Janet Abbate, ou Internet et STS

18 mai 2012
Par
Janet Abbate, 2012, « L’histoire de l’internet au prisme des STS », Le Temps des médias, 18.

Dans cet article dont le titre est beaucoup plus large que son objet, Janet Abbate montre en premier lieu que la culture et plus spécifiquement les œuvres de fiction interagissent avec le développement du numérique en général et de l’internet en particulier. Ainsi, explique-t-elle, en s’appuyant sur l’exemple de films ou de romans, que la fiction « décrit un avenir technologique possible, mais aussi le rend culturellement signifiant » et qu’elle donne des mots, comme avatar (de Neal Stephenson) ou cyberspace (de Gibson), pour penser les futurs développements. Le deuxième point abordé par l’article porte sur la disparition progressive de la frontière entre utilisateurs et applications numériques.

Dans ces deux thèmes, qui pourraient sembler non directement connectés, c’est en fait la notion d’agency (traduit ici par agentivité) qui est interrogée. Janet Abbate situe la « puissance d’agir » (une traduction de l’agency qui me paraît meilleure et plus conforme aux approches de la sociologie des sciences et des techniques de l’auteur – voir la discussion dans Proulx, 2009) à la fois dans les artefacts et dans les humains, dans les objets et dans les narrations qui leur sont consacrées, dans les applications elles-mêmes comme dans leur conception. On pourrait certes discuter du caractère entièrement inédit de l’agency des supports culturels et ne pas suivre Janet Abbate lorsqu’elle en prive les médias anciens, du livre au téléphone. Mais c’est plutôt le périmètre de cette « puissance d’agir » qu’il semble intéressant ici de discuter.

L’article interroge les limites de l’approche de Langdon Winner (1986), aujourd’hui qu’est largement admise son idée selon laquelle les technologies ont des qualités politiques et que nous avons fait un pas de plus pour admettre que les technologies font de la politique (Barthe, 2009). Aucun déterminisme technologique derrière cette proposition : la puissance d’agir n’appartient pas plus aux seules machines qu’elle n’est exclusive de l’intervention des acteurs. Elle est bien, selon la sociologie de la traduction mobilisée dans l’article sous le nom de STS (Akrich et al., 2006), le fruit de leurs interactions et de leurs confrontations permanentes. Parler d’une délégation aux machines semble arrêter le processus à la conception des technologies, comme si une fois la délégation opérée, la répartition des forces et des pouvoirs était définitivement fixée. Ainsi, Janet Abbate prend l’exemple des logiciels de filtrage étudié par Eli Pariser qui modifierait radicalement le web disponible et personnalisé auquel chaque internaute accède, pour ne donner à voir qu’un monde « fragmenté et apolitique, centré sur le divertissement et la consommation ». L’agency de ces logiciels résulte des choix de leurs concepteurs et du fonctionnement technique des machines, résultat d’interactions autour des réponses apportées à des questions comme « fixe-t-on des niveaux de filtrage selon les âges ? » ou « doit-on bloquer automatiquement les sites signalés comme étant de contrefaçons ? ». Mais cette puissance d’agir ne s’arrête pas là, elle s’actualise aussi dans les actes des utilisateurs, leur capacité à jouer du filtrage, à l’adapter à leurs propres choix, à le cantonner à certains usages (ou usagers), à faire des erreurs ou à échapper au dispositif, etc. Bien sûr, une partie des choix ou des options qui vont définir le degré de filtrage de « son » internet échapperont à l’utilisateur, soit qu’il s’en moque, soit, plus probablement, qu’il n’ait qu’une connaissance limitée voire nulle des options qu’il a « mécaniquement » validées.

Pourtant pas de « bureaucratie automatique » de la technique là derrière ; si la machine est (souvent) imprévisible et inexplicable, c’est plutôt faute d’avoir dénoué (ou d’avoir pu dénouer) l’écheveau étroitement entremêlé des agences multiples impliquées, ici dans le logiciel de filtrage : lois américaines « mondialisées » de fait, localisation des préférences des navigateurs, comportements dominants des internautes et participations au filtrage… mais peut-être aussi (au risque de barbarismes techniques) détermination des ontologies pertinentes, capacité de la bande passante ou des fermes de serveur des moteurs de recherche, etc. Ainsi, pour reprendre les termes de Janet Abbate, l’internet se construit bien dans un « ballet entre programmateurs, logiciels et utilisateurs » mais si la sociologie de la traduction peut aider à le penser, c’est en clarifiant justement ce « ballet », cet écheveau, en montrant les hypothèses qui ont été successivement faites dans la conception des dispositifs techniques et non en leur prêtant une « autonomie » quelconque.

L’analyse des architectures distribuée gagnerait à prendre en compte les deux aspects étudiés. Pour le premier aspect, les visions normatives autour de ces architectures n’ont cessé de se multiplier, dans leur face noire (l’omni-contrôle, le pillage des ressources intellectuelles…) comme dans leur face lumineuse (le forum athénien étendu à tous, la résistance à l’oppression, le partage généralisé et convivial…) ; on peut parier que la fiction ou les œuvres d’imagination viennent et viendront nourrir les concepteurs des systèmes distribués et qu’ils les nourrissent  et les nourriront en retour, mais aussi que, plus largement, les récits, fictionnels ou non, sur le pair-à-pair interviennent dans l’affrontement actuel entre deux conceptions du pair-à-pair : le P2P comme horizon culturel et démocratique / le P2P comme piratage désastreux des ressources culturelles et cognitives. Il serait donc utile de les suivre, comme le font suivant l’hypothèse de J. Abbate, les concepteurs de ces mêmes technologies.

Pour le second aspect consacré à l’interaction avec les usagers, cela nous interpelle sur les hypothèses à partir desquelles les concepteurs des architectures produisent leurs dispositifs : à quel internaute, à quel monde s’adressent-ils et enferment-ils dans leurs algorithmes ?

 

--------

Références

Janet Abbate, 2012, « L’histoire de l’internet au prisme des STS », Le Temps des médias, 18.

Madeleine Akrich, Michel Callon et Bruno Latour, 2006, Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses des mines.

Yannick Barthe, 2009, « Les qualités politiques des technologies. Irréversibilité et réversibilité dans la gestion des déchets nucléaires », Tracés, 16

Serge Proulx, « L’intelligence du grand nombre : la puissance d’agir des contributeurs sur Internet – limites et possibilités », 7e colloque international ISKO, « Intelligence collective et organisation des connaissances », Lyon, 24-26 juin 2009.

Langdon Winner, 1980, « Do artefacts have politics », Daedalus, 109, 1, 121-136.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Bibliographie

Laisser un commentaire

sabonner-à-ce-carnet1

Brèves

Facebook s'invite sur Tor

Un article intéressant paru dans Le Monde en novembre dernier: Martin Untersinger écrit que "Facebook a annoncé la semaine dernière le lancement d'une version...
Lire la suite »

(toujours) à propos de Pursuit...

Toujours à propos de Pursuit, que Francesca Musiani avait brièvement présenté ici, un article récent revient sur son fonctionnement et présente les vidéos de...
Lire la suite »

Francesca Musiani, prix de thèse "informatique et libertés" CNIL

Francesca Musiani, l'une des coordinatrices du projet ADAM a remporté, grâce à ses travaux, le prix de la CNIL 2013. Nous tenions ici à...
Lire la suite »

Présentation vidéo de Arkos (navigateur-système d'exploitation décentralisé)

Nous y reviendrons plus longuement prochainement mais nous tenions à faire circuler l'information sur notre plateforme de recherche. Voici donc une présentation d'Arkos, les...
Lire la suite »

"Pursuit" et le nouveau Internet

Comment envisager une nouvelle infrastructure globale pour l'Internet, susceptible de mieux répondre aux exigences des utilisateurs? Cet enjeu de taille est abordé par le...
Lire la suite »
Contrat Creative Commons
Cette oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité 2.0 France.