Compte-rendu de la journée d’étude sur les architectures distribuées

Journée d’étude du 11 mars 2013 au CERSA

Le droit et les architectures distribuées:

Concilier libertés et contrôle dans un espace ouvert et décentralisé

 

Présents:

François Huguet (doctorant à Telecom ParisTech), Pauline Le More (Avocate au Barreau de Paris), Melanie Dulong De Rosnay (chargée de recherche à l’ISCC, CNRS), Hervé Le Crosnier (professeur à l’Université de Caen), Felix Tréguer (doctorant à l’EHESS), Primavera De Filippi (chercheuse au CERSA, CNRS), Danièle Bourcier (directrice de recherche au CERSA, CNRS),

 

Déroulement:

 

La journée d’étude a commencé par une présentation et une discussion autour de trois cas d’études:

 

Faroo

Faroo (dont le nom est dérivé du phare d’Alexandrie) est un moteur de recherche entièrement fondé sur des technologies pair-à-pair totalement décentralisées. Bien que le nombre de pages indexées soit encore relativement faible (environ 2 milliards de pages), le moteur de recherche s’avère cependant prometteur. Né en 2007, Faroo est alimenté par plus de 2 millions et demi d’utilisateurs, qui font tourner le logiciel sur leurs dispositifs. Cela permet la création d’une infrastructure plus flexible et dynamique – avec un impact négligeable sur les ressources informatiques: la connexion n’est utilisée que lorsqu’il n’y a pas de transfert de paquets et la charge CPU est pratiquement inexistante.  De plus, Faroo fonctionne avec une table d’indexation distribuée (Distributed Hash Table), ce qui élimine toute possibilité de contrôle centralisé.

Nous nous sommes tout d’abord interrogés sur la question du “free-riding”: est-ce que le fait d’avoir une infrastructure distribuée peut porter au free-riding de l’infrastructure en réseau ? Dès lors que les utilisateurs agrègent leurs ressources afin de créer une infrastructure communautaire qui ensuite va exploiter la bande passante fournie par les FAIs, ces derniers risquent en effet de devoir engager des coûts supplémentaires en raison du trafic généré.

Nous avons ensuite réfléchi à la question de la qualité et la neutralité des résultats fournis. Les résultats des recherches sont en effet déterminés par un algorithme de recherche dont le fonctionnement est accessible à tous (Open Source). Cela a des répercussions importantes sur les résultats des recherches: d’une part, la transparence du fonctionnement permet d’assurer une neutralité algorithmique dans la classification des résultats de recherche, d’autre part, il devient plus difficile de se protéger contre les pratiques de “search engine optimization”. De plus, étant donné qu’il est encore en version beta et avec un nombre d’utilisateurs limité, Faroo a actuellement tendance à ne renvoyer qu’un nombre limité de réponses aux requêtes de recherche puisqu’il n’indexe que les sites que les utilisateurs de Faroo visitent. À cet égard, le fonctionnement de Faroo a été confronté avec le modèle de Seeks (un méta-moteur de recherche qui recueille et réordonne les résultats fournis par d’autres moteurs de recherche – tels que Bing ou Google – pour les re-proposer dans un nouvel ordre, issue d’un compromis entre tous les résultats proposés, l’expérience de l’utilisateur et les recommandations faites par ses pairs).

D’un point de vue juridique, de nombreuses questions ont aussi été soulevées, notamment en ce qui concerne la protection des données personnelles. A priori, Faroo semblerait être un service qui permet aux utilisateurs de préserver leur vie privée, puisque les requêtes sont stockées sur l’ordinateur des utilisateurs, et non pas sur un index centralisé contrôlé par une entreprise qui pourrait les exploiter pour des finalités commerciales ou les communiquer aux autorités de justice.

En ce qui concerne les responsabilités des internautes, Hervé Le Crosnier a questionné la possibilité de considérer Faroo comme un “service d’infrastructure” – et ce qui impliquerait que tout utilisateur contribuant à l’infrastructure serait en quelque sorte “responsable” du fonctionnement de ce service distribué. Pour ce qui en est du droit à la concurrence, nous avons analysé l’effet que Faroo pourrait avoir sur les oligopoles établis (Google, Bing, Yahoo, etc), et sur la possibilité pour une architecture décentralisée telle que Faroo de pénétrer dans le marché des moteurs de recherche, en dépit des effets de réseau existants. La notion de “facilité essentielle” (définie par la CJCE comme toute infrastructure indispensable pour assurer la liaison avec des clients et/ou permettre à des concurrents d’exercer leurs activités, mais dont la duplication est impossible ou déraisonnable, pour des raisons financières ou techniques) a aussi été abordée en ce qui concerne la relation entre concurrence industrielle et concurrence déloyale.

D’un point de vue plus strictement économique, nous nous sommes interrogés sur la soutenabilité de ce système à long terme. Puisque Faroo ne prévoit aucun mécanisme visant à encourager la contribution des utilisateurs au sein de l’architecture en réseau (tel que le système de “tit-for-tat” utilisé par le réseau BitTorent), comment s’assurer que tous ceux qui utilisent le service vont également y contribuer ? Il s’agit essentiellement de considérer le système non seulement comme une architecture répartie, mais aussi comme une plateforme collaborative et participative. En termes financiers, est-ce que Faroo prévoit d’obtenir des profits en échange de ce service ? Et comment les revenus pourraient être redistribués à la communauté de pairs qui contribuent au service – étant donné que la plupart des utilisateurs demeurent anonymes ?

Enfin, dans une perspective politique, nous avons réfléchi sur les discours politiques qui tournent autour de cette plateforme. Faroo a été conçu non seulement afin de proposer une alternative aux autres moteurs de recherche centralisés, mais aussi et surtout afin de préserver la vie privée et l’anonymat des utilisateurs. Faroo peut-il donc être considéré comme une architecture technique d’émancipation citoyenne, conçue pour protéger les internautes contre les abus de pouvoir de la part des entreprises prédatrices et des États qui censurent ou qui surveillent les citoyens sur le Net ?

 

TOR

Tor (The Onion Router) est un réseau distribué conçu pour faciliter la communication anonyme. Basé sur le mécanisme de routage en oignon (onion routing), Tor introduit une nouvelle couche de communication cryptographiée sur le réseau de façon à camoufler non seulement les contenus, mais aussi l’origine et la destination des communications. Le principe du routage en oignon est un mécanisme par lequel les données sont encryptées à plusieurs reprises avec des clés de cryptages différentes, pour être ensuite envoyées à plusieurs nœuds dans le réseau. Les données sont donc protégées par plusieurs couches de cryptographie, qui seront progressivement retirées par chaque nœud, jusqu’à ce qu’elles arrivent à leur destination finale où elles seront à nouveau lisibles. Afin d’assurer une communication anonyme, les données transférées sur le réseau Tor doivent passer au minimum par trois routeurs différents. L’origine des communications n’est connue que des routeurs d’entrée, et la destination des communications n’est connue que des routeurs de sortie. Les autres nœuds du réseau sont des routeurs intermédiaires qui ne connaissent ni la provenance ni la destination des paquets qu’ils transfèrent.

Nous avons commencé par analyser plus en détail le fonctionnement technique du réseau TOR. La communication au sein du réseau est fondée sur 3 couches de routage: avant de rejoindre le site de destination, chaque paquet passe par un premier nœud (qui connait l’adresse IP d’origine), un deuxième nœud (qui ne connait ni la provenance, ni la destination des paquets), et un troisième nœud (qui connait uniquement la destination des paquets). Chaque paquet est crypté avec une clef correspondant à chacun des 3 nœuds intermédiaires, afin que aucun de ces nœuds ne puisse connaître à la fois l’origine et la destination des paquets.

Nous nous sommes ensuite concentrés sur les applications de cette technologie, qui – malgré sa neutralité – est souvent utilisée pour des finalités illégales. Nous avons analysé notamment le cas de Silkroad: une place de marché sur Internet qui a pour particularité d’utiliser le réseau Tor pour assurer l’anonymat à la fois des acheteurs et des vendeurs. Un autre élément permettant l’anonymat se situe dans l’utilisation quasi-exclusive sur le site de Bitcoin, une monnaie électronique dont la possession n’est pas nominative et qui est complètement séparée du système bancaire international. Bien qu’en théorie on puisse acheter et vendre n’importe quelle marchandise sur le site, l’anonymat même relatif du service fait qu’il est utilisé essentiellement pour vendre ou acheter ce qui ne peut que difficilement être acheté ou vendu légalement, notamment desstupéfiants et des armes (voir cet article: Online drug dealers back on Silk Road after mysterious two-week outage).

Cela nous a mené à réfléchir sur les enjeux juridiques soulevés par TOR, qui présente de nombreux avantages et fonctionnalités qui ne sont pas illégales en tant que telles, mais qui entraînent cependant un besoin pour l’État de surveiller les communications qui passent sur le réseau afin de pouvoir assurer l’ordre public. En cas d’utilisation illégale, tel que par exemple le téléchargement d’images pédophiles, la police va récupérer l’adresse IP qui s’est connectée au serveur et va assumer qu’il s’agit de l’adresse du visiteur en question – bien qu’il s’agisse en fait de l’adresse du nœud de sortie. C’est pour cette raison que TOR maintient une liste de tous les nœuds de sorties disponibles à chaque instant.

Le dilemme est donc le suivant : si les nœuds de sortie ne sont pas considérés responsables pour le trafic qu’ils transfèrent, tous les criminels vont être amenés à se présenter comme nœud de sortie afin de pouvoir effectuer des activités illégales sans devoir se cacher. Inversement, si les nœuds de sorties sont considérés responsables du trafic qui leur passe à travers, plus personne ne se proposera en tant que nœud de sortie, et le réseau TOR sera donc amené à mourir.

Pour répondre à ce dilemme, il est tout d’abord nécessaire de distinguer entre le rôle actif ou passif des intermédiaires. Un intermédiaire passif (tel qu’un simple canal qui transfère tout simplement des paquets) est soumis à un régime de responsabilité limitée. Un intermédiaire engagé qui a un rôle plus actif sera par contre soumis à un régime de responsabilité plus stricte. Les architectures décentralisées telles que le réseau TOR utilisent les utilisateurs du réseau comme des simple tuyaux. Le problème c’est que en ne regardant que les logs, il est impossible de déterminer si le nœud de sortie avait un rôle actif ou passif dans la communication.

Nous nous sommes donc interrogés tout d’abord sur la question de la responsabilité juridique des FAI et des hébergeurs – pour étendre ensuite la question à l’usage des VPN et des proxys, pour savoir s’ils sont tenus responsable des activités illicites de leur utilisateurs. Tout d’abord, nous avons remarqué que, alors que – d’après la Directive Européenne sur la conservation des données – les FAIs sont soumis à l’obligation de conserver les données de leurs utilisateurs pendant plusieurs années, afin de les dévoiler aux autorités judiciaires en cas de besoin, cette obligation ne s’étend pas aux VPN qui ne sont pas soumis à la directive et qui ne sont donc a priori pas obligés de logger les communications qu’ils transfèrent. De plus, il n’y a pas actuellement d’obligation particulière de surveiller les communications pour les intermédiaires qui se comportent en tant que “mère conduits” (tel que définis par la directive eCommerce et article. L32-3-3 du Code des postes et télécoms français) – et que l’application d’une couche de chiffrement (ou déchiffrement) ne remet pas en cause ce statut qui est purement technique. Dans le cas d’un VPN, il est possible que l’opérateur du VPN soit contraint à collaborer pour faire identifier l’auteur de communications litigieuses (e.g. en demandant les logs) même si ce cas de figure n’est pas explicitement reconnu dans la Directive eCommerce. De même, un proxy d’anonymisation pourrait être visé par une action en cessation – afin de #bloquer, par exemple, certaines informations en provenance ou à destination d’une adresse IP spécifique. Le manque de jurisprudence rend la spéculation difficile, mais cela pourrait conduire à contraindre un nœud Tor de cesser complètement son activité. Enfin, en ce qui concerne le régime de responsabilité des individus qui agissent en tant qu’intermédiaires sur Internet, la situation change à selon des pays. En France, par exemple, la loi HADOPI considère que toute personne qui ne sécurise pas sa connexion commet un délit de négligence, alors qu’aux États-Unis et en Allemagne, les titulaires de connexion Internet sont exemptés de responsabilité s’ils arrivent à prouver que les activités illégales ont été commises par une autre personne.

La difficulté principale est due au fait qu’il est très difficile d’établir un compromis entre anonymat et sécurité. Il s’agit d’une dichotomie qui ne peut être résolue que par une réponse binaire: veut-on contrôler toutes les communications sur le réseau ou bien accepter la liberté de communications anonymes? Si on veut préserver l’anonymat, il faut renoncer à réguler les communications (en éliminant des lois telles que le droit d’auteur ou le loi contre la diffamation) et sauvegarder le rôle des intermédiaire passifs, au risque de faciliter l’activité de certain criminels. Si on ne veut pas autoriser l’anonymat, il faut dans ce cas responsabiliser tous les intermédiaires, détruire la structure décentralisée du réseau et établir des points de contrôle fiables et centralisés (tels que les FAIs, les hébergeurs).

Enfin, nous avons analysé la possibilité de détourner le réseau Tor, afin d’espionner les communications des utilisateurs du réseau. Il est en effet possible pour le nœud de sortie de savoir exactement à quoi les gens se connectent et quel est le contenu de leurs communications (dans la mesure où elles n’ont pas été cryptées préalablement).

Pour terminer, Hervé Le Crosnier nous a expliqué le mythe de l’utopie numérique, l’idée de pouvoir échapper à toute forme de contrôle grâce aux technologies. En combinant les technologies de cryptage, Tor, Bitcoin, etc, il est possible d’assurer un niveau très élevé d’anonymat, mais ces technologies ne vont protéger que l’émetteur, et non pas les correspondants ou les récepteurs. De plus, faut-il toujours faire confiance aux nœuds d’entrée sur le réseau Tor ? Comment éviter l’infiltration du réseau par des services secrets ou des cyberflics? S’il est vrai qu’il est souvent difficile d’appliquer les règles de droit sur un réseau de nature transnationale tel qu’Internet, la technologie à elle seule ne peut pas non plus réguler le réseau. Il faut se munir de plusieurs outils de protection, mais la sécurité ne peut être assurée que par l’utilisation pratique de ces outils dans un contexte social.

En conclusion, nous avons rappelé que la régulation du réseau ne se fait pas uniquement par des normes juridiques ou techniques, mais aussi par l’intermédiaire de normes sociales. Ces différents systèmes de normes interagissent les uns avec les autres. L’avancée des technologies numériques demande une modification des lois, mais les réformes du droit poussent aussi au développement de nouveaux outils technologiques. En effet, la production de nouvelles règles de  droit peut avoir des effets inattendus: plus elles essaient de contrôler le réseau, plus sera encouragé le développement de réseaux décentralisés visant justement à échapper à ce contrôle. En France, par exemple, la loi HADOPI a poussé de nombreux internautes à utiliser des réseaux pair à pair pour le partage des fichiers en passant par des VPN ou par le réseau TOR. Ces technologies rendent le travail de la police et des services secrets encore plus difficile, notamment lorsqu’il s’agit d’arrêter de vrais criminels ou des terroristes. Il est donc important d’introduire plus de souplesse pour les infractions les moins graves afin de ne pas encourager les infrastructures décentralisées à se développer de manière encore plus sophistiquées pour la réalisation d’infractions encore plus graves.

 commotion_kbabout_measure-03

Commotion

Commotion Wireless est un projet open source basé sur la construction d’un réseau maillé non hierarchisé (topologie mesh-network), Dans ce type de réseau (filaire ou non) tous les hôtes forment ainsi une structure en forme de filet. Chaque nœud doit recevoir, envoyer et relayer les données.  Si un hôte est hors service, ses voisins passeront par une autre route. Un réseau maillé peut relayer les données à l’instar d’un déluge ou un itinéraire, mais dans le second cas le réseau doit prévoir des connexions sans interruption ou calculer une déviation dont les communications sont cryptées, et dont l’aspect décentralisé est censé compliquer toute surveillance (y compris politique).

Contrairement aux connexions fixes, les utilisateurs n’ont pas besoin de s’engager auprès d’un FAI pour participer au réseau, et ils sont seulement identifiables par le matériel utilisé. Chaque appareil connecté au réseau est un nœud du réseau. Il émet et reçoit des informations via ondes wi-fi, et propage ainsi l’étendue du réseau. Le but de ce réseau mesh est de fournir un moyen de communication anonyme, décentralisé, sécurisé, et incontrôlable. Commotion permet de constituer des réseaux mesh autonomes à partir de terminaux fonctionnant sur les fréquences Wi-fi. Bien qu’aucune connexion à un autre réseau (internet par exemple) ne soit nécessaire, tout ordinateurs, téléphones mobiles et smartphones ou autre dispositifs connectés à Internet peuvent en faire profiter l’ensemble du réseau.  Semblable à d’autres réseaux mesh, tels que openmeshproject , Commotion se distingue par le fait qu’il a obtenu 2,3 M$ de Google et 2 M$ de l’état américain.

Ainsi, à différence des deux dispositifs présentés auparavant – qui nécessitent un point de connexion centralisé à un FAI – il s’agit ici d’une forme de décentralisation totale: non seulement au niveau logiciel ou numérique, mais aussi au niveau de l’infrastructure du réseau. Les utilisateurs du réseau mesh n’ont pas besoin de se connecter à un FAI, ils peuvent se connecter directement à leurs pairs. De plus, pour des raisons de sécurité, il est prévu qu’un système de chiffrement soit également mis en place afin d’assurer la protection et l’anonymat des données.

Ainsi, Commotion serait révélateur de cette fuite en avant pour échapper à la surveillance croissante des États. Alors qu’avec TOR, il y a toujours le risque qu’un FAI gère les communications en sortie de réseau, dans le cas du réseau mesh, les utilisateurs peuvent échapper à toute surveillance en évitant directement les FAIs. En effet, bien qu’un gateway soit nécessaire pour se connecter à Internet, il est possible de créer des sous-réseaux communautaires qui seront invisible aux internautes.

Or, en ce qui concerne les applications de Commotion, il a été jusqu’à présent utilisé essentiellement pour fournir des connections Internet dans des pays ou des quartiers pauvres, ou là où des catastrophes naturelles ont détruit les infrastructures du réseau (e.g. Fukushima, Haiti, ouragan Sandy). Commotion est utilisé aussi comme un projet communautaire avec un objectif pédagogique.

D’un point de vue technique, l’architecture mesh du réseau est en quelque sorte une reconstitution du réseau Internet tel qu’il avait été originellement conçu, comme un outil militaire qui peut se ré-organiser de manière dynamique selon des disponibilités d’infrastructures. L’avantage du réseau mesh par rapport au réseau Internet est qu’il est indépendant, plus robuste et résilient.

Nous nous sommes ensuite intéressés à l’applicabilité du droit sur ce type de réseaux. S’il n’y a plus d’entité centralisé (tel que les FAIs) qui peuvent gérer les communications, la surveillance doit se faire au niveau du dispositif. Il s’agit des technologies de trusted computing qui permettent de tracer et de déterminer la légitimité de chaque action des utilisateurs. Cela se retrouve dans la manière dont l’architecture d’Internet est en train d’évoluer, se transformant progressivement en un réseau de plus en plus intégré verticalement – avec un contrôle qui va du cloud computing au dispositif des internautes.

Pour conclure, nous prévoyons un développement rapide des réseaux mesh dans les années à venir, avec la multiplication des capteurs et des émetteurs qui peuvent être stratégiquement positionnés dans la ville, et le déploiement de dispositifs mobiles de plus en plus petits qui peuvent se transporter facilement (par ex.. wearable computing).

Le problème est que le déploiment d’un réseau mesh de grande dimension ne pourra se faire que si l’État décide de libérer les fréquences blanches (fréquences actuellement non utilisées) car les fréquences Wifi seront rapidement saturées. En parallèle avec les radios libres, la libéralisation du spectre a permis des évolutions politiques importantes, bien que aujourd’hui – 20 ans plus tard – il y a eu de nombreuses déceptions par rapport aux attentes initiales.

Felix Tréguer nous informe que, au niveau européen, il n’y a qu’une très faible prise de conscience des enjeux économiques et politiques liés à la libéralisation des fréquences radios. Alors que le Parlement est relativement sensible à l’utilisation des fréquences blanches pour réduire la fracture numérique, la Commission se place plutôt dans une logique d’ouverture orientées vers le partage des fréquences entre les grands opérateurs. Bien que la Commission soit sensible aux arguments sur la nécessité d’accroître l’accès à Internet, elle s’oriente uniquement d’un point de vue économique, dans le but de créer un grand marché numérique pour relier les internautes aux grandes plateformes commerciales. D’après lui,  le problème est lié au fait que les personnes qui s’occupent de ces questions sont des ingénieurs qui ne comprennent pas toujours suffisamment l’importance de se mobiliser au plan politique. Inversement, il est parfois difficile pour les membres de la société civile mieux insérés dans les milieux institutionnels de maîtriser l’ensemble des enjeux techniques.

 

Unlike Us #3 – Social Media: Design or Decline

unlikeus3Les vendredi 22 et samedi 23 mars 2013 se déroulait à Amsterdam l’Unlike Us #3 organisé par l’Institute of Network Cultures (« INC » – fondé en 2004 par Geert Lovink, professeur l’école polytechnique d’Amsterdam, School of Interactive Media at the Hogeschool van Amsterdam (Amsterdam Polytechnic). Cette année, le thème de ce rendez vous annuel qui rassemble au sein d’un même évènement conférences, ateliers, discussion et hackathon était:

« Social Media: Design or Decline »

Unlike Us correspond à un réseau international d’artistes, de chercheurs, de designers, d’activistes et de programmeurs qui s’intéressent aux alternatives au réseaux sociaux et aux « contenus plus qu’aux interfaces ». Pour naviguer au sein de ce réseau et tacher de saisir les thèmes qui intéressent ces personnes plutôt « critiques » des médias, un des meilleurs outils est de regarder ce qui se discute au sein de leur liste de discussion. Le troisième rendez vous de ce réseau multidisciplinaire a tenu ses promesses en termes de discussion interdisciplinaire. La conférence a été ouverte par Bernard Stiegler, Petra Löffler et Tristan Thielmann sur une critique théorique du « social » (philosophe, archéologue, anthropologue). La suite de la conférence a vu se succéder beaucoup de personnes présentant tout autant leur technologie telle que Lorea (réseau social décentralisé utilisé par les indignés espagnol), le Facebook demetricator (par Ben Grosser) ou bien encore des réflexions très intéressantes sur la non utilisation des technologies mobiles dans certaines parties du monde (intervention de Marion Walton à propos de l’utilisation des messageries instantanées en Afrique du Sud. Nous retiendrons aussi la très bonne intervention de Miriyam Aouragh à propos de l’utilisation des réseaux sociaux par les « activistes digitaux » du Proche et du Moyen Orient.

La plupart des communications seront prochainement en ligne (sur http://networkcultures.org/wpmu/unlikeus/) mais vous pouvez dès à présent retrouver la plupart des panels et des technologies qui ont été présentées ici (spotted par Marion Walton):

Peter Olsthoorn showed us how to work out and claim our value to Facebook: What is your Facebook value? Work it out here

Benjamin Grosser introduced everyone to his Facebook Demetricator Facebook Demetricator and the Easing of Prescribed Sociality

Karlessi from Ippolita unpacked Religions 2.0 or the rituals of the participation society and how they feed the friendship algorithm Ippolita

There was a Skype video of Richard Metzger challenging Facebook’s strategy to get publishers to pay for ‘sponsored stories’  Facebook I want my friends back

Hester Scheurwater shot back after her fantasy self-portraits fell foul of Facebook’s censorious gaze Shooting back

For a world where Facebook is our passport, Tobias Leingruber offered us a Facebook ID FB Identity

There were also some great links shared in Simona Lodi’s presentation: Art as Networked Machinery: When Art Becomes Anti-Social for Being More Social

Anti-social blocks social sites IOCOSE

A crowded apocolypse  draws on crowdsourcing to generate a multitude of conspiracy theories

Rui Guerra and David Jonas Uncloud: Control your own cloud

Les Liens Invisibles 15 MINUTES, ANONYMOUS

Vous pouvez aussi télécharger le livre « Social Media Monopolies and their alternatives » tiré des réflexions de ce réseau de chercheurs designers, artistes ici : http://networkcultures.org/wpmu/portal/publication/unlike-us-reader-social-media-monopolies-and-their-alternatives/

Trailer – Unlike Us Reader: Social Media Monopolies and Their Alternatives from network cultures on Vimeo.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Centralisé vs Distribué (poster comparatif et lexique) – Justé Peciulyté

Justé Peciulyté est actuellement  étudiante en Master 2 recherche « Design, Médias, Technologie », spécialité Design & environnements à  l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (dans ce cursus, le semestre 3 se compose d’une large série de séminaires placés sous la direction d’Annie Gentès à Telecom ParisTech). Ses recherches portent sur les multiples relations du corps-environnements-technologies.

En 2012 elle a travaillé sur une comparaison et une définition des termes relatifs à la construction de réseaux de communication sans fils. Étant assez remarquable, grâce à l’autorisation de Justé, nous vous livrons ici ce travail de définition, d’illustration et de visualisation entre architectures centralisées et architectures distribuées.

WLAN vs WMN_poster

Ce travail de comparaison illustré se double d’un lexique précis reprenant l’ensemble des termes utilisés dans ce poster et qui ont permis de problématiser ce sujet, cette comparaison. Il est à retrouver ici:

WLAN vs WMN_lexiqueWLAN vs WMN_poster

L’ensemble de ces documents créés par Justé Peciulyté sont placés sous licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 France.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Le « Meshaging »: pourquoi le décentralisé?

Commotion possède un nouveau site Internet (commotionwireless.net) depuis quelques mois seulement (nous avions même eu la chance d’assister aux réunions de pré lancement-test- du site web en août 2012 à Washington). Lors de notre exploration de cette plateforme, nous étions pourtant passés à côté de ce post très intéressant qui présente (et « justifie » dans un sens) le travail et les réflexions des ingénieurs de Commotion (projet mené par l’Open Technology Initiative au sein de la New America Foundation à Washington DC voir ce précédent billet).

Ce texte a plus d’un intérêt car il montre de quelle manière le Work Department (auteur du billet en question) du projet Commotion considère  l’utilisation d’architectures distribuées comme une plus-value. Il cherche également à expliciter le choix de développer des services distribués ET mobiles dans une ville telle que Détroit. Il montre enfin l’attention portée par ces ingénieurs à l’écologie globale dans lequel le système technique qu’ils développent prend place:

 

As we worked through other parts of the Commotion project, we brainstormed ideas for wireless mesh applications. We noticed that our ideas would often replicate existing web services — e.g. a local fileserver for music or movies, or a local message board for neighborhood discussion. We began to wonder what would make a community wireless application more appealing than using a centralized Internet-based application. We agreed that it wouldn’t be enough to offer someone the simple satisfaction of knowing their data is decentralized… there would need to be some other benefits to using a local application.

What would these benefits be? What is special about the architecture of a community wireless mesh network? In pondering these questions, we considered what is provided by these networks — earlier, I mentioned that the networks provide internet connection sharing and local file sharing, but that’s only a part of the story. These networks also provide something much grander: they become community institutions. Unlike the Comcast hardware that is bolted out of arm’s reach on a utility pole, our community wireless equipment lives on our porches, in chicken coops, in our bell towers, and next to our desks. Each piece of equipment has a story behind it. We know who held the ladder while it was being installed and who lent their hammer drill to run a cable up to it.

A community mesh wireless router’s IP address is more than a 32-bit number. It has history and meaning. How can we build applications that reflect and enhance this?

 

LIRE LE TEXTE COMPLET ICI (https://commotionwireless.net/blog/exploring-meshaging)

 

Références:

  • http://oti.newamerica.net/
  • https://commotionwireless.net/
  • http://detroitdjc.org/

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Réseaux distribués communautaires, vers une nouvelle pédagogie?

De quelle(s) manière(s) les débats liés à la liberté de communication sur Internet mettent en scène un « conflit de légitimité démocratique » ?

C’est à partir de cette question que Félix Tréguer analyse la façon dont s’affrontent deux camps censés pour l’un :

« Défendre l’application du droit positif à Internet au nom du primat de la démocratie représentative (et de ses institutions, législatives ou judiciaires par exemple) »

et de l’autre,

« revendiquer des pratiques communicationnelles en marge de la légalité, remettant en cause le droit de la communication au nom, justement, des valeurs démocratiques »

     Référence : Internet, espace d’une citoyenneté insurrectionnelle sur le blog Mediapart Internet & Démocratie, le 3 septembre 2012

Partant de cet exemple et de cette « division latente de tous les débats relatifs à la liberté d’expression sur Internet », Félix Tréguer[1] construit un argumentaire éclairant sur nombre de questions qui nous intéressent au sein de ce projet de recherche notamment celle de savoir par quels biais des citoyens revendiquent des pratiques « démocratiques » à partir de différents services web (décentralisés). En effet, beaucoup de discussions relatives à la liberté d’expression sur Internet s’appuient (uniquement) sur « les débats autour du partage non autorisé d’œuvres soumises au droit d’auteur que de nombreux législateurs et juges cherchent à combattre mais qu’une partie de la population revendique comme une pratique démocratique » (voir notamment les travaux de Philippe Aigrain et les initiatives de la P2P Foundation). Depuis 1999 et la naissance de Napster qui leur a donné une visibilité grand public, les technologies peer-to-peer ou réseaux informatiques distribués ont été « considérés presque exclusivement comme des menaces pour l’industrie des contenus numériques. L’usage principal de ces réseaux par le public étant le partage non autorisé de fichiers musicaux ou vidéo, le problème du droit de propriété intellectuelle, du droit d’auteur notamment, s’est imposé en tant que cadrage médiatique et politique prédominant des réseaux P2P et de leurs usages » (Musiani, 2011). En effet, leurs qualités intrinsèques, en dehors du débat relatif aux données qui circulent sur ce type de réseau, ont souvent été ignorées et la question de leurs places face à une pensée de l’informatique centralisée (les «géants » de Francesca Musiani[2]) s’est bien souvent retrouvée mise à l’index…

« Sharing » – Toronto, Ontario – http://tobanblack.net/blog/ – (CC BY-NC 2.0)

Pourtant, exceptée cette problématique de la propriété des données (sécurité, emplacement des datas) et de leurs utilisations par des tiers (privacy), les « vertus » (Elvin-Koren, 2006), les façons de « faire réseau » de ces technologies distribuées sont aujourd’hui en mesure de nous faire repenser la définition même du politique et de sa pratique. Les cadrages médiatiques et politiques des réseaux distribués pourraient peut être même évoluer et on pourrait trouver de nouveaux éléments de réponse au conflit de légitimité démocratique évoqué précédemment.

Pour en revenir à la problématique de ce billet ; au delà de pointer les rapprochements possibles entre les « manifestations de la citoyenneté insurrectionnelle (terme emprunté à James Holston) dans l’espace urbain et les formes de résistances dont Internet est le théâtre », les questions que soulève Tréguer interrogent la constitution même de nos infrastructures communicationnelles et déplacent le débat sur un plan qui nous semble plus intéressant:

Comment ces infrastructures « font politique »[3] ? En d’autres termes, de quelle manière représentent-elles une certaine structure et un fonctionnement (méthodique, théorique et pratique) d’une communauté, d’une société, d’un groupe social ?

Pourquoi passent-elles aujourd’hui pour des technologies disruptives alors que le principe d’architecture distribuée existe depuis longtemps (voir toujours) et supporte des services web bien connus qui ne semblent pas vraiment « disruptifs » ou ne posent pas de problèmes juridiques particuliers (Skype en tête qui repose en partie sur une architecture distribuée)?

Ce type de questions sur les artefacts et leurs aspects politiques n’est, lui non plus, pas nouveau[4]. Ainsi, dès 1989, Madeleine Akrich[5] soulignait l’importance de regarder les choix techniques sous jacents aux architectures des technologies qu’elle observait en Afrique et ailleurs dans le monde (Akrich, 1989). En 1978, après une année d’immersion dans les usines Citroën parisiennes, Robert Linhart[6] évoquait quant à lui le rapport que les hommes entretiennent entre eux par l’intermédiaire des objets : ce que Marx appelait les rapports de production. Il dénonçait dans cette enquête de sociologue embedded la « dictature des objets », la violence du lieu-usine en lui même et des objets techniques qui le constituent (on pourrait remonter ainsi de suite la chaine des auteurs divers et variés qui ont étudié les objets non-humains et leurs rôles d’acteurs au sein de systèmes sociotechniques…). Beaucoup de chercheurs en SHS / STS ont donc « calmé » quelque peu certaines ardeurs techno-optimistes qui voulait attribuer des fonctions particulières à diverses technologies et/ou en masquer d’autres…

Mais aujourd’hui, après avoir vu apparaître en 2011 de nouvelles « arabités numériques » (Gonzalez-Quijano, 2012) et différents mouvements indignados, occupy ou anonymous qui ont été prétextes à de nombreuses analyses autant optimistes que pessimistes à propos de l’avenir des mouvements citoyens et des « citoyennetés insurrectionnelles » abordées précédemment ; il semble encore plus important de porter un regard clair et objectif sur l’architecture même des services web, sur ce qu’ils permettent, ce qu’ils changent et comment leurs usages changent eux mêmes en retour (à l’heure où j’écris ce billet, owni.fr vient de publier un article à propos du rôle de « l’infrastructure internet » lors de la toute récente campagne présidentielle américaine menée par le camp démocrate et qui a vu la victoire de son candidat Barack Obama. L’intérêt pour ce type de question et l’analyse de ces objets vis à vis de la chose politique semble donc croissant…).

Prenant comme point de départ les discours portés sur les origines numériques des soulèvements arabes de 2011 et le rôle qu’auraient pu y jouer des architectures distribuées, notre travail de thèse consiste à comprendre les dynamiques sociopolitiques inhérentes à une technologie particulière, celle des réseaux distribués mobiles (MESH, MANET) qui correspondent à une architecture informatique décentralisée réellement « mobile » et « mouvante ».

En ce sens, le projet Commotion ou Internet in a suitcase révèle à bien des égards un nombre important d’enjeux inhérents à cette étude des réseaux distribués mobiles. Comme le soutiendra très prochainement Benjamin Loveluck (Cf. note 3), Internet peut-être compris comme un « libéralisme informationnel » qui engendre différentes formes d’auto-organisation. Concernant Commotion et pour étudier de près les acteurs de ce projet et l’ensemble de ses ramifications ; on peut déclarer d’ores et déjà que ce dernier se définit comme une boite à outils et non pas comme une « killer application » mobilo-distribuée qui révolutionnerait le monde de l’information et de la communication.

 

Commotion (COMMunity Open Technology Information Online Network selon la définition de Josh King[7]) est avant tout et pour l’ensemble de son équipe de développement une boite à outil qui rassemble différents principes d’utilisation des NTIC, et notamment celui d’auto-organisation et de plateforme commune uniformisée:

« It’s to pull together all these sort of existing mesh networking open source wireless mesh networking technologies and making sure that they’re easy and secure in writing graphical interfaces and documentation and adding in security encryptions. And the end point of the project is a series of sort of software application bundles for different platform » ;

« Envisionned it as a toolkit or Platform for people to be able to build a wide variety of different network ; […] Commotion is also something that provides an opportunity to do education and outreach around this idea of owning your own infrastructure. […] It’s not just a soft, it’s really a set of principles that are about autonomy and ownership your own communication capabilities » ;

« I think that I view the potential of Commotion as really a way to democratize infrastructure but in a different sense from the circumvention sense »

     (INTERVIEWS Technical & Field Team – Commotion Project – Open Technology Initiative – New America Foundation – Washington DC – Août 2012 – François Huguet)

Pourtant, Commotion est presque toujours mis en avant comme une technologie disruptive (surtout dans les discours journalistiques de 2011, année des soulèvements arabes) intervenant en temps de crises, de blocages, de censures, de guerres, de révolutions:

« Internet in a Suitcase is basically a software program aimed at giving people in conflict or disaster zones the ability to establish a secure, independent wireless network over their computers and cell phones. While the system (which, despite its name, involves neither hardware nor a suitcase) is being tested and is usable right now, [Sascha] Meinrath [directeur de l’Open Technology Initiative à la New America Foundation] and his team of developers around the globe are holding off on releasing it to groups like the Syrian rebels until they are confident that it can resist large-scale hacking by governments. »

     (‘Internet in a Suitcase’ ready for field testing, Foreign Policy, John Reed, 5 Novembre 2012 ;

    Concernant les présentations de Commotion par des journalistes, voir également les articles de Yves Eudes dans Le Monde (30 août 2011), « Commotion, le projet d’un Internet hors de tout contrôle », celui de Chloé Woitier dans Le Figaro (1er septembre 2011), « Commotion, l’accès libre et anonyme à Internet » et celui de John Markoff et James Glanz dans The New York Times (12 juin 2011) « U.S. Underwrites Internet Detour Around Censors ».

Partant de ces faits, on pourrait presque supposer que c’est de cette manière que l’Open Technology Initiative a pu faire financer le projet Internet in a suitcase – Commotion : en « surfant » en quelques sortes sur le 21st century statecraft, qui, selon les mots de la journaliste de The American Prospect Nancy Scola « Hoping to spread the American tech gospel to the rest of the world »… Mais ce serait réduire Commotion à un simple projet cyberdiplomatique américain et les choses ne sont pas si simples (voir notamment les billets publiés sur ADAM à propos du contrôle des infrastructures et celui qui mentionne l’intervention de Ben Scott à l’International Summit for Community Wireless Network)… Alors à quoi renvoie cette communauté « imaginée » pour reprendre le terme de Bénédict Anderson (1996), utilisatrice de réseaux distribués mobiles, idéaux types de l’auto-organisation sur Internet ? De quoi ces réseaux distribués sont-ils le nom ? Les États Nations pousseraient-ils au développement de tels outils pour modifier les formes d’application de la démocratie ?

La réponse se trouve peut être dans les vertus de cette citoyenneté insurrectionnelle qu’évoque Félix Tréguer après sa lecture de Holston, dans la nécessité de « renouer avec une approche ethnologique dans la politique de la ville, et se nourrir des contestations citoyennes pour engendrer une dynamique de changement social ». La ville, l’espace urbain, apparaît donc comme une composante essentielle et nécessaire de ce type de réseaux et de cette catégorie de soulèvements[8]. Manuel Castells tenait d’ailleurs des propos similaires en juin 2011[9] à propos de cette urbanité, initiatrice de nouvelles formes de communauté à liens plus ou moins faibles mais hyper-connectées:

« cette fois-ci les réseaux numériques pourvoient des formes flexibles et changeantes d’organisation et de débat, d’appel au secours, de distribution d’idées et d’initiatives, de décision collective distribuée. Les braves gens du mouvement ne sont jamais seuls, sont toujours connectés, et donc, ensemble n’ont pas peur. Leur mot : « Toutes ensemble, nous pouvons ». Pouvoir quoi ? Pour le moment, dans le discours du mou­vement, l’essentiel est de pouvoir être ensemble et, ensemble, découvrir une autre démocratie che­min faisant. »

Des propos proches de ceux que tiennent les instigateurs du projet Commotion, lui-même financé par le département d’État américain… Reste donc à chercher le lieu et le moment où cette réflexion sur les architectures, sur leur nécessaire décentralisation[10] s’articule avec la dimension critique et propositionnelle des « insurgés citoyens », l’instant où l’on comprend, ne serait ce qu’un peu, la matérialité des réseaux que nous formons et dont nous sommes des nœuds. Mais quid des compétences requises de la part de ces citoyens (et d’un appareil étatique[11]) en vue d’une participation active dans le mouvement social de transformation, dans cet « être ensemble » nouveau? Quelles compétences doit avoir un usager grand public dans un tel cadre d’utilisation de plateformes d’ « insurrection citoyenne » (on pourrait prendre comme exemple les « cosmopolitismes » multiples que sont les mouvements indignados, occupy, anonymous) ?

D’ores et déjà, il nous semble que les pistes soulevées par Serge Proulx[12] semblent intéressantes à plus d’un titre et posent des questions nécessaires au franchissement de cette étape que représente le devenir citoyen insurrectionnel « médié » par des réseaux distribués mobiles :

« Il apparaît évident que nous sommes dans une époque où triomphe l’industrie de l’infotainment. Les utilisateurs sont très majoritairement des consommateurs plus ou moins passifs des dispositifs numériques. Il reste que si les TIC doivent être pensées comme moyens pour favoriser l’émancipation sociale et maximiser la puissance d’agir des citoyens – qu’ils soient du Sud ou du Nord – il apparaît nécessaire de penser les potentialités civiques de la communication numérique à l’extérieur du cadre exclusif de la consommation (Proulx et Klein, 2012). Le défi pour la démocratisation technique consiste à chercher une troisième voie… Comment approcher des usagers qui se déclarent « intelligents » et « politiquement engagés » mais qui ne veulent pas nécessairement trop investir dans l’apprentissage technique des machines ? Voilà le défi. » (Proulx, 2012).

Et lorsque l’on défini les réseaux distribués mobiles (communautaires) comme étant quelque chose en mesure d’apprendre sur l’idée d’infrastructure à ses utilisateurs et non plus comme un simple logiciel; quand ce même quelque chose se donne à voir et à entendre comme une série de principes à propos de l’autonomie des réseaux de communication, sur la possibilité de redessiner en « relocalisant » l’information, en la distribuant d’une autre façon et en apprenant aux utilisateurs la façon dont ça « circule » dans ces réseaux ; on s’approche peut être de cette troisième voie…

 


[1] Réflexions et articles à retrouver sur le carnet de recherche de Félix Treguer We the Net, espace de réflexion sur les enjeux démocratiques liés à la protection de la liberté de communication sur Internet. Félix Tréguer est doctorant à l’EHESS Paris.

[2] Francesca MUSIANI (2012), Nains sans géants, architecture décentralisée et services Internet, thèse de doctorat (dir. Cécile Méadel, CSI-ENSMP), Ecole nationale supérieure des mines de Paris.

[3] Sur ce sujet, nous suivons avec attention les travaux de Benjamin Loveluck, qui soutiendra sa thèse de doctorat intitulée La liberté par l’information. Généalogie politique du libéralisme informationnel et des formes de l’auto-organisation sur internet le 4 décembre 2012 à l’EHESS Paris.

[4] Voir notamment Winner, L. (1986), « Do artifacts have politics ? », The whale and the reactor : a search for limits in an age of high technology, University of Chicago Press, Chicago, p. 19-39 ; Cooper, G., Woolgar. S. (1999), « Do artefacts have ambivalence : Mose’s bridges, Winner’s bridges and other urban legends in S&TS », Social Studies of Science, SAGE, Londres, p. 433-449.

[5] Akrich, M. (1989), « La construction d’un système socio-technique. Esquisse pour une anthropologie des techniques », Anthropologie et Sociétés, Volume 13, numéro 2, 1989, p. 31-54 ; voir aussi Akrich, M. (1987), « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et Culture, vol. 9, p. 49-64.

[6] Linhart, R. (1978), L’Etabli, Editions de Minuit, Paris.

[7] Technical leader à l’Open Technology Initiative, « codeur » de Commotion.

[8] Notons néanmoins que les révoltes arabes, notamment en Egypte s’inscrivent dans une long processus de contestation et de revendications démocratiques débuté en 2004 par des grèves massives d’ouvriers du textile dans une (petite) ville du delta du Nil (Mahallah el-Kubra) et par une « révolution médiatique » débutée quant dans les années 1990 (pareil pour la Tunisie ou le combat ouvrier et syndical (dans des petites provinces) avait fait remonter depuis de nombreuses années des aspirations à plus de démocratie et une remise en cause du système Ben Ali). La révolution arabe de 2011 ne s’est pas faite dans un contexte vierge de toute revendications civiques, politique et socio-économique. Pour de plus amples précisions, voir les travaux de Yves Gonzalez-Quijano et de Tourya Guayybess sur la télévision satellitaire et les mutations médiatiques du monde arabe depuis l’arrivée de l’imprimerie.

[9] Castells, M. (2012), « Ni dieu ni maitre: les réseaux », FMSH-WP-2012-02.

[10] Dans l’ensemble de nos entretiens avec les équipes de Commotion (Field team, Policy team, Technical team, août 2012, Washington DC) les personnes interrogées mettent presque tout le temps en avant les aspects « décentralisés » de leur software, la « plus value » que cela apporte à leurs travaux. Pareil concernant les militants des mouvements occupy européens qui utilisèrent et développèrent durant l’année 2011, des réseaux sociaux décentralisés tels que Lorea et Crabgrass voir Gentès, A., Huguet. F, (2012) « Les alternatives aux réseaux sociaux –  l’architecture distribuée et le design de médias » in Stiegler, B. 2012 Réseaux sociaux, culture politique et ingénierie des réseaux sociaux, Paris, FYP.

[11] « Libérer » le spectre radio pourrait être un vecteur d’innovation à ce niveau là comme l’a été la « libéralisation » de la bande FM dans les années 80. Voir notamment la tribune de Félix Treguer et Jean Cattan (2011) à ce sujet : Le spectre de nos libertés

[12] Proulx, S. (2012), La Puissance d’agir des citoyens à l’ère du numérique : cyberactivisme et nouvelles formes d’expression politiques en ligne, in S. Najar, dir., Mouvements sociaux en ligne et cyberactivisme en Méditerranée, Karthala, Paris.

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Journée d’étude ISCC « Internet et Frontières »

Journée d’étude Internet et Frontières
Lundi 20 juin 2011, 9 h 30 – 18 h30
Institut des sciences de la communication du CNRS

Le rêve du « village global » et de la communication comme source de fraternité a traversé les siècles.
Or en dépit des promesses que cristallisent les réseaux sociaux numériques et le Web 2.0, le social et
ses tensions ne s’effacent nullement devant la communication virtuelle. Une forme d’endogamie
persiste dans la vie virtuelle comme réelle, les frontières étatiques et culturelles ne sont pas abolies.

Autour de la thématique Internet et Frontières, cette journée, organisée par le groupe Gouvernance et
usages de l’Internet de l’ISCC, a une vocation interdisciplinaire et invite à penser les frontières à
plusieurs échelles (du micro à macro), de l’individu à la société, permettant d’analyser les
infrastructures et les contenus en termes de ruptures et de continuité, de glissement, de déplacement
plus que de révolution, même si la radicalité du phénomène se doit aussi d’être interrogée.

La notion de « frontière » est polysémique et ouverte, mais renvoie à une interrogation déterminante :
Internet, quelles (r)évolutions ? La frontière peut être entendue selon plusieurs acceptions. Elle est une
interface, non seulement au sens informatique, entre réel et virtuel, entre hommes et machines, mais
aussi au sens géographique d’échange entre régions : si Internet rapproche, n’éloigne-t-il pas aussi en
mettant en visibilité l’altérité de manière forte ? La frontière peut être passerelle, espace de transfert,
outil de médiation pour le partage et la co-construction des savoirs, ou au contraire barrière,
linguistique et culturelle par exemple. La frontière est une zone de tensions et de négociations: se pose
alors la question d’acteurs aux logiques contradictoires, de la fracture numérique, de l’aspiration à une
gouvernance moins unilatérale d’Internet. La frontière comme limite territoriale, étatique, soulève la
question du droit, des logiques nationales, des risques de balkanisation d’Internet, des cyberconflits et
de la sécurité. Mais, ce sont aussi les frontières de l’identité ou encore celles de l’acceptabilité qui
peuvent être interrogées par celui qui étudie le déplacement des notions de  privacy ou d’extimité.

La matinée sera l’occasion d’éclairer la  Géopolitique de l’Internet, l’après-midi « les autres
frontières », celles de l’identité, de la connaissance, de la communication, qui questionnent la place
d’Internet comme interface et passerelle. Internet abolisseur ou/et créateur de frontières, Internet à la
rencontre des territoires matériels, virtuels et intellectuels : « le réseau des réseaux » produit-il et
révèle-t-il un autre partage du monde en cours ?

Pour assister à cette journée d’étude, vous pouvez vous inscrire auprès de
Valérie Schafer – valerie.schafer@iscc.cnrs.fr
Mélanie Dulong de Rosnay – melanie.dulong-de-rosnay@iscc.cnrs.fr

Site web : http://www.iscc.cnrs.fr

Programme

MATIN

Accueil à partir de 9h00

9h30 > 9h55

Ouverture de la journée
Communication et frontières
Dominique Wolton, Directeur de l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC)

Géopolitique de l’Internet

9h55 > 10h20

La société, Internet et ses frontières
J. Perriault, Professeur émérite en information & communication, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Conseiller, Institut des sciences de la communication du CNRS

10h20 > 11h20

Table ronde. Sécurité et cyberconflits

animée par Léonard Laborie, Chargé de recherche au CNRS, UMR 8138, Laboratoire IRICE

Le combat cyberélectronique : des débuts au commandement du cyber américain
Stéphane Dossé, Lieutenant-colonel de l’arme des Transmissions, Enseignement militaire supérieur
scientifique et technique (EMSST)

Les frontières des cyberconflits
François-Bernard Huyghe, chercheur à l’Iris

Les risques du Web
Michel Arnaud, Professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

11h20 > 11h40
Cartographie et souveraineté à l’ère du satellite et des réseaux numériques
Henri Desbois, Maître de conférence en géographie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense,
Laboratoire GECKO, « Équipe Réseaux, Savoirs & Territoires »

11h55 > 12h50  
Table ronde. Gouvernance et société civile

animée par Valérie Schafer, Chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du
CNRS

L’internet : de la Déclaration d’indépendance du cyberespace à l’introuvable gouvernance
mondiale
Françoise Massit-Folléa, chercheur-consultant, FMSH, Paris

Les nouvelles frontières que dessinent les acteurs de la gouvernance de l’internet
Hervé Le Crosnier, Enseignant-chercheur, délégué auprès de l’ISCC

Ai Weiwei, artiste et cyberdissident chinois
Séverine Arsène, Docteur en science politique et ATER à l’Université Lille 3

12h50 > 13h10 
Perspectives et nouveaux enjeux internationaux de la régulation de l’Internet
Bernard Benhamou, Délégué aux usages de l’Internet

Pause déjeuner

APRES­MIDI

Internet, interface et passerelle

14h30 > 14h40 
Présentation de l’après-midi 
Valérie Schafer et Mélanie Dulong de Rosnay (ISCC)

14h40 > 15h00 
Entre l’écran et la chaise : les frontières de la communication homme-machine grand public
Benjamin Thierry, PRCE à l’Université Paris-Sorbonne, Doctorant au Centre de Recherche en
histoire de l’innovation

15h00 > 15h20 
Aux marges du réseau: le P2P et les services Internet
Francesca Musiani, Attachée de recherche et doctorante, CSI MINES ParisTech

15h20 > 16h20 
Table ronde. Internet et Médiation culturelle
animée par Fanny Georges, Postdoctorante à Télécom ParisTech

Jouer avec les frontières cognitives, technologiques et psychologiques
Dominique Stutzmann, Chargé de recherche au CNRS

Reconfigurations des médiations et des productions dans certaines pratiques créatives sur
Internet
Brigitte Chapelain, Maître de conférence en SIC à l’Université Paris 13, Laboratoire Communication
et Politique (LCP)

Médiation et organisation
Jean-Luc Bouillon, Maître de conférences en SIC à l’université de Versailles-Saint-Quentin

16h40 > 17h00 
Frontières et intermédiation des savoirs 
Morgan Meyer, Postdoctorant à Mines-ParisTech

17h00 > 18h00 
Table ronde. Partage des savoirs 
animée par Benoit Le Blanc, Maître de Conférences en Informatique à l’Institut Polytechnique de
Bordeaux, Chargé de mission à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS

Détecter les frontières dans le domaine biomédical et les dépasser 
Natalia Grabar, Chargée de recherche, STL CNRS UMR8163, Université Lille 3

Mise en évidence automatique de frontières dans les grandes masses de données du Web et des
bases d’informations : questions scientifiques et de société.
Alain Lelu, Enseignant-chercheur en sciences de l’information, délégué auprès de l’ISCC

Accès à la connaissance et agenda pour le développement : la propriété intellectuelle vue par les
pays du Sud et la société civile
Mélanie Dulong de Rosnay, Chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du
CNRS

De l’amateur à l’expert, remise en cause des frontières de la connaissance sur le Web
collaboratif
Lionel Barbe, Maître de conférence à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

18h00 > 18h20 
Les frontières de l’identité numérique : le ménagement de l’interface
Alexandre Coutant, Maître de conférences à l’université de Franche-Comté, laboratoire LASELDI,
associé à l’ISCC  & Thomas Stenger, Maitre de Conférences à l’université de Poitiers, IAE, laboratoire CEREGE (EA
1722), chercheur associé à l’ISCC.

18h20 > 18h30 
Conclusion 
Valérie Schafer et Mélanie Dulong de Rosnay (ISCC)

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech
Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Compte-rendu du colloque Digital Life Lab « La participation des amateurs dans l’univers numérique »

Compte-rendu du colloque Digital Life Lab (Institut Télécom)
« La participation des amateurs dans l’univers numérique »
La Cantine, Paris, 18 mars 2011.

par Francesca Musiani

La prolifération des plateformes participatives sur Internet suscite une implication toujours plus grande des amateurs dans la production ou la réappropriation de contenus médiatiques qui circulent et s’échangent sur le Web (textes, photos, vidéos, fichiers musicaux, logiciels, etc.) Ce colloque, organisé par le Digital Life Lab (Institut Télécom) à la Cantine le 18 mars 2011, a eu pour objectif de réfléchir aux enjeux sociaux, organisationnels et culturels suscités par la profusion de ces nombreuses pratiques amateurs dans l’univers numérique.

« Les amateurs sont souvent des passionnés à l’égard d’une activité qui occupe une grande partie de leur temps libre. Ils agissent selon une logique distincte de celle de l’économie de marché : ils trouvent un authentique plaisir à partager leur passion et sont davantage motivés par la recherche d’une reconnaissance symbolique auprès de leurs pairs plutôt que par la perspective d’une rétribution monétaire, » remarque-t-on dans la présentation du colloque.

Les présentations se sont regroupées autour de trois volets: la thématique de l’organisation des pratiques amateurs avant l’ère du numérique; l’univers numérique de la création culturelle et des médias; la mobilisation des médias sociaux dans les entreprises.

Antoine Hennion – Attachements : corps, collectifs, dispositifs

En ouverture, Antoine Hennion est revenu sur ses terrains « de longue date » sur le travail de l’amateur. Il a souligné l’ambiguité du terme, qui peut signaler à la fois celui qui « aime » ou se passionne pour quelque chose, et celui qui « fait mal les choses » en tant que non expert ou non professionnel. Mais la passion de l’amateur n’est pas la passivité, et s’intéresser à l’amateur avec des lunettes pragmatistes permet de rompre avec des notions comme « réception » ou « consommation », et d’insister en revanche sur les phénomènes de coproduction. La notion d' »attachement » est en ce contexte très utile pour se libérer de la distinction dualiste sujet/objet, ainsi que, plus généralement, des dualismes, et reconnaître que l’amateur est souvent doté d’un savoir-faire sophistiqué: « techniques mêlées du corps, du dispositif et du collectif ». L’enjeu est de se tourner vers un pragmatisme « hard », plutôt que vers la théorie de l’action « molle » actuelle.

Patrice Flichy – Le sacre de l’amateur

La deuxième ouverture, de Patrice Flichy, a souligné que les amateurs sur l’Internet mettent en place des conventions locales et localisées, qui deviennent par ailleurs des règles très précises. Ce qui distingue l’amateur numérique de l’amateur  en général est le fait que le premier peut avoir un public de ses actions, même très large. Son apprentissage se base sur l’autodidactie, ce qui fait de l’amateurisme une expertise « par en bas », acquise au moyen de l’expérience, et joue un rôle fondamental dans la construction de l’Identité. L’amateur s’engage souvent par intermittence: il s’agit d’un engagement irrégulier, riche en diversité, non uniforme, éclaté. P. Flichy s’est servi de l’exemple de Wikipédia pour souligner cet aspect de non-uniformité, et montrer comment chaque secteur de savoir se construit son mode de traitement: l’amateur ne vise pas un type de savoir qui relève de l’universalité, mais un savoir local. Si l’amateurisme hors numérique est toujours évalué à la mesure des pratiques professionnelles, c’est bien dans le numérique que l’expert « par en-bas » se sent légitime pour contester l’expert.

Olivier Donnat – Les pratiques amateurs avant l’ère du numérique

Olivier Donnat est ensuite revenu sur l’histoire des définitions des « pratiques culturelles ». Il a distingué deux acceptions de la définition de public: la première c’est « le » public indifférencié des grands œuvres; la deuxième a une connotation négative d’aliénation, et indique les fans des produits culturels. En France, le ministère de la culture s’est focalisé sur les pratiques professionnelles en ignorant le riche tissu socio-culturel des pratiques des amateurs. Des études menées au cours des années 1990 ont révélé des grandes disparités dans la consommation des biens culturels. On note aussi que les pratiques d’amateurs sont plutôt le fait des jeunes: l’allongement de la durée de la jeunesse en entraîne donc un accroissement quantitatif. O. Donnat estime cependant que le fait de pratiquer ou de consommer les productions professionnelles ne recoupe pas le fait de se considérer comme amateur. Il identifie quatre types d’ancrage à un bien culturel: l’héritage direct des parents ; la transmission par rupture (i.e., faire autre chose que les parents) ; l’événement douloureux ; l’arrachement à son contexte d’origine par la pratique d’une activité. L’activité de l’amateur se place aujourd’hui dans un continuum qui a pour extrêmes deux pôles : soit l’engagement total (avec le rêve de se professionnaliser, et une socialisation exclusive autour de la pratique), soit, au contraire, une pratique amateur quasi clandestine, cachée même à son entourage personnel et professionnel immédiat.

Jean-Samuel Beuscart et Maxime Crépel – Les trajectoires de notoriété sur le Web 2.0 : quatre figures de l’engagement dans la pratique artistique en ligne

Jean-Samuel Beuscart et Maxime Crépel ont discuté des trajectoires de notoriété sur le Web, et particulièrement de quatre figures de l’engagement dans la pratique artistique en ligne. Dans des contextes tels que MySpace et Flickr, entre amateurisme et exposition de soi, il y a une imbrication des logiques personnels et de masse. Le choix des outils d’analyse, et donc d’appréhension, de l’audience en ligne est très important. Les leviers de notoriété sur Flickr et MySpace sont par exemple la mise en forme de sa page, la régularité des publications, la facilité d’appropriation par les visiteurs, l’entretien d’un réseau de sociabilité. A travers le jeu de réciprocité des commentaires, petites communautés denses et cohérentes se construisent. Les quatre trajectoires de réputation qui suivent les différents modes d’engagement dans la pratique artistique en ligne sont donc 1) l’abandon, 2) l’amateur enrichi à travers recherche d’une audience, 3) la professionnalisation et la création de nouvelles formes d’industries culturelles (en réponse à une logique de fermeture) et 4) l’amateur 2.0 (en réponse à une logique d’ouverture).

Dominique Cardon, Camille Roth et Guilhem Fouetillou – Trajectoire de consécration des amateurs dans le monde numérique

Dominique Cardon a ensuite présenté le travail, mené en collaboration avec ses collègues, sur la consécration des amateurs (au moyen de l’étude des liens). Ils proposent deux matrices : curieux / introverti / extroverti / silencieux ; célébrité / notoriété / popularité / invisibilité ; à partir de ces deux matrices, ils identifient seize positions topologiques présentes ou non selon les différentes familles de blogs. D. Cardon a développé à ce propos l’exemple des blogs culinaires et leurs différents modèles d’usage des tags, des photos, des échanges. En conclusion de leur intervention, les auteurs signalent la co-existence de plusieurs modèles de blogs : le carnet personnel, le club, l’élite, la metaréflexion.

Nicolas Auray et Dominique Fréard – Ce que le numérique a changé dans l’implication des amateurs à la production de connaissances : le cas de l’astronomie francophone
Serge Proulx et Lorna Heaton – Tela Botanica : la coopération en réseau de botanistes amateurs

Les interventions de Nicolas Auray et Dominique Fréard d’abord, et de Serge Proulx et Lorna Heaton ensuite, ont porté sur la science participative en réseau et sur les changements entraînés par le numérique dans l’implication des amateurs dans les processus de production des connaissances. N. Auray et D. Fréard se sont concentrés sur la communauté d’astronomes francophones. S. Proulx, après avoir introduit deux logiques d’engagement, la logique de réseau (engagement non nécessaire, sérendipité) vs la logique de communauté (fidélité, engagement), a parlé de Tela Botanica, un réseau de botanistes amateurs qu’il définit comme « nouvelle forme d’autorité hybride », dispositif sociotechnique qui se rapproche d’un outil de business.

Christine Balagué – Les réseaux socionumériques dans les stratégies d’entreprise
Claire Levallois-Barth – L’usage des réseaux socionumériques en entreprise : quelles sont les frontières juridiques entre vie professionnelle et vie privée ?

Christine Balagué a ensuite présenté des pistes de réflexion sur le rôle des réseaux sociaux numériques dans les stratégies d’entreprise. Elle a noté comment on fait face à un changement de paradigme pour les entreprises : on va vers des « marchés de conversation », basés sur l’influence conversationnelle. Sur sa lignée, l’intéressante présentation de Claire Levallois-Barth sur l’usage des réseaux sociaux numériques par les employés d’entreprise a permis d’éclairer l’état actuel des questionnements juridiques quant aux frontières entre vie professionnelle et vie privée, à partir de cas pratiques concrets dont certains ont fait la une des médias. Un chantier en construction, qui se façonne peu à peu entre la protection de la vie privée des employés, le monitorage par l’entreprise du temps et des dispositifs qu’elle met à disposition de ses salariés, et les évolutions rapides de ces nouvelles technologies.

Chantal Morley – Comment aime-t-on les technologies numériques ? Points de vue d’amateurs dans l’entreprise

Chantal Morley a de son côté abordé la question suivante: « comment aime-t-on les technologies numériques? » Pour tenter une réponse, elle a analysé son travail de codage d’entretiens qualitatifs portant sur les points de vue d’ »amateurs dans l’entreprise », professionnels qui aiment ce qu’ils font. L’amour de la technique embrasse le goût du concret, la volonté de percer un mystère, de comprendre, d’évoluer, la recherche d’une légitimation et d’une crédibilité. L’objet technique nous émerveille du même fait qu’il est concret, utile. Les motivations intellectuelles de l’attrait pour la technique incluent la volonté d’être stimulé, de se dépasser, de rester en éveil, de vouloir « gagner » (arriver à la faire fonctionner). Il est aussi question de la reconnaissance de soi-même en tant qu’appartenant à la communauté des « autres techniques », et de la volonté de médiation envers les « autres » « non techniques ». L’amour de la technique est une « épreuve publique et privée, qui apporte estime de soi et des autres ».

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech
Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website