in charge of the multidisciplinary initiatives on « Collective Awareness platforms for Sustainability and Social Innovation » and « Internet Science). Ce type d’initiative est plutôt simple à résumer : au delà de créer un software performant capable de gérer la compatibilité et la communication entre divers types de devices, ces projets se veulent pédagogiques et se définissent comme des toolkits capables d’amener les utilisateurs à créer leurs propres réseaux communautaires, à les entretenir et à les étendre. Ils se veulent outils de développement civique, social, technique, politique et culturel (l’exemple de Détroit utilisant Commotion et de la Detroit Digital Justice Coalition est probant) et « esquisses » de l’internet du futur (plus localisé, plus « pris en charge » par ses utilisateurs, plus responsabilisé). Mais de quoi sont ils le nom précisément ?

C’est au croisement de ces problématiques que s’articule notre travail de recherche. Nous y reviendrons dans un autre billet prochainement (Compte rendu de l’International Summit for Community Wireless Network Barcelona) et tout au long du projet ADAM pour essayer de définir le nom de ce type de réseaux décentralisés, sans fils et mobiles.


[1] Notons dès à présent que ce film, en fait la bande annonce d’un long métrage qui ne verra certainement jamais le jour, fût tournée en 2011 et que les conditions de sa production puis de sa publication ultra médiatisée sont plus que douteuses. Voir notamment l’article de Gawker à ce sujet celui d’Arte Journal du Globe et du Point.

[2] Et comme le rappelle Yves Gonzalez-Quijano (cpa.hypothèses.org), “Inutile de revenir sur les détails d’un « scénario », celui de la fabrication de cette crise, laquelle n’a de toute manière pas encore livré tous ses secrets”.

[3] Citons ici également, un autre article publié en octobre 2011 par Yves Gonzalez-Quijano sur cpa.hypotheses.org (à lire ici http://cpa.hypotheses.org/3015) qui relativise l’actualité de l’iconoclasme sunnite: “Lors d’un débat consacré par la chaîne saoudienne (très halal) Al-Arabiya, deux juristes importants, Saleh Al-Luhaydân (صالح بن محمد اللحيدان) et Hatem Al-Sharif (حاتم الشريف) ont ainsi publiquement relativisé le tabou d’une représentation des figures majeures de l’islam, tels que les prophètes ou ceux qu’on appelle les « Compagnons » (Sahaba). Ils sont même allés jusqu’à reconnaître qu’elle n’était pas forcément illicite…”


François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious