Présentation vidéo de Arkos (navigateur-système d’exploitation décentralisé)

Nous y reviendrons plus longuement prochainement mais nous tenions à faire circuler l’information sur notre plateforme de recherche. Voici donc une présentation d’Arkos, les informations suivantes sont extraites du site web https://arkos.io.

 

What is arkOS?

Not just an operating system.

arkOS is a lightweight Linux-based operating system that runs on a Raspberry Pi. But arkOS more than just an operating system — it is a full software stack managing your self-hosting experience in an intuitive and intelligent way. arkOS does the work for you.

 

A visual gateway to your self-hosted web.

arkOS will allow you to run websites, email accounts, social networking profiles and much more, from its clean and easy-to-use graphical interface. With Genesis, even the most complex task becomes possible. No need to spend hours looking up command line functions — or learning to use Linux itself. Genesis gives you the power to manage your online life like it was meant to be done.

 

Your own private “cloud.”

With arkOS, you can will be able to run and maintain a variety of personal cloud services with the push of a button. Using solutions like ownCloud, you can store your calendar, contacts, files, music, photos and more at home, and manage all of these items. Share them only with the people you want to see them. No more “privacy creep” from services like Google or Facebook – with arkOS, you become the master of your own privacy controls.

 

Your data’s gateway to the Internet.

Don’t want the trouble of buying your own domain? Don’t worry. arkOS will allow you to connect your node to the Internet anyway, through a variety of services like dynamic DNS and port relays. Sometimes your Internet connection might prohibit you hosting your own data. In these circumstances, arkOS will provide ways to connect your node to the greater World Wide Web.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Live stream de l’International Summit for Community Wireless Networks (IS4CWN 2013)

En attendant le compte rendu de l’IS4CWN 2013 qui se déroule en ce moment à Berlin, vous pouvez suivre l’ensemble des conférences (main session) en live stream sur http://c-base.org/

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Unlike Us #3 – Social Media: Design or Decline

unlikeus3Les vendredi 22 et samedi 23 mars 2013 se déroulait à Amsterdam l’Unlike Us #3 organisé par l’Institute of Network Cultures (« INC » – fondé en 2004 par Geert Lovink, professeur l’école polytechnique d’Amsterdam, School of Interactive Media at the Hogeschool van Amsterdam (Amsterdam Polytechnic). Cette année, le thème de ce rendez vous annuel qui rassemble au sein d’un même évènement conférences, ateliers, discussion et hackathon était:

« Social Media: Design or Decline »

Unlike Us correspond à un réseau international d’artistes, de chercheurs, de designers, d’activistes et de programmeurs qui s’intéressent aux alternatives au réseaux sociaux et aux « contenus plus qu’aux interfaces ». Pour naviguer au sein de ce réseau et tacher de saisir les thèmes qui intéressent ces personnes plutôt « critiques » des médias, un des meilleurs outils est de regarder ce qui se discute au sein de leur liste de discussion. Le troisième rendez vous de ce réseau multidisciplinaire a tenu ses promesses en termes de discussion interdisciplinaire. La conférence a été ouverte par Bernard Stiegler, Petra Löffler et Tristan Thielmann sur une critique théorique du « social » (philosophe, archéologue, anthropologue). La suite de la conférence a vu se succéder beaucoup de personnes présentant tout autant leur technologie telle que Lorea (réseau social décentralisé utilisé par les indignés espagnol), le Facebook demetricator (par Ben Grosser) ou bien encore des réflexions très intéressantes sur la non utilisation des technologies mobiles dans certaines parties du monde (intervention de Marion Walton à propos de l’utilisation des messageries instantanées en Afrique du Sud. Nous retiendrons aussi la très bonne intervention de Miriyam Aouragh à propos de l’utilisation des réseaux sociaux par les « activistes digitaux » du Proche et du Moyen Orient.

La plupart des communications seront prochainement en ligne (sur http://networkcultures.org/wpmu/unlikeus/) mais vous pouvez dès à présent retrouver la plupart des panels et des technologies qui ont été présentées ici (spotted par Marion Walton):

Peter Olsthoorn showed us how to work out and claim our value to Facebook: What is your Facebook value? Work it out here

Benjamin Grosser introduced everyone to his Facebook Demetricator Facebook Demetricator and the Easing of Prescribed Sociality

Karlessi from Ippolita unpacked Religions 2.0 or the rituals of the participation society and how they feed the friendship algorithm Ippolita

There was a Skype video of Richard Metzger challenging Facebook’s strategy to get publishers to pay for ‘sponsored stories’  Facebook I want my friends back

Hester Scheurwater shot back after her fantasy self-portraits fell foul of Facebook’s censorious gaze Shooting back

For a world where Facebook is our passport, Tobias Leingruber offered us a Facebook ID FB Identity

There were also some great links shared in Simona Lodi’s presentation: Art as Networked Machinery: When Art Becomes Anti-Social for Being More Social

Anti-social blocks social sites IOCOSE

A crowded apocolypse  draws on crowdsourcing to generate a multitude of conspiracy theories

Rui Guerra and David Jonas Uncloud: Control your own cloud

Les Liens Invisibles 15 MINUTES, ANONYMOUS

Vous pouvez aussi télécharger le livre « Social Media Monopolies and their alternatives » tiré des réflexions de ce réseau de chercheurs designers, artistes ici : http://networkcultures.org/wpmu/portal/publication/unlike-us-reader-social-media-monopolies-and-their-alternatives/

Trailer – Unlike Us Reader: Social Media Monopolies and Their Alternatives from network cultures on Vimeo.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Réseaux distribués communautaires, vers une nouvelle pédagogie?

De quelle(s) manière(s) les débats liés à la liberté de communication sur Internet mettent en scène un « conflit de légitimité démocratique » ?

C’est à partir de cette question que Félix Tréguer analyse la façon dont s’affrontent deux camps censés pour l’un :

« Défendre l’application du droit positif à Internet au nom du primat de la démocratie représentative (et de ses institutions, législatives ou judiciaires par exemple) »

et de l’autre,

« revendiquer des pratiques communicationnelles en marge de la légalité, remettant en cause le droit de la communication au nom, justement, des valeurs démocratiques »

     Référence : Internet, espace d’une citoyenneté insurrectionnelle sur le blog Mediapart Internet & Démocratie, le 3 septembre 2012

Partant de cet exemple et de cette « division latente de tous les débats relatifs à la liberté d’expression sur Internet », Félix Tréguer[1] construit un argumentaire éclairant sur nombre de questions qui nous intéressent au sein de ce projet de recherche notamment celle de savoir par quels biais des citoyens revendiquent des pratiques « démocratiques » à partir de différents services web (décentralisés). En effet, beaucoup de discussions relatives à la liberté d’expression sur Internet s’appuient (uniquement) sur « les débats autour du partage non autorisé d’œuvres soumises au droit d’auteur que de nombreux législateurs et juges cherchent à combattre mais qu’une partie de la population revendique comme une pratique démocratique » (voir notamment les travaux de Philippe Aigrain et les initiatives de la P2P Foundation). Depuis 1999 et la naissance de Napster qui leur a donné une visibilité grand public, les technologies peer-to-peer ou réseaux informatiques distribués ont été « considérés presque exclusivement comme des menaces pour l’industrie des contenus numériques. L’usage principal de ces réseaux par le public étant le partage non autorisé de fichiers musicaux ou vidéo, le problème du droit de propriété intellectuelle, du droit d’auteur notamment, s’est imposé en tant que cadrage médiatique et politique prédominant des réseaux P2P et de leurs usages » (Musiani, 2011). En effet, leurs qualités intrinsèques, en dehors du débat relatif aux données qui circulent sur ce type de réseau, ont souvent été ignorées et la question de leurs places face à une pensée de l’informatique centralisée (les «géants » de Francesca Musiani[2]) s’est bien souvent retrouvée mise à l’index…

« Sharing » – Toronto, Ontario – http://tobanblack.net/blog/ – (CC BY-NC 2.0)

Pourtant, exceptée cette problématique de la propriété des données (sécurité, emplacement des datas) et de leurs utilisations par des tiers (privacy), les « vertus » (Elvin-Koren, 2006), les façons de « faire réseau » de ces technologies distribuées sont aujourd’hui en mesure de nous faire repenser la définition même du politique et de sa pratique. Les cadrages médiatiques et politiques des réseaux distribués pourraient peut être même évoluer et on pourrait trouver de nouveaux éléments de réponse au conflit de légitimité démocratique évoqué précédemment.

Pour en revenir à la problématique de ce billet ; au delà de pointer les rapprochements possibles entre les « manifestations de la citoyenneté insurrectionnelle (terme emprunté à James Holston) dans l’espace urbain et les formes de résistances dont Internet est le théâtre », les questions que soulève Tréguer interrogent la constitution même de nos infrastructures communicationnelles et déplacent le débat sur un plan qui nous semble plus intéressant:

Comment ces infrastructures « font politique »[3] ? En d’autres termes, de quelle manière représentent-elles une certaine structure et un fonctionnement (méthodique, théorique et pratique) d’une communauté, d’une société, d’un groupe social ?

Pourquoi passent-elles aujourd’hui pour des technologies disruptives alors que le principe d’architecture distribuée existe depuis longtemps (voir toujours) et supporte des services web bien connus qui ne semblent pas vraiment « disruptifs » ou ne posent pas de problèmes juridiques particuliers (Skype en tête qui repose en partie sur une architecture distribuée)?

Ce type de questions sur les artefacts et leurs aspects politiques n’est, lui non plus, pas nouveau[4]. Ainsi, dès 1989, Madeleine Akrich[5] soulignait l’importance de regarder les choix techniques sous jacents aux architectures des technologies qu’elle observait en Afrique et ailleurs dans le monde (Akrich, 1989). En 1978, après une année d’immersion dans les usines Citroën parisiennes, Robert Linhart[6] évoquait quant à lui le rapport que les hommes entretiennent entre eux par l’intermédiaire des objets : ce que Marx appelait les rapports de production. Il dénonçait dans cette enquête de sociologue embedded la « dictature des objets », la violence du lieu-usine en lui même et des objets techniques qui le constituent (on pourrait remonter ainsi de suite la chaine des auteurs divers et variés qui ont étudié les objets non-humains et leurs rôles d’acteurs au sein de systèmes sociotechniques…). Beaucoup de chercheurs en SHS / STS ont donc « calmé » quelque peu certaines ardeurs techno-optimistes qui voulait attribuer des fonctions particulières à diverses technologies et/ou en masquer d’autres…

Mais aujourd’hui, après avoir vu apparaître en 2011 de nouvelles « arabités numériques » (Gonzalez-Quijano, 2012) et différents mouvements indignados, occupy ou anonymous qui ont été prétextes à de nombreuses analyses autant optimistes que pessimistes à propos de l’avenir des mouvements citoyens et des « citoyennetés insurrectionnelles » abordées précédemment ; il semble encore plus important de porter un regard clair et objectif sur l’architecture même des services web, sur ce qu’ils permettent, ce qu’ils changent et comment leurs usages changent eux mêmes en retour (à l’heure où j’écris ce billet, owni.fr vient de publier un article à propos du rôle de « l’infrastructure internet » lors de la toute récente campagne présidentielle américaine menée par le camp démocrate et qui a vu la victoire de son candidat Barack Obama. L’intérêt pour ce type de question et l’analyse de ces objets vis à vis de la chose politique semble donc croissant…).

Prenant comme point de départ les discours portés sur les origines numériques des soulèvements arabes de 2011 et le rôle qu’auraient pu y jouer des architectures distribuées, notre travail de thèse consiste à comprendre les dynamiques sociopolitiques inhérentes à une technologie particulière, celle des réseaux distribués mobiles (MESH, MANET) qui correspondent à une architecture informatique décentralisée réellement « mobile » et « mouvante ».

En ce sens, le projet Commotion ou Internet in a suitcase révèle à bien des égards un nombre important d’enjeux inhérents à cette étude des réseaux distribués mobiles. Comme le soutiendra très prochainement Benjamin Loveluck (Cf. note 3), Internet peut-être compris comme un « libéralisme informationnel » qui engendre différentes formes d’auto-organisation. Concernant Commotion et pour étudier de près les acteurs de ce projet et l’ensemble de ses ramifications ; on peut déclarer d’ores et déjà que ce dernier se définit comme une boite à outils et non pas comme une « killer application » mobilo-distribuée qui révolutionnerait le monde de l’information et de la communication.

 

Commotion (COMMunity Open Technology Information Online Network selon la définition de Josh King[7]) est avant tout et pour l’ensemble de son équipe de développement une boite à outil qui rassemble différents principes d’utilisation des NTIC, et notamment celui d’auto-organisation et de plateforme commune uniformisée:

« It’s to pull together all these sort of existing mesh networking open source wireless mesh networking technologies and making sure that they’re easy and secure in writing graphical interfaces and documentation and adding in security encryptions. And the end point of the project is a series of sort of software application bundles for different platform » ;

« Envisionned it as a toolkit or Platform for people to be able to build a wide variety of different network ; […] Commotion is also something that provides an opportunity to do education and outreach around this idea of owning your own infrastructure. […] It’s not just a soft, it’s really a set of principles that are about autonomy and ownership your own communication capabilities » ;

« I think that I view the potential of Commotion as really a way to democratize infrastructure but in a different sense from the circumvention sense »

     (INTERVIEWS Technical & Field Team – Commotion Project – Open Technology Initiative – New America Foundation – Washington DC – Août 2012 – François Huguet)

Pourtant, Commotion est presque toujours mis en avant comme une technologie disruptive (surtout dans les discours journalistiques de 2011, année des soulèvements arabes) intervenant en temps de crises, de blocages, de censures, de guerres, de révolutions:

« Internet in a Suitcase is basically a software program aimed at giving people in conflict or disaster zones the ability to establish a secure, independent wireless network over their computers and cell phones. While the system (which, despite its name, involves neither hardware nor a suitcase) is being tested and is usable right now, [Sascha] Meinrath [directeur de l’Open Technology Initiative à la New America Foundation] and his team of developers around the globe are holding off on releasing it to groups like the Syrian rebels until they are confident that it can resist large-scale hacking by governments. »

     (‘Internet in a Suitcase’ ready for field testing, Foreign Policy, John Reed, 5 Novembre 2012 ;

    Concernant les présentations de Commotion par des journalistes, voir également les articles de Yves Eudes dans Le Monde (30 août 2011), « Commotion, le projet d’un Internet hors de tout contrôle », celui de Chloé Woitier dans Le Figaro (1er septembre 2011), « Commotion, l’accès libre et anonyme à Internet » et celui de John Markoff et James Glanz dans The New York Times (12 juin 2011) « U.S. Underwrites Internet Detour Around Censors ».

Partant de ces faits, on pourrait presque supposer que c’est de cette manière que l’Open Technology Initiative a pu faire financer le projet Internet in a suitcase – Commotion : en « surfant » en quelques sortes sur le 21st century statecraft, qui, selon les mots de la journaliste de The American Prospect Nancy Scola « Hoping to spread the American tech gospel to the rest of the world »… Mais ce serait réduire Commotion à un simple projet cyberdiplomatique américain et les choses ne sont pas si simples (voir notamment les billets publiés sur ADAM à propos du contrôle des infrastructures et celui qui mentionne l’intervention de Ben Scott à l’International Summit for Community Wireless Network)… Alors à quoi renvoie cette communauté « imaginée » pour reprendre le terme de Bénédict Anderson (1996), utilisatrice de réseaux distribués mobiles, idéaux types de l’auto-organisation sur Internet ? De quoi ces réseaux distribués sont-ils le nom ? Les États Nations pousseraient-ils au développement de tels outils pour modifier les formes d’application de la démocratie ?

La réponse se trouve peut être dans les vertus de cette citoyenneté insurrectionnelle qu’évoque Félix Tréguer après sa lecture de Holston, dans la nécessité de « renouer avec une approche ethnologique dans la politique de la ville, et se nourrir des contestations citoyennes pour engendrer une dynamique de changement social ». La ville, l’espace urbain, apparaît donc comme une composante essentielle et nécessaire de ce type de réseaux et de cette catégorie de soulèvements[8]. Manuel Castells tenait d’ailleurs des propos similaires en juin 2011[9] à propos de cette urbanité, initiatrice de nouvelles formes de communauté à liens plus ou moins faibles mais hyper-connectées:

« cette fois-ci les réseaux numériques pourvoient des formes flexibles et changeantes d’organisation et de débat, d’appel au secours, de distribution d’idées et d’initiatives, de décision collective distribuée. Les braves gens du mouvement ne sont jamais seuls, sont toujours connectés, et donc, ensemble n’ont pas peur. Leur mot : « Toutes ensemble, nous pouvons ». Pouvoir quoi ? Pour le moment, dans le discours du mou­vement, l’essentiel est de pouvoir être ensemble et, ensemble, découvrir une autre démocratie che­min faisant. »

Des propos proches de ceux que tiennent les instigateurs du projet Commotion, lui-même financé par le département d’État américain… Reste donc à chercher le lieu et le moment où cette réflexion sur les architectures, sur leur nécessaire décentralisation[10] s’articule avec la dimension critique et propositionnelle des « insurgés citoyens », l’instant où l’on comprend, ne serait ce qu’un peu, la matérialité des réseaux que nous formons et dont nous sommes des nœuds. Mais quid des compétences requises de la part de ces citoyens (et d’un appareil étatique[11]) en vue d’une participation active dans le mouvement social de transformation, dans cet « être ensemble » nouveau? Quelles compétences doit avoir un usager grand public dans un tel cadre d’utilisation de plateformes d’ « insurrection citoyenne » (on pourrait prendre comme exemple les « cosmopolitismes » multiples que sont les mouvements indignados, occupy, anonymous) ?

D’ores et déjà, il nous semble que les pistes soulevées par Serge Proulx[12] semblent intéressantes à plus d’un titre et posent des questions nécessaires au franchissement de cette étape que représente le devenir citoyen insurrectionnel « médié » par des réseaux distribués mobiles :

« Il apparaît évident que nous sommes dans une époque où triomphe l’industrie de l’infotainment. Les utilisateurs sont très majoritairement des consommateurs plus ou moins passifs des dispositifs numériques. Il reste que si les TIC doivent être pensées comme moyens pour favoriser l’émancipation sociale et maximiser la puissance d’agir des citoyens – qu’ils soient du Sud ou du Nord – il apparaît nécessaire de penser les potentialités civiques de la communication numérique à l’extérieur du cadre exclusif de la consommation (Proulx et Klein, 2012). Le défi pour la démocratisation technique consiste à chercher une troisième voie… Comment approcher des usagers qui se déclarent « intelligents » et « politiquement engagés » mais qui ne veulent pas nécessairement trop investir dans l’apprentissage technique des machines ? Voilà le défi. » (Proulx, 2012).

Et lorsque l’on défini les réseaux distribués mobiles (communautaires) comme étant quelque chose en mesure d’apprendre sur l’idée d’infrastructure à ses utilisateurs et non plus comme un simple logiciel; quand ce même quelque chose se donne à voir et à entendre comme une série de principes à propos de l’autonomie des réseaux de communication, sur la possibilité de redessiner en « relocalisant » l’information, en la distribuant d’une autre façon et en apprenant aux utilisateurs la façon dont ça « circule » dans ces réseaux ; on s’approche peut être de cette troisième voie…

 


[1] Réflexions et articles à retrouver sur le carnet de recherche de Félix Treguer We the Net, espace de réflexion sur les enjeux démocratiques liés à la protection de la liberté de communication sur Internet. Félix Tréguer est doctorant à l’EHESS Paris.

[2] Francesca MUSIANI (2012), Nains sans géants, architecture décentralisée et services Internet, thèse de doctorat (dir. Cécile Méadel, CSI-ENSMP), Ecole nationale supérieure des mines de Paris.

[3] Sur ce sujet, nous suivons avec attention les travaux de Benjamin Loveluck, qui soutiendra sa thèse de doctorat intitulée La liberté par l’information. Généalogie politique du libéralisme informationnel et des formes de l’auto-organisation sur internet le 4 décembre 2012 à l’EHESS Paris.

[4] Voir notamment Winner, L. (1986), « Do artifacts have politics ? », The whale and the reactor : a search for limits in an age of high technology, University of Chicago Press, Chicago, p. 19-39 ; Cooper, G., Woolgar. S. (1999), « Do artefacts have ambivalence : Mose’s bridges, Winner’s bridges and other urban legends in S&TS », Social Studies of Science, SAGE, Londres, p. 433-449.

[5] Akrich, M. (1989), « La construction d’un système socio-technique. Esquisse pour une anthropologie des techniques », Anthropologie et Sociétés, Volume 13, numéro 2, 1989, p. 31-54 ; voir aussi Akrich, M. (1987), « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et Culture, vol. 9, p. 49-64.

[6] Linhart, R. (1978), L’Etabli, Editions de Minuit, Paris.

[7] Technical leader à l’Open Technology Initiative, « codeur » de Commotion.

[8] Notons néanmoins que les révoltes arabes, notamment en Egypte s’inscrivent dans une long processus de contestation et de revendications démocratiques débuté en 2004 par des grèves massives d’ouvriers du textile dans une (petite) ville du delta du Nil (Mahallah el-Kubra) et par une « révolution médiatique » débutée quant dans les années 1990 (pareil pour la Tunisie ou le combat ouvrier et syndical (dans des petites provinces) avait fait remonter depuis de nombreuses années des aspirations à plus de démocratie et une remise en cause du système Ben Ali). La révolution arabe de 2011 ne s’est pas faite dans un contexte vierge de toute revendications civiques, politique et socio-économique. Pour de plus amples précisions, voir les travaux de Yves Gonzalez-Quijano et de Tourya Guayybess sur la télévision satellitaire et les mutations médiatiques du monde arabe depuis l’arrivée de l’imprimerie.

[9] Castells, M. (2012), « Ni dieu ni maitre: les réseaux », FMSH-WP-2012-02.

[10] Dans l’ensemble de nos entretiens avec les équipes de Commotion (Field team, Policy team, Technical team, août 2012, Washington DC) les personnes interrogées mettent presque tout le temps en avant les aspects « décentralisés » de leur software, la « plus value » que cela apporte à leurs travaux. Pareil concernant les militants des mouvements occupy européens qui utilisèrent et développèrent durant l’année 2011, des réseaux sociaux décentralisés tels que Lorea et Crabgrass voir Gentès, A., Huguet. F, (2012) « Les alternatives aux réseaux sociaux –  l’architecture distribuée et le design de médias » in Stiegler, B. 2012 Réseaux sociaux, culture politique et ingénierie des réseaux sociaux, Paris, FYP.

[11] « Libérer » le spectre radio pourrait être un vecteur d’innovation à ce niveau là comme l’a été la « libéralisation » de la bande FM dans les années 80. Voir notamment la tribune de Félix Treguer et Jean Cattan (2011) à ce sujet : Le spectre de nos libertés

[12] Proulx, S. (2012), La Puissance d’agir des citoyens à l’ère du numérique : cyberactivisme et nouvelles formes d’expression politiques en ligne, in S. Najar, dir., Mouvements sociaux en ligne et cyberactivisme en Méditerranée, Karthala, Paris.

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

De l’intermédiaire vers le contrôle de l’infrastructure globale

Mana Neyestani © – page Facebook: https://www.facebook.com/ManaNeyestani?fref=ts

Dans le billet précédent, Francesca Musiani discutait très justement de la responsabilité des intermédiaires de l’Internet dans le cas de publications de contenus « insultants » ; du moins capables de provoquer des réactions « tangibles » dans la sphère publique (et non « virtuelles » ; elle s’appuyait sur l’exemple des heurts violents en Lybie et en Égypte suite à la publication du teaser d’un supposé film intitulé Innocence of Muslims sur la plateforme vidéo YouTube appartenant à Google[1]).

Certes la position de ces intermédiaires est plus que délicate dans le cadre « d’affaires » comme celle-ci[2] ; Cécile Méadel insistait d’ailleurs (dans les commentaires du billet) sur le fait que ces mêmes géants du web, Google, Facebook, Twitter, etc. reconnaissent la possibilité qu’ils ont de bloquer des contenus (stratégies Notice and Take down et Follow the money mis en place pour lutter, par exemple, contre la “contrefaçon” des contenus dont la propriété intellectuelle est protégée ou contre des données pédopornographiques). Face à ces évènements, se pose donc à nouveau la question de savoir qui est « légitime » pour retirer ou laisser en ligne des contenus offusquants car à l’heure actuelle, seuls ces géants du web semblent dotés d’un pouvoir de retrait, pour le meilleur et pour le pire mais à chaque fois au détriment de leurs utilisateurs et des internautes. Alors que révèlent de plus les « dessous » de cette affaire (ou plutôt les « tuyaux » par lesquels elle a été médiatisée)?

            Pour qui s’intéresse aux questions culturelles et politiques du monde arabe contemporain, Yves Gonzalez-Quijano propose, sur son édifiant carnet de recherche, une lecture tout à fait particulière de cette affaire à la fois linguistique et socio-politique.

 […] un des aspects les plus étonnants de cette nouvelle crise entre le « monde musulman » et « l’Occident » tient sans nul doute à cette étonnante alliance entre la bêtise des hommes (ceux qui sèment la haine de l’islam) et les armes dites « intelligentes » (lire Of stupid men and smart machines sur le site Jadaliyya.

Entre autres conséquences, cette nouvelle « affaire » va également contribuer à faire évoluer l’image publique des réseaux sociaux et de leur utilisation. Là aussi, le temps de l’innocence a pris fin et on note […] un sentiment de plus en plus plus mitigé vis-à-vis des réseaux sociaux et plus largement des technologies numériques, capables, on l’observe de plus en plus, du pire comme du meilleur.

En plus d’illustrer les nécessaires opérations de traduction (au sens large) à effectuer dans le cadre de cette crise, Yves Gonzalez-Quijano avance dans cet article plusieurs éléments qui nous amènent à nous interroger sur la « possession » des infrastructures de télécommunication. Effectivement, quelques jours après cette affaire, l’Iran décidait de verrouiller Internet prétextant le « mal » que provoquent les géants-américains de l’Internet (mettant en exergue la diffusion (sur YouTube donc Google, donc Gmail…) du film scandale mentionné précédemment. Prétexte plutôt absurde en Iran, pays majoritairement chiite et n’ayant pas le même rapport aux représentations du prophète que l’iconoclasme sunnite[3]). Depuis lors, l’Iran serait soit disant déconnecté du réseau mondial et désormais, en tant qu’Etat, à la tête d’une sorte d’Intranet géant (et « hallal », soit « licite » en opposition à l’Internet mondial jugé corrompu (Google et Gmail en ligne de mire) par les autorités iraniennes (voir à ce sujet l’article de Pierre Alonso sur le verrouillage de l’Internet en Iran. Quelques jours avant les déclarations du ministre iranien délégué aux Communications et aux technologies de l’information, Reza Taghipour, la liste de discussion de TOR, The Onion Router (plus d’informations ici) commençait à se préoccuper de cette possibilité et débattait des solutions techniques à opposer à ce blocage qui a surtout comme explication la volonté iranienne de se couper du réseau mondial, non pas pour hallaliser quoi que ce soit mais plutôt pour se prévenir d’attaques du type Stuxnet Olympic Games, programme de piratage informatique développé et lancé en 2011 par les américains et les israéliens afin de compromettre le programme nucléaire iranien (voir l’article d’Olivier Tesquet à ce sujet). Loin d’un soit disant « choc des civilisations » prédit par Huntington, des mythes de « guerres culturelles » ou religieuses, de protéger des utilisateurs des « dangers » que représentent les réseaux sociaux, l’enjeu est surtout ici industriel et terriblement « technologique ». L’objectif : contrôler les « tuyaux de l’information » et tout ce qu’on fait circuler à l’intérieur (encore une fois, on se préoccupe très peu des utilisateurs).

On en revient donc encore une fois à Francesca Musiani et à ce qu’elle déclarait à propos des infrastructures et de l’importance de leur études en SHS (article Caring about the plumbing: On the importance of architectures in social studies of (peer-to-peer) technology:

ARCHITECTURES MATTER!

En regardant cette « affaire » Innocence of muslims et la décision iranienne de se couper du réseau mondial avec un autre angle d’analyse et nos lunettes d’infrastructures studies ; on se rend compte qu’il s’agit peut être ici de contrôler des architectures « physiques » (les câbles, les fils, la fibre optique, les tranchés, etc.) et que ce faisant, des intermédiaires publics pourront bloquer (un peu) les modes de circulation de toutes ces données sur le web qui échappent, la plupart du temps, à n’importe quel type de contrôle (D’ailleurs, un tribunal portugais a jugé récemment les échanges peer to peer légaux).

Mais quel(s) câble(s) vont-ils et pensent-ils couper en se référant à cette carte ? Comment pensent ils contrôler les autres types de connexions pouvant être établies via radio-transmission transfrontalière, ou satellitaire? Pourquoi le faire maintenant ? Apparemment, le type de surveillance qu’ils veulent appliquer est assez simple et la liste de diffusion de TOR planche sur des solutions à opposer à ce blocage (ce qui semble compliqué d’après les rapports de tentatives des codeurs-développeurs militants bénévoles du routage en oignon). Ce dernier est basé sur une sorte de barrière entre espaces ‘public’ (visible par tous), et privé (visible localement seulement) selon certaines « familles d’adresses ». Les conventions de ces espaces sont spécifiées dans RFC 1918 (RFC : Request For Comments). Selon Tawfik Nassar, consultant en informatique,

Toute adresse IP (Internet Protocol) 10.X.X.X est une adresse privée. Les adresses 192.168.X.X aussi… C’est-à-dire qu’on peut avoir des millions de machines dans le monde ayant le même numéro (ex : 10.1.1.1) sans que cela provoque une confusion même lorsqu’elles sont connectées au réseau Internet (pourvu que le numéro de chacune soit unique dans son propre réseau local).

En réalité, chacune de ces machines est obligatoirement connectée au web à travers une machine qui, elle, a un numéro ‘public’ – donc unique sur le web (un « nœud central »). C’est à partir de cette machine qu’on pourrait filtrer / router les infos du web vers les machines de son ‘réseau local’ (ayant des numéros privés). Personne non plus de l’extérieur ne pourrait avoir accès aux machines internes… À moins que la machine de routage fasse les traductions d’adresses (public/privé) nécessaires à ces communications. C’est presque le cas lorsqu’on est à St Nom la Bretèche (Yvelines) avec un routeur WiFi (lui-même connecté à une machine Orange quelque part à Rambouillet)… Sauf que ces machines sont toutes sympas et laissent tout passer… Enfin… Pour le moment…

Une telle opération s’est produite en janvier 2011 en Égypte : les robinets de l’information furent tout simplement « coupés » lorsque le régime Moubarak s’aperçut qu’il n’était plus en mesure de contrôler la vitesse de circulation de l’information sur le web. Très rapidement, l’affaire fit grand bruit et Google, via l’intermédiaire d’un de leurs employés, Wael Ghoneim, créa des solutions pour continuer de pouvoir utiliser le web via des canaux détournés tels que le système GSM (le speak to tweet développé avec Twitter) ou les bon vieux modems téléphoniques (en passant par les numéros de téléphones de FAI étrangers). Mubarak avait dû rouvrir les vannes pour garder la face quelques jours de plus… On connaît tous l’écho que les réseaux sociaux lors du printemps arabe. Alors que faire face au retour de bâton des plomberies de la communication et à la peur qu’un plombier fou vienne tout couper sous prétexte que c’est « bon » pour les utilisateurs?

Étant ces jours-ci à Barcelone pour l’International Summit for Community Wireless Networks, je me rends compte que c’est, entre autres, ce genre de questions et de problématiques qui ont amené au financements de projets de réseaux communautaires sans fils de grandes envergures (de type Commotion ou CONFINE, c’est toujours le cas après l’intervention de Fabrizio Sestini – Programme manager at the European Commission DG INFSO, currently in charge of the multidisciplinary initiatives on « Collective Awareness platforms for Sustainability and Social Innovation » and « Internet Science). Ce type d’initiative est plutôt simple à résumer : au delà de créer un software performant capable de gérer la compatibilité et la communication entre divers types de devices, ces projets se veulent pédagogiques et se définissent comme des toolkits capables d’amener les utilisateurs à créer leurs propres réseaux communautaires, à les entretenir et à les étendre. Ils se veulent outils de développement civique, social, technique, politique et culturel (l’exemple de Détroit utilisant Commotion et de la Detroit Digital Justice Coalition est probant) et « esquisses » de l’internet du futur (plus localisé, plus « pris en charge » par ses utilisateurs, plus responsabilisé). Mais de quoi sont ils le nom précisément ?

C’est au croisement de ces problématiques que s’articule notre travail de recherche. Nous y reviendrons dans un autre billet prochainement (Compte rendu de l’International Summit for Community Wireless Network Barcelona) et tout au long du projet ADAM pour essayer de définir le nom de ce type de réseaux décentralisés, sans fils et mobiles.


[1] Notons dès à présent que ce film, en fait la bande annonce d’un long métrage qui ne verra certainement jamais le jour, fût tournée en 2011 et que les conditions de sa production puis de sa publication ultra médiatisée sont plus que douteuses. Voir notamment l’article de Gawker à ce sujet celui d’Arte Journal du Globe et du Point.

[2] Et comme le rappelle Yves Gonzalez-Quijano (cpa.hypothèses.org), “Inutile de revenir sur les détails d’un « scénario », celui de la fabrication de cette crise, laquelle n’a de toute manière pas encore livré tous ses secrets”.

[3] Citons ici également, un autre article publié en octobre 2011 par Yves Gonzalez-Quijano sur cpa.hypotheses.org (à lire ici http://cpa.hypotheses.org/3015) qui relativise l’actualité de l’iconoclasme sunnite: “Lors d’un débat consacré par la chaîne saoudienne (très halal) Al-Arabiya, deux juristes importants, Saleh Al-Luhaydân (صالح بن محمد اللحيدان) et Hatem Al-Sharif (حاتم الشريف) ont ainsi publiquement relativisé le tabou d’une représentation des figures majeures de l’islam, tels que les prophètes ou ceux qu’on appelle les « Compagnons » (Sahaba). Ils sont même allés jusqu’à reconnaître qu’elle n’était pas forcément illicite…”


François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Des réseaux sociaux plus protecteurs de la vie privée…

Du site de la CNIL:

Les réseaux sociaux peuvent être de formidables outils de communication à disposition des internautes. Toutefois, ils présentent également des risques d’atteinte à la vie privée si les données publiées ne sont pas maîtrisées ou si leurs éditeurs ne mettent pas en œuvre toutes les mesures nécessaires pour protéger les données de leurs membres.   Plusieurs réseaux sociaux ont mis en place des dispositifs plus protecteurs de la vie privée de leurs membres. La CNIL invite l’ensemble des acteurs à s’inspirer de ces bonnes pratiques et propose de les accompagner vers une meilleure conformité.

Le fonctionnement de la majorité des réseaux sociaux repose sur la mise à disposition d’un service gratuit en contrepartie d’une collecte d’informations pour une utilisation commerciale (analyse des profils et de la navigation sur internet pour délivrer de la publicité ciblée, transmissions de données à des tiers, …). Or, il est difficile de déterminer le devenir de ces informations une fois qu’elles sont sur le réseau.

C’est pourquoi le G29 (groupe des CNIL européennes) a précisé les règles applicables aux réseaux sociaux dans un avis du 12 juin 2009. Les CNIL européennes leur demandent notamment de :

  • définir des paramètres par défaut limitant la diffusion des données des internautes
  • mettre en place des mesures pour protéger les mineurs
  • supprimer les comptes qui sont restés inactifs pendant une longue période
  • permettre aux personnes, même si elles ne sont pas membres des réseaux sociaux, de bénéficier d’un droit de suppression des données qui les concernent
  • proposer aux internautes d’utiliser un pseudonyme, plutôt que leur identité réelle
  • mettre en place un outil accessible aux membres et aux non membres, sur la page d’accueil des réseaux sociaux, permettant de déposer des plaintes relatives à la vie privée.

L’ensemble de ces règles n’est malheureusement pas toujours respecté. Aussi, la CNIL tient à souligner la démarche entreprise par certains réseaux sociaux tel que le réseau social Famicity qui s’est engagé à suivre l’ensemble des règles protectrices de la vie privée émises par le G29. La CNIL a accompagné cette mise en conformité de Famicity.

L’initiative du réseau social Diaspora peut également être soulignée. Il s’agit d’un réseau social libre où le contrôle des données personnelles par les utilisateurs est a priori garanti par plusieurs techniques.

D’autres sites proposent également des mesures protectrices, en particulier des mineurs, il s’agit par exemple de Mondokiddo, de le Mini réseau, de l’Univers de Wilby ou de Yoocasa.

La CNIL participe ainsi à la mise en conformité des gestionnaires de réseaux sociaux, et invite à la diffusion de ces bonnes pratiques, à destination notamment des mineurs..

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech
Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Les alternatives aux réseaux sociaux : l’architecture distribuée et le design de média

Critique du livre Les Réseaux sociaux – Culture politique et ingénierie des réseaux sociaux et de l’article Les alternatives aux réseaux sociaux : l’architecture distribuée et le design de média – Annie Gentès, François Huguet – Collection du Nouveau Monde industriel sous la direction de Bernard Stiegler (éditions Fyp, Paris, 2012) sur Nonfiction.fr

 

Des réseaux pas si sociaux, un ouvrage collectif qui remet en question nombre d’idées reçues sur notre façon de vivre le « Web social » par Maxime Vaudano, étudiant à l’école supérieure de journalisme de Lille. Retrouvez la critique ici.

Les alternatives aux réseaux sociaux – l’architecture distribuée et le design de média-Gentes, HuguetCulture politique et ingénierie des réseaux sociaux (direction Bernard STIEGLER) Annie GENTES & François HUGUET

 

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Facebook & Pipe – nouvelle génération du peer to peer?

« Couverture » ou « application-portail d’entrée »? Facebook deviendrait il un support nouvelle génération du Peer to peer?

Après une entrée en bourse dont beaucoup de personnes parlent encore aujourd’hui, le réseau social #1 se voit devenir  une forme de support d’une application d’échanges de fichier « décentralisée » intitulée Pipe (en référence aux tuyaux du jeu vidéo Mario Bros, où le plombier italien déambulait en 2D au sein de tuyaux verts). « Décentralisée » semble un terme un peu exagéré du fait que les connexions entre utilisateurs de pipe se font via Facebook, donc via le répertoire de ce réseau social qui n’est pas du tout décentralisé… Nous attendons donc plus de précisions à propos du fonctionnement et de l’architecture de cette application.

Ce service est toute récent (encore en test- version béta fermée) mais on peut en avoir un léger aperçu au travers de cette vidéo:

et celle-ci:

Voir également cet article de softonic.

Peu d’information sdonc si ce n’est celles qui figurent sur son site web et qui nous semblent fort intéressantes:

What is Pipe?

The Pipe application provides a really simple and intuitive UI, literally a pipe coming out of the computer screen into which the user just drags and drops a file. On the other side, the file emerges out of the friend’s Pipe, magically. In this way, Pipe creates a direct, real-time connection between two devices with no intermediary server. Pipe starts as an application on Facebook, and is then migrating to mobile devices and tablets (verrons nous donc apparaitre une version « mobile » qui permettrait de faire de l’échange de fichiers de façon directe?).

 

Why Pipe?

As surprising as it sounds, there’s currently no easy and effective way to transfer a file to a friend via Facebook. Pipe has taken a common feature of communication – attaching a file – and turned it into something simple and fun to use. What could be easier than dropping a file into the Pipe and have it appear at the other end, via the Pipe? Privacy is guaranteed as it’s a direct connection from one device to the other, between friends.

 

Key Facts

  • Pipe is an application on the Facebook platform
  • Send and receive files with any online friend
  • Live connection to send files back & forth
  • Support for any file format, up to 1GB*
  • Only the sender needs to be on Pipe
  • Invite a friend to Pipe with a simple file transfer
  • Direct connection with no intermediary server

* The limit is based on the available memory in your browser cache.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Freedom Box, la brique d’une architecture de liberté?

La sixième conférence re:publica se conclut aujourd’hui à Berlin, et les réseaux sociaux alternatifs et décentralisés sont à l’honneur. Ils l’ont notamment été dans l’appel qu’Eben Moglen, professeur de droit et d’histoire à l’Université de Columbia, a lancé hier : c’est le moment, a-t-il dit, de ne pas reculer face aux problématiques les plus pressantes des réseaux sociaux sur l’Internet d’aujourd’hui: la surveillance, les atteintes à la liberté de pensée, et les limitations de la vie privée des individus.

Selon M. Moglen, les réseaux sociaux comme Facebook, les moteurs de recherche comme Google, ou les centres commerciaux en ligne comme Amazon seraient en train de « consommer » les utilisateurs. Les gouvernements de toutes tailles sont désireux de réutiliser le profilage et les prédictions effectuées par ces services afin de cibler certaines activités, et sont en train d’adopter des lois qui leur permettraient de stocker ces données indéfiniment. En particulier, nos appareils mobiles sont toujours en modalité « confession 24/7 ».

« La Stasi aurait bien peu à faire cette fois, M. Zuckerberg fait le travail à sa place, » a souligné M. Moglen, en ajoutant que Facebook est un important magasin de données contenant les pensées et les comportements d’un milliard de personnes, ou des moyens directs de les reconstruire. Le discours de M. Moglen n’a pas non plus épargné Steve Jobs, le « guru » d’Apple récemment décédé, qualifié de « monstre moral » qui avait une profonde aversion pour le partage en toutes ses formes.

Eben Moglen a déclaré qu’il y a un besoin de plus en plus urgent de médias non surveillés, de logiciels libres, et de réseaux non contrôlés par les opérateurs de réseau. Sans ces possibilités, la liberté de pensée sera définitivement perdue, a-t-il dit. L’appel du professeur américain a été particulièrement bien reçu à re:publica, qui se construit année après année comme la plus importante conférence sur l’Internet « alternatif » en Europe.

La conférence re:publica est le dernier endroit où M. Moglen a présenté son projet actuel, Freedom Box – le prototype d’un système de désintermédiation des communications via l’Internet, qui devrait permettre aux utilisateurs d’entrer en contact directement. La Freedom Box Foundation compte présenter bientôt la version bêta et, à la fin de 2012, commercialiser le produit – une petite boîte métallique ressemblant à un vieux modem, qui communique d’un côté avec la prise téléphonique et de l’autre avec l’ordinateur.

La philosophie qui sous-tend le projet Freedom Box est assez simple : Facebook a recueilli l’énergie de nos désirs sociaux et nous a convaincu d’accepter un compromis excessif, en créant une structure qui donne un accès gratuit au Web et à ses contacts humains en échange d’un « espionnage » gratuit et continu. Ce qui ne veut pas dire que Facebook devrait être illégal, mais que ceux qui savent créer et développer doivent « remédier par la technique » à la situation. Selon M. Moglen, nous sommes en mesure de le faire et Facebook sera bientôt obsolète. « Il n’y a aucune raison pourquoi l’architecture d’un réseau social devrait inclure une telle invasion de la vie privée. En fait, le matériel et les logiciels nécessaires pour construire un réseau dans lequel les gens conservent le contrôle direct de ses informations, sans intermédiaires, existe déjà. Il faut juste construire un meilleur système. »

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech
Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Serval, (enfin!) une « architecture distribuée mobile »

Un projet de service-application mobile complètement distribué voit le jour (enfin!).

Nous reviendrons très prochainement et plus en détail sur ce type de services mais en attendant, voici une petite revue de presse (en français) à propos de Serval projet initié par le chercheur australien Paul Gardner-Stephen et des étudiants de l’INSA Lyon.

 

 

 

 

SITE OFFICIEL: http://www.servalproject.org

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Vidéos de la conférence Unlike Us 2 – 8 et 10 mars 2012, Amsterdam, TrouwAmsterdam

 

L’institute of Network Cultures organisait les 8 et 10 mars 2012, un colloque international sur  les alternatives aux réseaux sociaux.

La « chaine TV » des différentes interventions du colloque est à retrouver sur la chaine d’Unlike Us:

 

http://vimeo.com/album/1774005

 



Unlike Us – Understanding Social Media Monopolies and their Alternatives from network cultures on Vimeo.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Qu’est ce qu’un réseau social distribué?

 

Une Bande Dessinée qui présente les caractéristiques d’un réseau social distribué:

What’s a Distributed Social Network?
par Sterling Gee, Bruce Mercado et David Eisenberg.

Versions:

 

Creative Commons License

This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License

 

 

D’autres travaux de représentations sont disponibles ici

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Quitter Facebook et rester connectés : l’aube des réseaux sociaux décentralisés

Cet article est également paru sur Silicon Maniacs. Merci à Mael Inizan pour son assistance. Image originale par Rishibando.

Lors de la conférence de développeurs Facebook (f8) du 22 septembre dernier, le PDG de la firme, Mark Zuckerberg, présente la nouvelle version du populaire réseau social : il déclare que les nouvelles fonctionnalités de Facebook permettront dorénavant un partage « sans frictions » (frictionless sharing). Cette annonce est suivie par le dévoilement d’un reformatage radical des profils des utilisateurs, ainsi que d’un historique (timeline) qui liste en ordre chronologique toutes les informations que les utilisateurs ont partagées dans le passé au moyen du site. Zuckerberg note également que les applications tierces ayant accès au service pourraient dans le futur (avec l’accord des utilisateurs) partager automatiquement toute action entreprise par l’usager, que ce soit l’écoute d’une chanson ou le visionnage d’une vidéo.

Blogueurs et commentateurs des technologies sociales notent promptement les « inévitables frictions du frictionless sharing », et remarquent comment la conception de partage « excessivement facile » préconisée par le nouveau Facebook ne tient pas compte des motivations qui amènent les individus à sélectionner les informations qu’ils veulent – ou ne veulent pas – partager. Le nouveau Facebook soulève également des questions de protection et de confidentialité des données personnelles de l’utilisateur, ainsi que du contrôle exercé par celui-ci sur les opérations de partage et d’échange au moyen des outils sociaux. Comme plusieurs fois dans le passé, la question se pose : comment les utilisateurs pourraient-ils quitter Facebook et rester connectés ? Récemment, plusieurs projets de recherche et applications commerciales ont tenté de répondre à cette question en offrant des solutions alternatives, permettant de contourner au moins certains des risques posés par l’inconstante politique de confidentialité du « géant » Facebook.

Qu’est-ce qu’un réseau social décentralisé ?

Ce qui est souvent reproché aux services tels que Facebook, Google+ ou YouTube est la façon dont leurs conditions d’utilisation leur permettent de devenir indéfiniment propriétaires de tout ce qui est écrit ou téléchargé par les usagers sur et au moyen du service. Et ceci, sans s’exprimer clairement sur la manière dont ces données sont exploitées – donnant souvent à des applications externes la permission d’y accéder, et suivant parfois une stratégie commerciale « interne ».

Le contrôle de ces services sur les données personnelles des utilisateurs est facilité par le modèle technique sur lequel ils se basent, de type dit client/serveur. Avec des services tels que Google+ ou Facebook, chaque fois qu’un usager exécute une recherche ou met un album photo en ligne pour le montrer à ses amis, ces données sont envoyées aux serveurs de la firme, et téléchargées avant de rejoindre leur destinataire prévu, contribuant à façonner un Internet « concentré » autour de puissants centres de données appartenant aux fournisseurs de services.

En revanche, le principe à la base des réseaux sociaux décentralisés (ou acentrés) est de laisser l’utilisateur du service maître de ses données, en lui donnant la possibilité d’héberger lui-même, sur son propre ordinateur, son profil, la liste de ses amis, les contenus numériques qu’il désire partager (textes, photos, vidéos). Soit les données ne quittent jamais la machine de l’utilisateur, soit elles le font en mode crypté, lors d’échanges directs, d’ordinateur à ordinateur, avec d’autres utilisateurs autorisés. Le modèle technique sous-jacent à ces applications répond à une logique de pair-à-pair (peer-to-peer, P2P) ; en éliminant les intermédiaires dans les activités de partage et de réseautage en ligne, des liens directs sont établis entre les utilisateurs, en reflétant au niveau de l’architecture technique le principe d’échange direct qui, dans un réseau social, motive les utilisateurs à partager.

Les débuts décentralisés d’internet

La mobilisation d’un modèle de réseau décentralisé – qui élimine la dualité entre le fournisseur de service et l’utilisateur, typique du modèle serveur/client, en la remplaçant par une situation où chaque client est aussi un serveur – loin d’être une nouveauté absolue, peut être considérée comme un retour aux origines de l’Internet. Depuis les débuts du « réseau des réseaux », en effet, le principe de décentralisation a été à la base des transmissions et communications qui y circulent. Pourtant, l’introduction du Web en 1990 a progressivement conduit à une large diffusion des modèles basés sur une architecture client-serveur ; les services Internet les plus répandus et les plus diffusés (réseaux sociaux, outils de messagerie instantanés, services de stockage de données numériques…) sont conçus à partir de modèles économiques et techniques dans lesquels l’utilisateur final demande une information, une donnée ou un service à de puissants centres de serveurs, qui stockent l’information et gèrent le trafic sur le réseau. Ainsi, même si sur internet le trafic fonctionne sur le principe de la distribution généralisée, il est aujourd’hui concentré autour de serveurs qui délivrent l’accès au contenu. Cependant, la décentralisation – la conception du réseau de manière à ce que les communications et les échanges aient lieu entre des nœuds jouant un rôle symétrique dans le système – demeure une des alternatives possibles, et peut-être celle qui est le plus à même d’assurer la durabilité du réseau internet.

Diaspora* et ses frères

Si la décentralisation des réseaux sociaux a pour la première fois trouvé un écho dans les médias avec l’histoire de Diaspora* – réseau où des ordinateurs totalement indépendants dits « graines » sont amenés à se connecter directement entre eux tout en abritant leur propre profil – nombre de projets relèvent actuellement le défi de créer le réseau social décentralisé qui puisse s’ériger à compétiteur crédible et fiable de Facebook. NoseRub est un protocole de réseau social décentralisé permettant aux utilisateurs du réseau de garder les informations de leur profil sur leurs propres terminaux, et à leurs terminaux d’interagir et de se synchroniser automatiquement. Le projet Appleseed, parti de la volonté de considérer l’utilisateur comme un «citoyen du net plutôt qu’un consommateur à cibler», est de nouveau sur les rails après des difficultés financières, et vise à construire un modèle de réseau distribué sur lequel le profil d’un site Appleseed soit capable de se lier avec un profil sur un autre site Appleseed, permettant une interaction directe entre les deux. En France, le projet Turbulences propose une solution technologique open-source, utilisable par une variété d’acteurs institutionnels et du secteur privé afin d’assembler et de lancer leur service de réseau social, intégré aux services en ligne existants au travers de protocoles et de standards libres.

Une véritable alternative?

L’« alternative » proposée par ces projets de réseaux sociaux décentralisés prendra-t-elle suffisamment pied pour constituer un véritable défi pour le « géant » Facebook, le forçant à reconsidérer ses politiques de confidentialité souvent controversées et sa conception un peu inquiétante de « partage sans friction » ? Le point d’interrogation principal concerne sans doute la réceptivité des utilisateurs à la possibilité de migrer non seulement vers une autre plate-forme, mais aussi vers une application dont la prise en main et les bénéfices d’utilisation sont peut-être moins immédiats, comportant la gestion en autonomie de son propre « petit serveur ». Les critiques dont Facebook fait l’objet rendent pourtant la question légitime et intéressante, bien que sa réponse ne soit pas encore claire: après tout, en travaillant à faire coïncider les liens sociaux avec les liens de réseau, les différents projets qui expérimentent avec la décentralisation appliquée aux réseaux sociaux représentent peut-être la première réelle tentative d’optimisation, à la fois sociale et technique, des outils de réseautage social.

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech
Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Le Peer to peer (hybride) au cinéma

Après The Social Network, film fiction sur l’origine du plus célèbre des réseaux sociaux, Napster va faire à son tour l’objet d’un film (documentaire cette fois ci).

A l’origine, Napster était un service peer-to-peer destiné uniquement à l’échange de fichiers musicaux (créé par Shawn Fanning, alors qu’il était encore à la Northeastern University de Boston, et Sean Parker interprété par Justin Timberlake dans The Social Network). Le service original Napster a fonctionné entre juin 1999 et juillet 2001. Sa technologie a permis aux gens d’échanger facilement des chansons au format MP3,ce qui a conduit l’industrie musicale à porter des accusations de violation massive du droit d’auteur. Bien que le programme ait été fermé par décision judiciaire, il a ouvert la voie à de nombreux programmes P2P décentralisés,qui se sont révélés plus difficiles à contrôler (Kazaa, Gnutella, les divers Torrent, etc.).

Notons néanmoins que le service Napster possède une architecture  distribuée un peu différente où les éléments du réseau annoncent les fichiers dont ils disposent à un serveur central, qu’ils contactent pour obtenir les coordonnées (adresse IP et n° de port) d’un élément possédant les fichiers recherchés. Le serveur a donc un rôle de facilitation des échanges entre les pairs, mais ces derniers n' »assument » pas totalement et de façon autonome leur double rôle de clients et de serveurs.

Plus d’informations sur le documentaire à venir ici.

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Dramaturgie du distribué : Facebook Open Graph

La conférence :

Le 21 avril 2010, à la conférence organisée par Facebook, F8 Conference, à San Francisco, Mark Zuckerberg et Bret Taylor, qui est le directeur produit de Facebook (et ancien CEO de Friendfeed, agrégateur de réseaux sociaux) présentaient leur nouvelle API : Open Graph. Les propriétés techniques sont intéressantes mais surtout l’expression symbolique de ces propriétés technique : la représentation du réseau est fondée sur une vue à plat de noeuds tous connectés sans distinction, ni hiérarchie. Facebook use de la dramaturgie du distribué. https://www.facebook.com/f8

Le nom : « open graph » :

On peut lire l’article sur la théorie des graphes en français dans wikipedia, mais celui en anglais est plus simple pour les non-mathématiciens : http://en.wikipedia.org/wiki/Graph_theory.

Bien sûr le titre fait appel à la culture à la fois des mathématiciens mais aussi est sans doute surtout dans ce contexte, celle des programmeurs et spécialistes des réseaux. La théorie des graphes est en effet indispensable à la représentation des réseaux de communication et à l’organisation des données. En associant « open » avec « graph » FaceBook donne à penser que l’on peut connecter tout avec tout et que le protocole est suffisamment robuste pour être extensible ad infinitum.

Variation sur un thème : comment représenter une « sphère infinie, dont le centre est partout et la circonférence nulle part«   ? (Blaise Pascal, Les Pensées, 1669)

L’idée de l’infini introduite par l' »open » est sans doute peu représentable. Les responsables de la communication de FaceBook ont imaginé de re-figurer le réseau en jouant sur les couleurs des noeuds et des liens : figure du couple, figure des Etats-Unis, figure du dialogue (assez ambivalente : qui mange qui ?)